Feeds:
Articles
Commentaires

iowa 5

L’Iowa va être au centre de l’actualité planétaire cette nuit, si l’on en croit les infos qui commencent à affluer dans les médias avec les premiers rendez-vous des primaires républicaines et démocrates qui vont s’y tenir (caucus) débutant le long processus de l’élection présidentielle américaine.

L’occasion de retrouver quelques photos de notre traversée de cet état (surtout des champs de maïs…) il y a quatre ans, sous un ciel tourmenté.

 iowa 2iowa 3iowa 4

La presse s’en est fait l’écho, avant même le Conseil municipal du 5 février prochain : je quitte le groupe « Un autre avenir pour Nice » pour constituer avec Marc Concas un groupe « Radical et divers gauche » que je présiderai.

Mais, n’en déplaise aux amateurs de psychodrames, cet événement restera pour moi un non-événement. Il s’agissait pour nous, radicaux de gauche, de saisir l’opportunité d’une meilleure visibilité au sein de l’assemblée communale. En effet, il est parfois difficile d’exister, à côté d’un partenaire souvent tenté de monopoliser l’expression de la gauche, notamment lors des débats de politique générale.

Par ailleurs, il nous semblait utile, après les péripéties que l’on connaît, de réintégrer Marc Concas dans le périmètre institutionnel de la gauche au Conseil municipal. Pourquoi se priver de son talent et de sa forte personnalité ?

Au Conseil métropolitain, la situation est différente car la majorité n’a pas constitué de groupe et est soutenue par les maires communistes du département. Seuls les élus de gauche niçois font office d’opposition. Je continuerai donc, dans ce contexte, à siéger avec les socialistes et les écologistes.

Quand le groupe sera officiellement installé, j’aurai l’occasion de faire quelques propositions, notamment sur la préparation plurielle et citoyenne des conseils municipaux.

 NM 30:01:2016

Bordighera 3

Nous étions ce samedi soir à Bordighera.

La petite ville ligure a un riche passé si l’on en croit l’ami wiki. Elle connut la prospérité sous la domination romaine suite à la construction de la via Julia Augusta, celle-là même qui a entraîné, un peu plus à l’ouest, la création de Cemenelum. Plus près de nous, elle dut faire face à quelques incursions des pirates dont la plus cruelle fut celle de Barberousse en 1543. Elle atteignit son âge d’or au XIXe siècle avec l’arrivée des Anglais. Et si c’est là que Mussolini et Franco se rencontrèrent en 1941, elle reçut en 1947 la visite d’Evita Peron. Cela explique pourquoi sa promenade piétonnière a reçu le nom de Lungomare Argentina.

Nous n’avons pas, avec Patrick, une grande tradition de célébration des anniversaires. Mais, depuis quelques années, nous avons pris l’habitude d’aller dîner, en ces circonstances, dans la vieille ville de Bordighera qui a su garder le charme de l’authenticité. Et, à la nuit tombée, à l’heure où les passants ont presque disparu, les lampadaires allumés nimbent ruelles et placettes d’une certaine poésie. Une poésie à l’italienne. Quelques photos pour en juger.

Bordighera 5Bordighera 6Bordighera 4Bordighera 2Bordighera 7Bordighera 1

Les derniers soubresauts de la campagne régionale ayant été absorbés par la coupure des fêtes de fin d’année, je retrouve une vie municipale d’autant plus dense qu’il y a du retard à rattraper (ah ! le cumul des mandats et des élections !)

Ainsi, hier, je participais au CUM (Centre Universitaire Méditerranéen) à la Commission consultative des services publics locaux (CCSPL) de la Ville. J’aime bien ces réunions qui nous permettent d’avoir bon nombre d’informations sur la façon dont les délégataires (plus rarement les concessionnaires) accomplissent leurs missions, même si les rapports portent sur l’activité de ces services deux années plus tôt (c’est l’année 2014 qui était en l’espèce concernée). Mais quand il n’y a pas moins de seize rapports à examiner (Acropolis, les Casinos, les quinze plages privées niçoises, Nikaïa, ERDF, GRDF, les Studios Riviera, le crematorium, le centre équestre, etc.), il est difficile de tout voir. Heureusement, les agents de la collectivité nous fournissent des rapports de synthèse plutôt bien faits et sont prêts à répondre à nos questions. Il est dommage que, parmi les personnes conviées à ces réunions (beaucoup de représentants de la société civile, des associatifs…), peu soient présentes. J’ai regretté de ne pouvoir participer à la même Commission concernant les services publics de la Métropole qui se tenait aujourd’hui, et à laquelle j’appartiens également, pour des raisons professionnelles.

Si hier matin j’étais au CUM, dans l’après-midi, je retournais sur la Promenade des Anglais pour retrouver le Comité de direction de l’Office du Tourisme et des Congrès de Nice (OTCN) où était notamment examiné le budget primitif de l’organisme. Cette réunion nous a permis de faire le point sur la situation économique liée au tourisme dans notre ville (loin d’être mauvaise, bien que l’on puisse constater, comme partout, une légère baisse d’activité suite aux attentats de la fin de l’année) et de vérifier que le marché de Noël n’avait pas été une si mauvaise affaire que ça pour les participants, même si ces derniers ne sont pas toujours prêts à le reconnaître…

Information nous a également été donnée sur l’organisation du Carnaval qui, pour des raisons de sécurité (notamment la disponibilité des forces de police et de gendarmerie très sollicitées par de nombreuses manifestations se déroulant durant la même période), a dû être légèrement modifiée. D’après les agents de l’Office et les professionnels, il ne semble pas y avoir à déplorer des retards ou des annulations de réservations.

Le retour à la vie municipale s’est accompagné pour moi, dès aujourd’hui, d’un retour dans les amphis de l’Université. Après la correction des examens du premier semestre, il était temps d’entamer les cours du second.

Dominique et Patrick Mottard

Hier, c’était la présentation des voeux du PRG 06 réuni, pour la circonstance, à Nice Nord. Mandatée pour souhaiter la bienvenue aux participants, j’ai tenu à le faire en tant que conseillère municipale pour relever « qu’après la gifle que la gauche a prise lors des régionales, le moment est davantage à la remise en question collective et personnelle (je ne m’en exclus pas) qu’aux plans de carrière. On ne peut faire comme si rien ne s’était passé. Bien sûr, il ne s’agit pas uniquement d’une responsabilité locale, mais c’est aussi une responsabilité locale. Notre action manque à la fois de visibilité et de lisibilité. Et je souhaite pouvoir mettre davantage en avant aussi bien ma façon de faire de la politique que ce qui fait la spécificité de notre parti. (…) Je forme le voeu que nous soyons en capacité d’apporter à nos concitoyens des réponses aux difficultés qu’ils rencontrent et que nous parvenions, par nos actes, à retrouver le chemin de leur confiance« .

Après l’intervention de notre président Patrick Mottard (voir sur son blog la synthèse de celle-ci), c’était l’heure de partager entre amis la traditionnelle  mais néanmoins républicaine galette.

 Public 2Pendant les voeuxPatrick et Dominique MottardEn attendant les voeuxChokri, Patrick, EricPRG

On ne peut pas me reprocher d’être une accro des communiqués de presse. Mais il y a des circonstances où il est important de s’exprimer publiquement. En particulier pour rappeler la nécessité, en cette période si délicate pour la gauche azuréenne, de jouer collectif.

Communiqué de Dominique BOY-MOTTARD
Conseillère municipale de Nice et conseillère métropolitaine (PRG)

Suite à l’interview de Patrick Allemand parue dans Nice-Matin ce 12 janvier, je tiens à rappeler qu’ « Un autre avenir pour Nice » n’a pas pour vocation d’être un comité de soutien à son président. C’est un groupe politique réunissant des élus du PS, d’EELV et du PRG qui ont été collectivement mandatés par les électeurs pour une opposition résolue mais constructive à la politique de la majorité municipale.

Dans ce contexte, il est important de rappeler qu’un président de groupe a pour mission de coordonner le travail collectif. Ni plus, ni moins.

Or, la démarche et le ton adoptés par Patrick Allemand au lendemain des dernières élections régionales en PACA sont inappropriés. Les électeurs attendent, après cette série d’échecs répétés, une profonde remise en question qui doit aller bien au-delà des aventures individuelles sur fond de stratégie électorale.

Nice-Matin 14/01/2016

Nice-Matin 14/01/2016

Salamanque

Salamanque

Après San Sebastian et Bragança, poursuite de l’exploration de nuit de quelques villes de la péninsule ibérique illuminées – période oblige – par les décorations de fin d’année.

À Porto, pour la nuit du 31 décembre, c’est avec un nombre impressionnant de personnes que nous nous sommes retrouvés dans la rue pour les douze coups de minuit. À Salamanque et Pampelune, si les signes de la fête sont toujours là, il suffit de prendre quelques rues de traverse pour profiter d’un peu de calme.

Porto, la nuit du Nouvel An

Porto, réveillon 1Porto, réveillon 3Porto, réveillon 2

Salamanque

Salamanque 3Salamanque 2Salamanque 4

Pampelune

Pampelune 2Pampelune 3Pampelune 1

%d blogueurs aiment cette page :