Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Un autre avenir pour Nice’

Dominique Boy-Mottard-Bilan

Hier, à la maison des associations de la place Garibaldi, le groupe « Un autre avenir pour Nice », avait tenu à faire le bilan de sa première année de mandat. Les six élus que nous sommes (Juliette Chesnel et Fabrice Decoupigny pour EELV, Christine Dorejo, Patrick Allemand, Paul Cuturello pour le PS, moi-même pour GA et le PRG) ont donc pris la parole à tour à tour pour donner leur ressenti et rendre compte de leurs actions face à un public attentif.

Si j’en crois les retours qui me sont parvenus, cette initiative a très largement été appréciée des participants. Je regrette toutefois que cet exercice, contraint pour des raisons de mise à disposition de la salle sur une durée limitée, ne nous ait pas permis de développer un débat. Du coup (en compensation ?), les discussions se sont poursuivies à l’extérieur à la fin de la réunion.

Pour ma part, j’ai tenu à mettre l’accent sur le fonctionnement de notre groupe lors de chacun des deux conseils (municipal et métropolitain) avant de donner rapidement quelques éléments relatifs à mes domaines de prédilection.

Quelques extraits :

(…) Il faut d’abord savoir qu’il y a de très nombreuses délibérations que nous votons. Cette attitude est logique quand nous sommes d’accord avec ce que propose la majorité. S’opposer pour s’opposer serait ridicule. Mais il y a deux circonstances dans lesquelles l’attitude à retenir n’est pas aussi simple.

– Tout d’abord, quand les délibérations contiennent des propositions que nous jugeons insuffisantes : on est d’accord avec l’esprit, mais on trouve que ça ne va pas assez loin. Doit-on s’opposer ou plutôt s’abstenir pour manifester nos exigences, ou bien doit-on voter favorablement après une explication de texte ? Dans l’ensemble, nous avons plutôt choisi (même si cela fait parfois l’objet de débats entre nous) de voter de telles délibérations ce qui me convient tout à fait. Difficile, en effet, par exemple, de ne pas voter pour la construction de logements sociaux parce qu’on trouve que le compte n’y est pas.

– Autre circonstance nous posant davantage problème : que faire lorsqu’une délibération prévoit le vote bloqué de plusieurs propositions et que nous sommes en phase avec certaines d’entre elles et pas avec d’autres ? Nous demandons assez régulièrement des votes séparés dans ces cas-là, mais le maire nous les refuse presque toujours. (…) Dans cette hypothèse, nous ne pouvons avoir une ligne de conduite trop rigide : tout dépend de l’importance respective des différents points prévus par la délibération. Pour ma part, j’estime que, si quelque chose nous déplaît un peu, mais que d’autres aspects importants nous conviennent, nous devons voter, en faisant connaître bien sûr notre mécontentement. Le plus souvent, toutefois, il est difficile de faire une hiérarchie et là, nous nous abstenons.

Cette façon de procéder peut être considérée par les militants qui nous sont proches comme un peu frustrante. Les militants, et singulièrement ceux de gauche, aiment bien voir leurs représentants en découdre avec la majorité. Mais être élu dans une collectivité locale nous impose la prise en compte de l’intérêt des populations qui nous ont placés là. Pour ma part, j’ai une boussole qui guide mes pas : celle de nos valeurs et de l’intérêt général. Il y a peu de chances ainsi de se trouver en difficulté face à une majorité dont les élus sont loin d’être des imbéciles. On aime bien parfois se moquer de tel ou tel, mais soyez-en persuadés, nous avons face à nous des gens intelligents et qui bossent. Et cela est valable pour le maire et un certain nombre d’adjoints. Ce qui ne les empêche pas d’être parfois – et pour certains souvent – de mauvaise foi.

Le reproche essentiel qu’on peut leur faire s’agissant de leur fonctionnement, c’est l’extrême concentration du pouvoir. Et cela à deux points de vue.

– Du point de vue de la gouvernance, tout d’abord. On a vraiment le sentiment que c’est le député-maire, président de la Métropole (et qui veut devenir Président de la Région) qui décide de tout. Au sein de sa majorité, il n’y en a peu capables d’intervenir sans citer Monsieur le maire toutes les deux phrases, histoire de montrer qu’ils ont bien l’aval de celui-ci. D’ailleurs, le maire laisse peu de place à ses adjoints, prenant systématiquement la parole pour répondre aux interpellations de l’opposition (…)

D’autre part, en pratique, on est loin des grandes déclarations d’intention sur la démocratie participative. Celle-ci est très nettement en panne. Si vous allez sur le site de la Ville de Nice, vous pourrez constater qu’une belle pub est faite aux instances consultatives et de proximité. En réalité, pour l’instant, sous cette mandature, aucune d’entre elles n’a encore été réunie. Qu’il s’agisse du Conseil Communal Consultatif censé faire participer la société civile à la vie municipale ; qu’il s’agisse des Conseils de quartier pourtant modifiés dès le premier conseil municipal ; qu’il s’agisse du comité d’éthique dont les travaux, si travaux il y a, ne nous sont pas pour l’instant connus ; qu’il s’agisse du Médiateur indépendant dont on ne sait trop ce qu’il est censé faire. Nous ne nous sommes pas opposés à la création de ces instances. Mais si elles ont été annoncées à grand renfort d’effets de manche, le moins que nous puissions dire est que leur activité se réduit, pour l’instant, à strictement rien (ou alors elles sont très très très discrètes…).

Alors bien sûr, le maire pourrait se targuer d’avoir consulté la population en la convoquant à un referendum. Le referendum, c’est l’outil de la démocratie directe ! Sauf qu’il a fait ça pour une question qui ne prêtait pas vraiment à polémique (la privatisation de l’aéroport), qui ne relevait pas de la compétence municipale et qu’il y a finalement pas eu un très grand nombre de votants. Par contre, quand il s’est agi de consulter nos concitoyens sur des questions les intéressant au plus haut point, lourdes de conséquences pour leur vie de tous les jours, il s’est contenté de botter en touche. La ligne 2 du tram en souterrain ? Il en a seul décidé. L’avenir des terrains du Ray ? Il va, là encore, en décider seul. Remarquez : il aurait tort de se gêner puisque la majorité vote pour lui. Mais je ne suis pas certaine que cela signifie un acquiescement à toutes les décisions qu’il prend. Et nous, nous avons à jouer notre rôle de contre-pouvoir : nous sommes les seuls, avec vous, et aux côtés des habitants qui parfois se mobilisent, à pouvoir le faire.

Si la démocratie participative est en panne au niveau de la municipalité, cela ne doit pas nous exonérer, nous, au niveau de notre groupe d’opposition, de la pratiquer, notamment pour la préparation des conseils municipaux. Nous avons essayé de le faire en vous invitant à nos réunions préparatoires, mais force est de constater que ce ne fut pas un grand succès. Peut-être devons-nous envisager cela autrement ? Parce que je pense qu’il est très important de pouvoir recueillir vos avis : nous sommes loin d’avoir la compétence sur tous les dossiers qui nous sont soumis. Alors bien sûr, nous consultons, chacun d’entre nous, les personnes que nous connaissons pour bénéficier de leur expertise dans tel ou tel domaine, mais ce n’est guère satisfaisant. Je crois d’ailleurs que nous devrions informer plus largement nos concitoyens et les inviter à discuter avec nous de ces questions qui les touchent de près. À chaque conseil, il n’y a pas énormément de délibérations fondamentales qui posent problème : on pourrait se contenter de retenir les plus importantes pour en débattre avec vous et au-delà de vous, avec les Niçois. (…)

Au-delà des sujets qui, géographiquement (Nice centre-nord), du fait de mon implantation, me mobilisent particulièrement (parmi eux, il en est un essentiel, celui de l’avenir des terrains du Ray, un avenir que nous souhaitons le plus vert possible, et sur lequel le maire reste sinon discret du moins confus – volontairement confus), mes interventions sont le plus souvent liées aux responsabilités qui sont les miennes.

Je suis membre du comité de direction de l’Office du Tourisme et des Congrès de Nice qui regroupe l’ensemble des acteurs économiques du secteur (hôtellerie, restauration, transports…), un secteur très chouchouté par la Ville, ce qui est assez naturel. Mais je suis parfois amusée de constater que ces acteurs, pourtant grands apôtres du libéralisme triomphant, ne sont jamais en retard pour revendiquer des aides de toutes les collectivités.

Je participe également pour notre groupe à la Commission consultative des services publics locaux de la ville et à celle de la Métropole, commissions qui donnent un avis sur l’activité des services publics avant les délibérations en Conseil. Participent à ces commissions, à côté des élus et des administratifs, des représentants de la société civile et notamment du milieu associatif. Cela permet d’avoir accès à des informations assez précises sur l’activité de nombreux services tels que l’eau, les transports, les parkings, les ports, l’assainissement, l’auto bleue… même si les rapports annuels qui nous sont remis sont parfois assez indigestes dans leur présentation (il est clair qu’il est impossible à un groupe, aussi faible en nombre que le nôtre, de faire toujours un travail de fond sur toutes ces questions). Parmi les dossiers qui ont retenu mon attention figure celui du Crematorium de Colomars dont l’extension est indispensable (…)

Une dernière chose dont l’intérêt est encore en devenir. Sur ma proposition a été créée une Commission d’évaluation et de contrôle des marchés publics de la ville de Nice. J’en assure la co-présidence avec un membre de la majorité, Bernard Asso. Intérêt en devenir, car nous ne nous sommes réunis qu’une fois pour l’instant. Mais j’ai bon espoir car les représentants de l’administration municipale qui ont participé à cette première réunion se sont montrés très disponibles.

(…) Notre investissement ne doit pas se limiter au Conseil municipal ou métropolitain. Bien sûr nous avons à travailler sur le terrain ce qui nous permet de prendre le pouls des habitants de notre ville sur tel ou tel sujet. C’est extrêmement précieux. Il est également important d’aller aux rendez-vous donnés par des associations qui militent pour l’intérêt général et qui sont actuellement en difficulté suite à la baisse généralisée des subventions. Notre présence et notre accompagnement est pour elles un signe de reconnaissance du travail souvent essentiel qu’elles accomplissent. Et puis, comme tous les citoyens – un peu plus que tous les citoyens – nous avons à participer à différentes manifestations où il est important, symboliquement, que nous soyons là. Il était important d’être là pour Charlie et la liberté d’expression, pour le Kenya et l’éducation, pour les migrants péris en mer (…)

Publicités

Read Full Post »

Public, Palais Med

Notre photographe attitré – Henri – n’ayant pu participer au meeting de ce jour de la liste « Un autre avenir pour Nice », et mon appareil, confié à Patrick ayant mal fonctionné, l’essentiel des photos reproduites ici ont été piquées aux uns et aux autres sur facebook.

 Arrivée meetingPatrick AllemandFrançoiseFin meeting, Palais MédPalais Med, fin meetingApéroIMG_1060 IMG_1041IMG_0999MJSDominique et VéroPM

Read Full Post »

Dominique Boy-Mottard et Yann Librati

La liste « Un autre avenir pour Nice » ne pouvait pas laisser passer la date du 8 mars sans rien faire. Compte tenu du contexte actuel et de la volonté de certains de remettre en cause les droits des femmes, nous avons jugé utile de manifester notre soutien au gouvernement dans ses actions visant à améliorer à tous les niveaux l’égalité entre les sexes.

J’avais fait parvenir à la presse un communiqué qu’elle n’a pas jugé bon de publier et que je reprends donc ici.

En avant… toutes ! Le 8 mars c’est toute l’année.

En ces périodes troublées où les valeurs humanistes sont trop souvent foulées aux pieds par les extrémistes de tous bords, dans notre pays mais aussi ailleurs en Europe, les femmes sont les premières à faire les frais de la remise en cause de droits que l’on pensait acquis. Candidates et candidats sur la liste « Un autre avenir pour Nice », nous pensons que ces atteintes méritent mieux que l’action imaginée par la ville de Nice à l’occasion de la « Journée internationale de la femme » pour valoriser ce qu’elle estime être ses caractéristiques : bien-être, beauté, nature…

Pour nous, le 8 mars, c’est toute l’année. Parce que c’est chaque jour que le combat doit être mené pour que les femmes accèdent à une réelle égalité dans tous les domaines, qu’il s’agisse de la sphère privée ou de la vie publique.

Cette lutte ne doit pas nous faire oublier que dans de nombreuses régions du monde, des femmes voient leur liberté se réduire d’année en année sous la pression toujours plus forte de l’intégrisme et de l’obscurantisme. Ces femmes sont nos sœurs et quand nous nous battons ici, quand nous nous battons pour les droits des femmes, c’est aussi pour elles. Ça doit être surtout pour elles.

Souhaitant que cette journée soit réellement consacrée aux droits des femmes, nous vous donnons rendez-vous ce samedi à 15 h 30 sur la place Garibaldi.

Dominique BOY MOTTARD
2e de la liste « Un autre avenir pour Nice » conduite par Patrick Allemand

Notre rendez-vous a bien eu lieu et chacune des candidates a pu exposer aux regards des passants la phrase qu’elle avait souhaité proposer (ou la citation qu’elle avait choisie) reproduite sur une petite pancarte tout en distribuant un document. Tout cela grâce à… un homme, puisque c’est le directeur de campagne himself, Remi Boggio, qui, en des temps records, est parvenu à faire se concrétiser nos décisions. En prime, nous avons pu arborer fièrement un petit pin’s réalisé tout spécialement pour la circonstance et que j’ai bien l’intention de continuer à porter (presque) tous les jours… au moins pendant la campagne !

8 mars toute l'année

Groupe avec pancartesPetit groupefemmes

Read Full Post »

Place Saint-François

Place Saint-François

Ce matin, la plupart des candidats de la liste Un autre avenir pour Nice et de nombreux militants ont sillonné les rues jouxtant le Paillon de la place Masséna aux Abattoirs afin de présenter aux riverains, habitants et commerçants, leur projet du Paillon des Arts et de la Culture.

Pour ma part, j’étais accompagnée des candidats et militants de Gauche Autrement qui avaient, pour la circonstance, kidnappé notre tête de liste. En effet, c’est avec Patrick Allemand, que nous avons arpenté les rues entre la permanence de la rue de l’Hôtel des Postes et le Palais des expositions, en passant par le boulevard Jean Jaurès, la place Saint-François, Garibaldi, le boulevard Risso. L’occasion de croiser en chemin des militants du MJS et d’incorporer à la troupe notre amie Françoise Assus-Jutner, candidate représentant la société civile, en 8e position sur la liste.

C’est avec beaucoup d’intérêt que nos interlocuteurs ont accueilli nos propositions tant ils se désespèrent de voir le quartier un peu délaissé depuis que les places de stationnement ont été supprimées. Notre idée de redonner de l’animation en développant les activités artistiques et culturelles à l’est de la ville est particulièrement appréciée.

Arrivés au Palais des expositions (le futur Palais International des Arts et de la Culture), nous avons retrouvé l’ensemble des équipes pour partager le buffet préparé par l’équipe de campagne. Bravo aux organisateurs pour cette belle matinée de campagne, dans la joie et la bonne humeur.

Bd Jean Jaurès 2Place Saint-François avec France Interplace GaribaldiGaribaldipalais des expospalais des expos 2

Read Full Post »

Le Paillon des arts et de la cultureLa campagne électorale pour les Municipales bat son plein. Au moins dans la presse. Il ne se passe pas un jour sans qu’une ou plusieurs listes dévoilent un pan de leur programme. Parmi ces derniers, certains sont plus nourris que d’autres bien sûr. Vous me permettrez de faire un peu de pub pour celui de la liste « Un autre avenir pour Nice » en vous renvoyant sur son site. D’ailleurs, aujourd’hui, Patrick Allemand a présenté, sous forme d’une agréable balade le long du Paillon, notre plan d’équipements culturels, « Le Paillon des arts et de la culture ».

Les propositions des différents candidats sont parfois imaginatives, parfois banales. Quelques-unes sont too much ou franchement irréalisables, mais la plupart suscitent réflexion et intérêt.

Ainsi, les candidats, ces pelés, ces galeux, à qui l’on reproche souvent de ne pas parler du « fond » et des « vrais problèmes », mettent les petits plats dans les grands et les électeurs devraient être comblés. Pourtant, les réactions et les commentaires face à cette débauche de propositions sont plutôt rares.

Sur les réseaux sociaux, une photo de campagne pittoresque ou une attaque contre un autre candidat suscitent cent fois plus de réactions que l’exposé d’éléments de programme. Dans la rue, les questions dépassent rarement l’horizon du pâté de maisons. Tout cela est un peu décevant. Être citoyen, ce n’est pas se comporter en consommateur de démocratie, cela implique une participation active.

Bon, rien n’est perdu : il y a encore un certain temps avant l’élection et gageons que les Niçois entreront dans le débat le moment venu. À défaut, ils ne seront que des électeurs passifs.

Read Full Post »

Aujourd’hui, Patrick Allemand présentait le 2e volet du programme de la liste Un autre avenir pour Nice. Après « Nice , juste et solidaire », il s’agissait de développer treize propositions sur la thématique de « Nice, rassemblée et citoyenne ». Fruits d’un important travail collectif, je vous invite à en prendre connaissance sur le site Nice 2014. Treize raisons supplémentaires de voter pour notre liste !

Au-delà de ces propositions très concrètes, Patrick Allemand a conclu son intervention  en rappelant – et ses accents se firent alors parfois lyriques – que si Nice était belle, ce n’était pas seulement par sa géographie mais aussi par son histoire et son patrimoine. Une histoire républicaine d’abord car « la République est au cœur de l’identité niçoise et, depuis 1860, les valeurs républicaines font partie de l’ADN niçois ». Mais aussi une histoire où le cosmopolitisme a donné à Nice son identité. Bien sûr, il y a eu l’arrivée des étrangers aisés en villégiature ou à la retraite, les artistes venus trouver ici leur inspiration, mais aussi tous ceux qui voulaient y travailler, les Italiens puis les Maghrébins. Nice a également été une terre d’accueil pour ceux venus y chercher refuge : les Arméniens, après le génocide de 1915, les Russes, après la Révolution de 1917, les juifs, notamment espagnols, dans les années 1930. Sans compter l’apport important des rapatriés d’Afrique du Nord. Immigration dorée, immigration économique, immigration politique : ce que Nice est aujourd’hui est le résultat de ce brassage culturel.

« Ces dernières années, le Maire sortant a parfois utilisé abusivement ce particularisme à des fins politiciennes. Au lieu d’en faire une force ouverte et tournée vers l’avenir, il en a fait un bastion à défendre alors que personne ne l’attaque. (…) Nice s’enlaidit quand elle refuse son histoire, quand elle se divise, en jouant des particularismes de chacun au lieu de jouer la partition de l’identité niçoise qui est le rassemblement de tous, dans les valeurs de la République, quelle que soit sa couleur, son origine ou sa religion. (…)
Nice est belle quand elle est rassemblée, quand elle respecte tous ses fils et toutes ses filles, descendants de familles venues s’établir ici, depuis des siècles. Ranimer ce génie, c’est le défi de la prochaine équipe municipale. (…) Nous voulons rassembler les Niçois et donner à Nice le rayonnement international que lui permet son cosmopolitisme. Ce cosmopolitisme est un atout dans l’économie mondialisée, qui peut faire de Nice, une ville singulière, comparable à aucune autre, une ville ou le rassemblement des habitants permet le rayonnement et l’attractivité, notamment sur les plans économique et culturel. »

On en redemande !

Read Full Post »

Nice juste et solidaire 1

La liste Un autre avenir pour Nice a choisi de présenter son programme de façon originale. Afin de mettre en évidence la cohérence entre les différentes propositions que nous entendons faire aux Niçois, nous avons souhaité adopter une démarche transversale, consistant à mettre en évidence, à travers quatre axes, le sens des politiques que nous entendons mener. Exit donc les programmes uniquement thématiques et forcément un peu statiques (le logement, l’éducation, le handicap, la culture, l’environnement, les mesures en faveur de la jeunesse ou en direction des seniors…) : tous ces thèmes seront bien sûr traités, mais les différentes mesures s’y rattachant pourront se retrouver dans plusieurs des quatre axes retenus pour donner un autre avenir à notre ville.

Ces quatre axes, qui sont autant d’ambitions, sont les suivants :
– Nice, juste et solidaire
– Nice, rassemblée et citoyenne
– Nice, durable et conviviale
– Nice, créative et stimulante

Aujourd’hui, Patrick Allemand présentait à la presse le premier, « Nice, juste et solidaire ». En résumé, dix propositions phares :

1. Nous redonnerons du pouvoir d’achat à 25000 foyers modestes grâce à un abattement sur la taxe d’habitation.

2. Nous lutterons contre les inégalités sociales dès la petite enfance par la préscolarisation dès 2 ans, en premier lieu dans les Zones d’Education Prioritaire.

3. Nous garantirons l’égalité des chances par l’équité territoriale des équipements scolaires.

4. Nous ferons le choix de la gratuité des activités culturelles et sportives proposées à tous les enfants dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs.

5. Nous proposerons un pacte pour la jeunesse avec, entre autres, la gratuité des transports publics pour les moins de 18 ans, la création de 1500 logements étudiants et de 150 emplois d’avenir.

6. Nous lutterons contre la précarisation des seniors par la création d’équipes de «voisins solidaires» et de 150 places en EHPAD municipaux.

7. Nous adapterons la politique de santé aux différents territoires en particulier par la création de Maisons de santé pluridisciplinaires de proximité.

8. Nous développerons la mixité sociale en rendant obligatoire la construction de logements sociaux pour toute construction de plus de 800 m2.

9. Nous proposerons un pacte pour le mieux-vivre dans le logement social (attributions, mobilité, travaux, entretiens, etc.)

10. Nous faciliterons la production de logements neufs abordables pour les classes moyennes, lutterons contre la vacance des logements et limiterons les possibilités de reventes spéculatives.

Pour prendre connaissance plus précisément du contenu de ces mesures, vous pouvez consulter le texte sur le site de notre liste.

Nice juste et solidaire 2Nice juste et solidaire 3Nice juste et solidaire 4

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :