Feeds:
Articles
Commentaires

Patrick parlait sur son blog, il y a peu, de l’influence du climat sur nos humeurs. J’en ai fait personnellement l’expérience ces tout derniers jours.

Après que nous avons quitté Hammerfest en direction du but ultime de notre voyage, c’est la gorge serrée et le ventre noué que j’ai traversé des contrées qui m’ont semblé d’une infinie tristesse. Même l’arrivée dans l’île du Cap Nord n’est pas parvenue à effacer ce sentiment, pas plus que notre installation pour deux nuits dans un joli petit chalet à proximité du charmant village de Skarsvag.

Je me demandais comment on pouvait vivre là. Le ciel était gris, la pluie tombait, de petites pêcheries étaient partout en état d’abandon (ceci datant sans doute de la crise qu’a connu il y a quelques années la pêche à la morue avec des restrictions drastiques qui ont toutefois permis de redresser aujourd’hui la situation). Mais comment les Norvégiens pouvaient-ils passer l’hiver dans un endroit pareil ?

Notre première visite sur le site du Cap Nord s’annonçait mal : avec ce temps à ne pas mettre un chien dehors, c’était raté pour le soleil de minuit… Pourtant, le moral m’est revenu brutalement en assistant, dans le bâtiment qui accueille les visiteurs, à la projection d’un film magnifique sur les saisons dans la région : les habitants d’ici aiment – sans doute pas tous – l’hiver, la neige, et ne semblent craindre ni le froid ni la permanence de cette longue nuit. En sortant de la séance, nous sommes retournés dans la grande salle d’accueil où trône un piano à la disposition de ceux qui le souhaitent. Une jeune femme s’est mise à jouer et à chanter et c’était beau.

Du coup, le brouillard qui nous entourait m’est apparu moins hostile et c’est avec une bonne humeur retrouvée que j’ai pu profiter pleinement de notre première soirée : il faut dire que nous étions un peu seuls au monde et que même si quelqu’un autre avait été là, nous aurions eu du mal à le voir tant le brouillard nous enveloppait.

En retournant à notre chalet, tout allait mieux, même si je ne me faisais guère d’illusions sur ce qui nous attendait le lendemain : la journée serait sûrement la même qu’aujourd’hui et d’ailleurs, la météo n’annonçait rien de bon.

Mais le pire n’est jamais sûr. Le nuages qui étaient encore nombreux quand nous nous sommes levés se sont faits de plus en plus rares et le brouillard disparut. Cela nous a permis de faire enfin la route vers le Cap en voyant ce qu’il y avait autour de nous. Et c’était impressionnant. Cette montée au travers d’une terre à l’herbe rase et aux lacs ou bras de mer innombrables au milieu des montagnes a des allures de parcours initiatique préparant le visiteur à ce qui l’attend.

Bien sûr, il y avait davantage de monde que la veille (ça reste quand même assez raisonnable). Mais ce public là, enthousiaste, composé de motards (c’est une destination mythique pour eux que la latitude 71° 10′ 21″), de camping-caristes, de cyclistes (!) fait plaisir à voir. Même les touristes qui arrivent en bus organisés sont différents. Et puis, si on veut s’isoler, on peut le faire aisément : l’espace est grand sur le plateau et du coup, on y croise plus de rennes que de visiteurs. Nous nous sommes ainsi promenés longuement. Peu à peu, des coins de ciel bleu sont apparus, nous laissant augurer un possible coucher de soleil au bout du monde.

Et ce fut le cas. Après quelques heures de repos au chalet, nous sommes remontés sur le site. Le beau temps avait attiré les foules, essentiellement un groupe d’Italiens venus ensemble dans des camping-cars, plutôt exubérants, mais qui faisaient plaisir à voir.

Et nous avons eu notre soleil qui, compte tenu de la saison, n’était pas de minuit puisqu’il s’est couché à 22 h 16. Mais bien après, il a continué à faire jour et, vu qu’il est plus de 2 h du matin, l’astre ne va pas tarder à se lever. Il est temps pour moi d’aller me coucher !

Publicités
Avant Narvik

Photo traditionnelle de voyage : mais là ce n’est qu’un ponton…

Plus nous montons vers le Nord et plus les paysages se transforment. Nous sommes loin de la monotonie des premières routes suédoises et des forêts de sapins qui les bordent. Les bouleaux et les fleurs prennent de plus en plus d’espace et l’eau est partout. Le temps change très vite : d’une minute à l’autre le ciel peut s’assombrir et la pluie tomber avant que les nuages ne s’écartent pour dégager un coin de ciel bleu et laisser passer quelques rayons de soleil nous donnant à voir de superbes arcs-en ciel.

En passant en Norvège, le changement est saisissant. Le relief devient accidenté, nous sommes le plus souvent entourés de montagnes qui semblent émerger des lacs ou de la mer. Le littoral que nous suivons depuis Narvik est tellement dentelé et les anses profondes remplies d’îles qu’on ne sait plus ce qu’on a en face de nous sinon que c’est spectaculaire.

Pourtant – et c’est ce qui m’a un temps gênée – on n’a pas vraiment le sentiment d’évoluer dans un environnement sauvage. Je ne suis jamais sentie « assommée » comme cela a pu m’arriver en Alaska. C’est que la présence humaine est partout et qu’elle ne semble pas s’exprimer différemment que dans les contrées plus accessibles. Les routes sont bonnes (même si les travaux sur la chaussée témoignent de la nécessité de les entretenir régulièrement), des tunnels et des ponts se construisent partout, les voitures sont désespérément « normales » (peu de 4X4 et encore moins de pick-up) et les nombreux camions n’ont pas grand chose à voir avec les road trains australiens ou américains. Les Norvégiens qui vivent là sont des agriculteurs, des pêcheurs… et on trouve régulièrement des maisons, des cabanes, perdues au bord de l’eau ou dans les montagnes.

Finalement, cette obstination à vivre de façon ordinaire dans un milieu qui, avec la longue nuit d’hiver, ne l’est pas vraiment, est assez émouvante et force le respect. Le climat est sans doute pour beaucoup dans la proximité des Norvégiens avec la nature, une proximité qui se manifeste beaucoup moins avec les autres : on aimerait parfois un peu moins de réserve des habitants qu’il nous arrive de croiser…

Mémorial Narvik

Il faudra que je vous parle de la route que nous avons suivie aujourd’hui depuis Kiruna et qui est vraisemblablement la plus belle rencontrée depuis le début de notre voyage. Cette route nous a conduit à Narvik.

Quand j’ai dit à Thérèse, ma mère, que nous quittions la Suède pour rejoindre la petite ville norvégienne bien connue pour la bataille qui s’y est déroulée au début de la 2e Guerre Mondiale (je laisse à notre historien Manu la charge d’éventuellement nous rafraîchir la mémoire), elle m’a conté une anecdote que j’ignorais.

Pendant l’année 1940, alors gamine, elle rentrait chez elle avec son père quand ils ont trouvé un tout petit chien qui n’était pas né depuis bien longtemps et qui avait l’air assez mal en point. Ils ont alors décidé de le ramener chez eux et de s’en occuper. Par la suite, alors qu’ils l’avaient confié à des voisins qui avaient proposé de le garder – ils avaient un jardin – le jeune animal disparut. Cela rendit la petite Thérèse très triste.

Ce chiot, ils l’avaient baptisé Narvik en raison de la première victoire qui avait été remportée par les alliés au début du conflit.

Et aujourd’hui, alors que nous nous étions arrêtés en lisière de la ville pour observer un superbe pont suspendu en construction, nous sommes tombés, dans un coin retiré du parking où nous nous étions garés, sur un modeste monument par lequel la France rend hommage à ses fils morts à Narvik. J’ai pensé à eux bien sûr tombés si loin de chez eux… mais aussi au chagrin d’une petite fille.

 

 

Renne

Inutile de le nier : les quelques premiers jours de voyage ont été un peu longs, bien que non dénués d’intérêt. Nous avons dû avaler pas mal de kilomètres et même si nous n’avons plus été confrontés aux embouteillages allemands, le défilé des forêts suédoises ne nous a pas vraiment révélé de surprises. Sans compter que les panneaux routiers nous demandant de faire attention aux rennes s’apparentaient à de la publicité mensongère car de rennes nous n’en vîmes point.

Mais aujourd’hui, tout a changé. Nous avons décidé d’emprunter des routes moins fréquentées et nous avons quitté la E4 – qui n’était pourtant pas réellement une autoroute – et la côte botnienne. Cette dernière nous avait malgré tout permis de passer sur le plus grand pont suspendu de Suède qui avoue, sans fausse modestie (et il a bien raison !), vouloir faire concurrence au Golden Gate. C’est à partir de Skelleftea que nous avons bifurqué vers l’intérieur. Un quartier de cette petite ville constitue un village paroissial, Bonnstan, constitué de maisonnettes en bois sombre alignées le long de rues silencieuses, créées à l’origine pour accueillir les fidèles éloignés venus assister à l’office et classées parmi les monuments protégés. Sans eau ni électricité, elles sont utilisées aujourd’hui comme résidence d’été. Une belle surprise nous attendait un peu plus loin alors que nous pénétrions dans l’église voisine : trois musiciens répétaient un morceau, que malheureusement nous n’avons pu identifier (ayant enregistré une partie du thème, je ferai appel aux plus mélomanes de nos amis pour nous éclairer). Ce fut un très joli moment.

Nous avons alors emprunté la E45, direction la Laponie.

Et là, ça n’a pas traîné : très vite, l’atmosphère changea. D’abord, on pouvait s’arrêter facilement quand l’envie nous en prenait, ce que nous ne nous sommes pas privés de faire. Tremper les pieds dans un lac, croquer dans une pomme au bord d’un autre, observer les oiseaux, prendre son temps : des plaisirs qui avaient été rares ces derniers jours, même s’il nous était arrivé parfois de prendre des chemins de traverse. D’ailleurs hier, cela nous avait permis d’avoir la confirmation que les Suédois ont des moeurs bien éloignées de celles des Azuréens que nous sommes : alors que la température extérieure était plutôt fraîche et que le soleil ne perçait les nuages que très faiblement, nous avons pu assister à la baignade prolongée de toute une petite famille dans un lac qui ne nous disait rien qui vaille, emmitouflés que nous étions pour nous protéger du vent.

Sur la E45, finis les panneaux routiers concernant les rennes. Par contre, les rennes, eux, étaient bien là et, avec eux, la promesse de la Laponie tout proche.

Après une centaine de kilomètres, nous avons trouvé sur notre route une grosse bourgade, Arvidsjaur, où se trouve le pendant de Bonnstan pour les Samis (peuple autochtone qui rejette le terme – péjoratif – de Lapon) : à Lappstaden, il s’agit de maisons également en bois, coiffées d’une toiture pyramidale, qui furent édifiées pour faciliter leur assiduité – imposée – à l’église.

Plus nous progressons vers le Nord, plus le ciel semble grand et l’horizon infini. C’est chaque fois le même bonheur d’observer les nuages qui flottent littéralement dans l’air et changent en permanence de forme et de couleur. Le tapis rose des épilobes s’étale de plus en plus : ils apprécient particulièrement les bords de la voie ferrée que nous longeons fréquemment. Le temps nous est clément : presque pas de pluie, quelques gouttes très occasionnelles qui ont pour avantage de laver (un peu) notre pare-brise maculé de traces d’insectes (en passant, j’ai eu ma première piqure de moustique aujourd’hui : dès demain, je sors l’artillerie lourde des répulsifs).

Autre événement de la journée : nous sommes passés au-delà du Cercle arctique. En 2013, cela avait constitué le point le plus au nord de notre voyage en Alaska. Ici, ça ne fait que commencer. Patrick en a profité pour faire son Forrest Gump. Je l’ai récupéré à l’entrée de notre ville étape du jour, Jokkmokk. Nous venons d’y passer une délicieuse soirée… au bord d’un lac, bien sûr.

Quand on se balade dans les rues de Södertälje ou sur la promenade sur pilotis qui longe le canal qui pénètre le centre ville, on remarque que certains passants sont moins blonds et plus volubiles qu’ailleurs. Peut-être parce qu’en 2007, cette petite ville suédoise de 84 000 habitants située à 30 kilomètres de Stockholm s’est fait remarquer en accueillant 1268 réfugiés irakiens soit, cette année-là, davantage que les Etats-Unis et le Canada réunis…

 

Malmö 2

Place Stortorget

Par la magie d’un pont, Malmö s’est rêvée rivale de Copenhague, sa voisine. Un soir d’été à Malmö suffit à démontrer qu’elle est restée une petite ville de province (la troisième de Suède quand même) où il fait bon se promener sur la place centrale Stortorget ou le long des canaux qui entourent la ville historique en croisant quelques passants paisibles.

Sur le ferry de l’Allemagne au Danemark

C’est pleine d’enthousiasme qu’après avoir pu contempler un magnifique lever de soleil sur le Mont Blanc à Chamonix – où Edith a pris ses quartiers pour quelques semaines – nous nous sommes élancés sur la route : direction le Nord !

Nous n’allions faire qu’une bouchée de la Suisse et de l’Allemagne, contrées de passage obligées pour aller plus loin. Si le but nous guide, la route en soi – j’ai eu l’occasion de l’écrire sur ce blog par le passé – est déjà un plaisir. C’est que le voyage en voiture, contrairement à l’avion, n’efface pas la distance.

Je ne croyais pas si bien dire car, si la traversée de la Suisse se fit sans encombre, il n’en alla pas de même pour la grande Germanie. Escomptant une avancée rapide sur des autoroutes à la vitesse peu limitée et sans péages, nous avions programmée l’une des plus longues journées en kilomètres de notre périple de l’année. C’est que, lors de nos voyages en voiture, nous cherchons toujours à faire étape dans des lieux susceptibles de nous apporter quelque chose d’autre qu’un endroit où dormir. Sur notre itinéraire, Göttingen répondait parfaitement à nos critères. Mais il n’y avait pas loin de 900 kilomètres à parcourir depuis Chamonix. En théorie, rien d’insurmontable : ça ne devait pas être trop difficile à boucler avec deux chauffeurs. Clé USB avec la chanson de Barbara prête à être dégainée dès l’apparition du nom de la ville sur les panneaux directionnels, nous ne doutions de rien.

Sauf que… le pays semble avoir programmé des travaux sur l’ensemble du réseau autoroutier que nous devions emprunter. Du coup, le fait de rouler au pas, voire de faire du surplace, a quelque peu émoussé mon goût pour la route en augmentant de quelques heures la durée du déplacement.

Heureusement, la soirée à Göttingen fut charmante et réparatrice. Nous sommes allés voir la rue Barbara et la jeune fille la plus embrassée de la ville (et dit-on du monde !) : la Gänseliesel (Lison aux oies), classique figure des pays germanophones, dont les étudiants viennent traditionnellement embrasser la sculpture à la fin de leurs études (vous n’aurez pas de photos pour l’heure car j’ai – encore – un problème de transfert de photos de mon appareil, je ne peux donc utiliser que les photos prises avec l’iPhone).

Mais le lendemain, bis repetita en quittant Göttingen pour rejoindre le Danemark : des travaux, encore et toujours, et en prime un accident : inutile de vous dire que tout était bloqué. Heureusement, la région est belle : très verte, vallonnée, avec quelques vignes, nous lui avons même trouvé un faux air de la Saône-et-Loire où nous venions de séjourner quelques jours plus tôt.

C’est avec soulagement que nous sommes arrivés à Puttgarden en début d’après-midi pour prendre le ferry qui, en trois-quarts d’heure, allait nous conduire dans la douce contrée du Danemark qui, nous en étions convaincus, ne devait pas connaître de telles difficultés de circulation. Tu parles ! Les mêmes travaux, réalisés de la même façon chaotique et en plus, la région n’était pas très passionnante : plate, elle est même assez moche. Alors qu’initialement, nous comptions passer la nuit du côté de Copenhague (ville que nous avions pu apprécier lors d’un précédent séjour), nous décidâmes de quitter le petit pays au plus vite pour rejoindre sa grande voisine, la Suède.

Aussitôt dit, aussitôt fait, d’autant que le passage se trouve aujourd’hui facilité : il n’est plus nécessaire d’emprunter un ferry qui a été remplacé par un tunnel sous la mer (plus de 4 kilomètres) et un pont (plus de 7 kilomètres).

C’est ainsi que nous nous retrouvons ce soir à Malmö où nous avons pu passer une douce soirée d’été. Mais c’est une autre histoire…

%d blogueurs aiment cette page :