Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Zineb Doulfikar’

ccc1Dans la salle du Conseil, avec Zineb Doulfikar

Après quelques mois de flou, le maire a, ce mercredi… 1er avril, enfin installé le Conseil Communal Consultatif (CCC) dont la création avait été votée lors du premier conseil municipal de la mandature.

Spontanément, nous nous installons, avec Patrick et Zineb, aux places qui étaient traditionnellement occupées par Nice plurielle de 2001 à 2008. Personnellement, c’est à la place de JFK que je suis assise ce qui constitue, avec la cérémonie de vendredi, un émouvant télescopage de souvenirs.

L’appel permet de vérifier que l’assemblée est plutôt représentative. La sensibilité de gauche n’est pas dominante mais correctement représentée. On peut juste regretter l’absence de Bruno Della Sudda et de Jean-Christophe Picard qui, à l’évidence, avaient leur place dans ce cénacle. La parité, quant à elle, est loin d’être atteinte même si la Vice Présidente choisie par le maire est effectivement une femme…

Dans le public, une délégation substantielle de Gauche Autrement est venue nous soutenir. L’ambiance est bon enfant, même si le déroulé de cette séance d’installation est un peu convenu.

Après le discours du député-maire, Patrick prendra immédiatement la parole pour rappeler que nous souhaitons ce CCC depuis 2001 et que, par conséquent, tout en étant des opposants à la municipalité, nous jouerons le jeu. A la condition toutefois que ce Conseil puisse vraiment remplir son rôle en étant un lieu de débat et de force de proposition et non un gadget ou un alibi.

La séance levée, c’est dans la Salle des pas perdus que les premiers débats auront lieu de façon informelle. Et si une petite collation était offerte, l’absence d’alcool donna à ces échanges un caractère chuchoté et sage qu’ils n’auront peut-être plus dans les prochaines plénières.

Publicités

Read Full Post »

Vendredi 10 octobre, 18 heures. Des moments comme on aimerait en avoir plus souvent. Dans les salons de la Villa Masséna, Zineb Doulfikar reçoit des mains de la ministre Fadela Amara la décoration de Chevalier de la Légion d’Honneur pour ses actions à la tête de « Ni putes ni soumises » et de l’association « Les chibanis » dans notre département.

Contrairement aux remises de décoration auxquelles j’ai déjà eu l’occasion d’assister, la manifestation est plutôt décontractée et particulièrement chaleureuse, alternant les instants de gaieté et ceux d’émotion. Il faut dire que les personnalités de la Ministre et de celle qui est honorée en ce jour y sont pour beaucoup… De même que le public réunissant des officiels, bien sûr, mais aussi beaucoup d’amis de Zineb qui, à un endroit ou un autre, qu’il soit associatif ou politique, ont partagé ses combats. Le bonheur de voir l’une des leurs ainsi reconnue par la plus haute distinction de la République est sincère. Et il n’y a pas d’ambiguïté : les ennemis d’hier qui, apparemment, sont encore ceux d’aujourd’hui, se sont abstenus. Finalement, bien leur en a pris !

En effet, après un discours du Député-maire qu’aucun militant de gauche n’aurait pu renier et la chaleureuse intervention de la Ministre, Zineb, avec des mots d’une grande sincérité, nous dit pourquoi elle est heureuse de cette distinction : elle l’est parce que rien n’a été facile pour elle, elle l’est pour ses parents qui ont élevé neuf enfants – et on la sent particulièrement émue quand elle en parle, elle l’est pour ses fils dont elle est si fière, elle l’est pour les combats qu’elle a menés et qu’elle continuera à mener. Mais Zineb n’a rien oublié des crasses qui lui ont été faites par la Fédération du PS (*Voir à la fin de ce billet, après les photos) : même si ce n’est pas la préoccupation du jour (heureusement !), elle tient quand même à le dire, après avoir rappelé sa satisfaction de la présence ici, en ce beau jour, de Patrick Mottard, son « professeur en politique ».

Mes relations avec Zineb ne sont pas toujours de tout repos. Je crois que ni l’une ni l’autre ne sait vraiment pourquoi : sans doute sommes-nous toutes les deux un peu trop entières et spontanées. Mais en ce jour, nulle ombre au tableau : je me sens fière d’avoir partagé tant de luttes avec elle, fière d’avoir été sa colistière dans la bataille municipale sur la liste de « Nice Autrement ». Et des combats, je sais que nous continuerons à en mener ensemble.

Une joyeuse pagaille s’est organisée autour du buffet. Chacun veut être pris en photo avec l’héroïne du jour. Zineb est rayonnante. On la sent bien dans sa peau : sa vie personnelle et sa vie publique ont rarement dû connaître des jours meilleurs… Et son bonheur est communicatif.

Comme je le disais au début de ce billet : des moments comme on aimerait en avoir plus souvent !

(*) En 2006, plusieurs militants du PS avaient souhaité que Zineb soit leur candidate à l’élection législative de 2007 dans la 3e circonscription des Alpes-Maritimes. Ce n’était pas l’avis des apparatchiks de la Fédération qui avaient présenté contre elle aux investitures une candidature « moins visible » pour laquelle avait voté une majorité d’adhérents (notamment ceux issus de l’immigration proches du Premier fédéral qui pourtant réclamaient à corps et à cris depuis longtemps la candidature de quelqu’un issu de leurs rangs). Suite à un commentaire fait sur son blog mettant en cause ces derniers qui, manifestement, ne souhaitaient pas de la candidature d’une femme responsable de « Ni putes, ni soumises », Patrick Mottard, qui soutenait la candidature de Zineb, avait été accusé par voie de presse de racisme (un comble !) par la fédération et ses fidèles communautaristes. Il avait même été traduit devant le tribunal fédéral du PS (aucune décision ne lui d’ailleurs jamais été transmise…).

Vous pouvez retrouver des informations sur cette affaire sur le blog de Patrick Mottard. Elle a fait l’objet de plusieurs billets en juin 2006 : 16/6 (Une occasion manquée), 20/6 (Les grandes manœuvres), 21/6 (Les grandes manœuvres – suite et, espérons-le, fin), 22/6 (L’effet boomerang), 23/6 (Le soutien de Bariza), 25/6 (Fêté au Chateau), 28/6 (1+100+LEA).

Read Full Post »

Ci-dessous le texte qui accompagne cette photo dans l’exposition sur les « Talentueuses« . Il y avait une mise en page particulière qu’il m’est impossible de reproduire sur ce blog. Je m’en excuse auprès de l’auteur du texte (je connaîtrais bientôt son nom).

copie-de-17.jpgDominique BOY-MOTTARD

Ouvrir les yeux pour construire
Bâtir
Avancer
Cette femme se positionne
Militante engagée
Elle parcourt un chemin
D’expressions
D’intentions
D’attentions
Maître de conférence en droit à la faculté de Nice
Elle interpelle se sent interpellée transforme sa vision
Elle ouvre des réalités
Par ses convictions appliquées
Sur un terrain réservé
Dont elle fait sien
Son champ d’actions
Elle entre au parti socialiste en 1976
Elle devient Conseillère Générale en 2005
Elue au scrutin uninominal
« Je suis la première femme socialiste… du département
des Alpes Maritimes à avoir été élue à un tel scrutin »
Elle fait sa place rompt la glace crée la trace
Indispensable de l’exemple à donner
« Conseillères régionales ou conseillères municipales, il y a encore du boulot »
Plus d’hommes que de femmes Amis hommes Amies femmes
Elle refuse l’injustice la bêtise la traîtrise
Un pays l’interpelle le Chili
Un engagement de plus
Comprendre et aider l’autre pour évoluer

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :