Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Thermes’

dbm01Monique Jannet et Pierre-Antoine Gatier

Le comité des quartiers de Cimiez-Rimiez-Brancolar-Scudéri-Cdt Gérôme continue à explorer le temps. Mais pas seulement.

En effet, pour la deuxième conférence, toujours en collaboration avec le musée archéologique de Cimiez, le Président Lubrano et son équipe avaient décidé d’inviter Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des monuments historiques et Inspecteur général de ces mêmes monuments. Heureusement que son avion, qui risquait de ne pas pouvoir quitter l’aéroport d’Orly pour cause d’intempéries, a fini par décoller. Pour la plus grande chance de ceux qui sont venus l’écouter parler « du projet de restauration et d’accueil du public » du site archéologique.

Mais avant cela, il fallait faire un petit retour en arrière, un retour sur l’histoire de la redécouverte et des fouilles du site, un « site extraordinaire, fascinant par sa stratification historique ». Parce qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, il n’y avait plus là que des terres agricoles. Et c’est après le rattachement du Comté de Nice à la France que l’amphithéâtre de Cimiez, en même temps que le Trophée de la Turbie, fit l’objet d’un classement aux monuments historiques, l’un des premiers, puisqu’on était en 1865 et que ce type de classement n’existait que depuis 1840. Immédiatement on y fit les premières fouilles (notamment l’architecte niçois, Brun).

Les vestiges les plus importants de la ville antique se trouvaient sur la propriété des Garin de Cocconato autour de leur villa (l’actuel musée Matisse). Les photos que nous avons pu voir, datant du img_0248-2milieu du XIXe siècle, montrent un amphithéâtre en ruine dont l’arène était envahie par les plantations. Une route communale le traversait pour relier Cimiez à Nice. Au début du XXe siècle, sous l’impulsion de Jean-Camille puis Jules Formigé, une restauration globale des arènes est envisagée. Mais en 1923, Edwige, la dernière habitante de la propriété la vend à une société immobilière. La construction d’un lotissement est prévue ce qui fait réagir les sociétés savantes niçoises. Leur mobilisation, relayée à Paris par Jules Formigé, aboutira à l’acquisition de la propriété par la Ville. La villa Garin de Cocconato, à l’origine Palais de Gubernatis, va ainsi devenir la villa des Arènes.

A la fin de la première moitié du XXe siècle, les grands projets de Duval vont projeter Cimiez dans la grande connaissance scientifique : on réalise que les vestiges du site à côté des arènes ne sont pas ceux d’un temple mais ceux d’une vraie ville, Cemenelum, avec ses Thermes. Leur datation fait toujours débat (Ier, IIe ou IIIe siècle). J’ai été surprise d’apprendre qu’une ferme, construite vers 1930 à l’intérieur du grand Frigidarium, n’avait été enlevée qu’en 1977 : je n’en avais gardé aucun souvenir…

On peut apercevoir, sur les différentes photos projetées (Monsieur Gatier a beaucoup insisté sur l’importance de la photographie comme outil d’identification), les diverses restaurations dont l’amphithéâtre a été l’objet (notamment les parties en élévation). De petite taille, il était parfaitement adapté au site : ses constructeurs avaient profité du relief naturel et des affleurements rocheux pour le bâtir. Cette façon de tenir compte de la topographie du lieu pour édifier quelque chose de nouveau, plutôt que de tout raser comme on a eu tendance à le faire à l’époque moderne, mérite d’être signalé.

img_0255La fin de l’intervention de Monsieur Gatier fut consacrée à la restauration dans le cadre du Plan Patrimoine Antique, restauration qui va se dérouler en deux phases. La première sera consacrée à la consolidation des vestiges : c’est ce que l’on appelle une restauration-préservation. Elle devrait débuter rapidement. La seconde consistera à traiter l’ensemble pour en permettre une utilisation contemporaine étant donné que l’amphithéâtre est aujourd’hui un lieu de vie pour les Niçois et doit le rester. Il est envisagé – mais rien n’est acquis pour l’heure – de reprendre l’utilisation de l’époque antique avec des spectateurs tout autour de l’arène et non au milieu comme c’est le cas actuellement. Selon une hypothèse en vogue à l’heure actuelle, l’amphithéâtre aurait été pour partie en bois. Il serait possible de faire une reconstruction en cette matière sur une partie de l’amphithéâtre (ce qui donnerait une idée de ce qu’il pouvait être à l’origine) et d’installer des gradins en bois pour les spectateurs. L’avantage d’une telle formule est que les structures en bois sont réversibles.

img_0035-2Pour le reste du site (les Thermes), le projet a pour objectif, avec le musée archéologique, de mieux le présenter au public, en redéfinissant les parcours d’une façon plus pédagogique. S’agissant d’une ville, il y avait des voies de circulation : il s’agira de les emprunter pour faire la visite sur les pas habitants de l’époque, mais on utilisera en partie des passerelles pour protéger les lieux qui seront accessibles aux personnes à mobilité réduite. Le parcours se terminera au musée qui contiendra des éléments de connaissance et d’interprétation.

Bien sûr, tout est encore à l’état d’études aujourd’hui. Et il est rassurant de constater que ce travail se fait en étroite collaboration entre les archéologues et le service des monuments historiques, ce qui n’a pas toujours été le cas par le passé. Cette collaboration était d’ailleurs parfaitement illustrée par la complicité, sur l’estrade du CEDAC, de Monique Jannet, l’historienne, et de Pierre-Antoine Gatier, l’architecte.

« Les grands Antiques doivent être vivants, mais ils sont fragiles : il faut les protéger », dira ce dernier. Après l’avoir écouté, au terme d’une conférence passionnante et accessible à tous malgré ses aspects parfois techniques, on ne peut qu’acquiescer.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :