Feeds:
Articles
Commentaires
Prestation de serment

Prestation de serment des capitaines

C’est dans une ambiance chaleureuse et bon enfant qu’avait lieu ce soir, dans le cadre convivial de la Black Box du CAL Bon voyage, la cérémonie d’ouverture du Tournoi international de football des moins de 13 ans « Les Jeux des jeunes 06 ».

Les bénévoles autour de Chokri et Leila

Les bénévoles autour de Chokri et Leila

Ce tournoi, organisé en partenariat par l’association « Tunisie Avenir » présidée par Chokri Abed et le club de l’USONAC de Robert Arnaud, en est à sa deuxième édition (on peut voir sur le blog de Patrick Mottard deux comptes-rendus du tournoi de l’année dernière : le 11 septembre et le 15 septembre). Nous y participions à la fois en tant qu’élus mais aussi – et surtout – en tant qu’amis. D’ailleurs, rendez-vous avait été pris dès la présentation des voeux du club.

Patrick MottardDans son intervention, Patrick a tenu à souligner l’importance du rôle des bénévoles dans la préparation du tournoi. Parmi eux, une mention particulière à Leila qui, une fois encore, a mis ses compétences de professionnelle de la communication au service de cet événement, ne ménageant ni son temps ni sa santé.

Dominique Boy-Mottard, tirage au sortLors de cette soirée, il fut procédé au tirage au sort pour la répartition dans les 8 poules des 32 équipes engagées. Des équipes de Nice et des Alpes-Maritimes, mais aussi des départements voisins de la région PACA, sans oublier, manifestation internationale oblige, un club marocain de Casablanca. Un regret : le club tunisien victorieux de l’année dernière, l’Etoile sportive du Sahel, n’a pu participer à cette édition pour des problèmes liés à une question de visas. Un tirage au sort très « pro », auquel j’ai prêté, avec d’autres, ma main… et c’est avec une grande fierté que j’ai sorti d’une boule noire – le hasard fait bien les choses – le papier portant le nom de… l’USONAC !

Le spectacle était aussi au rendez-vous avec les danseuses et les danseurs de El Fantazia, jolie troupe pleine d’énergie du quartier de l’Ariane de notre amie Dorsaf.

Capitaine du Cannet-Rocheville

Avec le capitaine du Cannet-Rocheville

Mais le moment le plus émouvant fut sans doute celui de la prestation de serment des capitaines des différentes équipes autour du drapeau de la FIFA « My game is fair play ». Il m’est revenu de remettre les brassards aux capitaines des clubs du Cannet-Rocheville et de Lorgues : il ne faudra pas m’en vouloir si c’est avec une particulière attention que je suivrai leurs résultats durant cette compétition…

Les danseurs

Christiane Taubira-Dominique Boy-Mottard

Ce week-end de formation des élus PRG, parfaitement organisé par Thierry Braillard, secrétaire d’Etat chargé des sports, fut particulièrement riche en prises de parole de qualité. Les thèmes abordés dans les différents ateliers tournaient autour de la République et des institutions, et écouter s’exprimer, par exemple, Bastien François, constitutionnaliste (Paris I Sorbonne) – qui, pour mieux faire comprendre son propos, n’hésita pas à citer les séries TV The West wing et Borgen - ou le talentueux Jean-Noël Jeanneney, fut un véritable plaisir.

Déformation professionnelle, c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai suivi l’atelier sur la justice qui a commencé avec le constat de Béatrice Patrie, vice-présidente du TGI de Bobigny : tout le monde avait peur des juges mais pour des raisons en fait contradictoires. Les politiques d’abord, qui, depuis l’Ancien Régime, ont toujours craint le gouvernement des juges, les citoyens ensuite, méfiants, depuis longtemps convaincus par la maxime de La Fontaine : «Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de cour vous rendront noir ou blanc».

Ce fut pourtant l’occasion de s’arrêter sur l’un des principaux acquis de ce quinquennat : l’indépendance vraie de la justice, y compris vis-à-vis des magistrats du Parquet, par rapport au pouvoir exécutif. Et, pour en parler, qui de mieux que celle qui incarne cette réforme et l’a menée au bout avec ténacité et courage : Madame le Garde des Sceaux, Christiane Taubira. En effet, la loi du 25 juillet 2013 interdit les instructions du ministre de la Justice aux procureurs dans les dossiers individuels. Car c’est une chose – normale et souhaitable – que de définir une politique pénale, de fixer des orientations générales devant s’imposer au Ministère public, et ça en est une autre que d’essayer d’influer sur une affaire précise, pour pousser soit à poursuivre, soit à abandonner les poursuites.

Interrogé sur le point de savoir si l’élection des juges, telle qu’on la pratique aux USA, pouvait être une bonne chose pour les rendre indépendants du pouvoir exécutif, Christiane Taubira, après avoir évoqué, avec la verve et la culture qu’on lui connaît, les expériences françaises en la matière, s’est attachée à démontrer les défauts d’une telle élection dont certains tiennent à la compétence. Le juge judiciaire intervient dans des domaines très variés : la démarche ne peut être la même que pour les conseillers prud’homaux ou les juges consulaires.

De plus, qui dit élection dit campagne électorale. Et donc financement, et donc promesses. Et Christiane Taubira, un brin taquine, d’ajouter : «Il est bon qu’on soit tenu par ses promesses. Pourquoi ? D’abord parce qu’on évite – en principe – de faire des promesses inconsidérées. Ensuite parce que c’est une question de respect des électeurs». Elle sourit, un ange passe… «Et bien sûr, ceci serait absolument inconcevable pour un juge, qui se doit d’être impartial».

Elle termine son intervention sous les ovations des participants. Et je me dis que, décidément, grâce à cette grande dame, j’ai à nouveau éprouvé une belle satisfaction.

Avec Thierry Braillard

Avec Thierry Braillard

Un non teaser du Commandant Dromard. Comme il le dit lui-même : « manquait plus qu’ça ! »

JWE:Stocks

sur le boulevard Gorbella

Se balader au milieu des stands de la grande braderie de Nice Nord est l’occasion pour nous de revoir nos commerçants habituels dans une ambiance un peu plus festive, même s’ils ne sont finalement pas si nombreux par rapport aux forains présents le long des grandes artères.

Invinio Évidemment, nous ne pouvions manquer les amis de la cave à vin de l’avenue Boylesve installés pour la circonstance sur la place de la Dominante (et de faire quelques provisions pour l’hiver !) ainsi que certains stands d’associatifs du quartier.

AssociationComme ce samedi le temps était loin d’être au beau fixe, nous avons dû jouer avec la pluie sur le boulevard Gorbella : l’occasion de nous arrêter à quelques terrasses (couvertes bien sûr) où nous retrouvions des voisins du quartier venus eux aussi chercher refuge.

Heureusement pour les revendeurs et les badauds, l’après-midi, le ciel était à nouveau bleu et le soleil brillait. L’automne n’est donc toujours pas arrivé… et les moustiques pas encore partis !

JWE

Où est Patrick ?

Patrick se trouve dans une région du monde familière à un chanteur à l’épouse pétillante.

Mais si l’endroit est connu, c’est plutôt grâce à une personnalité qui, rétrospectivement, doit déplaire à une récente vedette de l’actualité azuréenne.

Quelle est cette région ? De quel chanteur s’agit-il et pourquoi ? Quelle est la personnalité en question ? Quelle est la récente vedette de l’actualité locale ? (non, non, je ne vous prends pas pour des neuneus…)

 Ajouté le dimanche :

Nous sommes en Irlande à Cashel dans le Connemara. Une région familière à Michel Sardou (« Les lacs du Connemara ») dont la troisième épouse s’appelle Périer… d’où l’épouse pétillante). L’endroit est surtout connu car le général De Gaulle y a séjourné deux semaines en 1969, précisément dans cette maison qui est en fait un hôtel de luxe « Cashel house » (nous y avions pris un café lors de notre passage…), après avoir quitté le pouvoir suite à la victoire du « non » au référendum sur la réforme du Sénat (qu’il voulait transformer en comité consultatif). Nul doute que Marc Daunis (PS), qui vient d’être réélu sénateur des Alpes-Maritimes dans un contexte qui n’était pourtant pas évident, n’aurait pas apprécié…

Les points sont à partager entre Bernie (qui a trouvé la première partie de l’énigme) et Manu (qui a trouvé la seconde), mais une prime est à attribuer à Jean-Paul Dupasquier qui a le premier parlé de l’Irlande. Donc 40-40-20.

Vidéo de l’Ina sur De Gaulle en Irlande (images volées semble-t-il) :

http://player.ina.fr/player/embed/CAF89046503/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/560/315/1/148db8

Tram NiceIl faut bien sûr accueillir favorablement l’action du syndicat UNSA des traminots qui, au nom de l’efficacité du service public, demande un cadencement plus rapide des rames.

Mais je pense qu’il est temps que nous ayons (élus, usagers, traminots, personnels divers) une réflexion sur la sécurité de ce moyen de transport désormais plébiscité par les Niçois. Sécurité au niveau de la circulation car il y a trop d’accidents sur le parcours il est vrai très ouvert de la ligne 1, mais aussi sécurité au niveau des aménagements intérieurs, l’ouverture et la fermeture brutales des portes étant à l’origine de plusieurs chutes (touchant essentiellement les personnes âgées).

Une concertation nécessaire que je proposerai bientôt officiellement.

JWE

Où est-ce ?

La personnalité que nous attendions ce jour-là, dans le début des années 1980, est probablement championne du monde des tournées. Il faut dire que sa carrière, même si elle n’a pas la longévité de celle de Johnny, est objectivement considérée comme très étendue dans le temps.

En ce qui concerne le lieu, il conviendrait, par un raisonnement à double détente, d’évoquer une artiste qui a un lien avec le JWE.

Où sommes-nous ? Qui attendons-nous ?

Ajouté le dimanche soir

Nous sommes le 14 août 1983 et nous attendons le pape Jean-Paul II (en balade dans la région, nous avions appris dans la presse par hasard sa venue et nous étions allés assister au spectacle). Un pape qui a beaucoup voyagé et dont la carrière fut particulièrement longue (de 1978 à 2005). On avait vraiment le sentiment d’attendre un artiste : il y avait un chauffeur de salle (d’accord on était à l’extérieur…) au micro qui nous annonçait l’approche de Wojtyła avec de plus en plus de passion. Quand son avion a atterri, il a failli s’étrangler (tel un commentateur de foot au moment du but) ; dans la prairie où nous attendions, le public frisait l’hystérie. Le raisonnement à double détente part du JWE dont l’une des références régulières est le lac Michigan: il y a toujours un joueur pour dire, dès que je mets la photo et s’il y a de l’eau, « c’est le lac Michigan » (je ne me souviens plus comment ça a commencé d’ailleurs…). Le Michigan est l’état de naissance de Madonna (Bay city sur le lac Huron) et l’artiste a prénommé sa fille « Lourdes », lieu où nous attendions le pape.

Une victoire collective avec 20 points à Dromard et 30 à Helyette pour la personnalité, et 30 à Val et 20 à Alain pour le lieu.

%d blogueurs aiment cette page :