Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Serre Chevalier’

L’avantage des voyages en voiture, c’est qu’au-delà du but prévu – cette année le Pays de Galles et l’Écosse – la route que l’on emprunte pour y parvenir est déjà le voyage. J’ai eu l’occasion de le dire à de nombreuses reprises, à chaque fois qu’on me demande, étonné, pourquoi nous n’avons pas pris l’avion qui permet d’aller tellement plus vite. Systématiquement, les découvertes que nous faisons en chemin me permettent de le vérifier.

Cette année, notre première étape fut dans les Alpes, à Serre Chevalier où nous avons accompagné Édith, ma belle-mère, qui va y rester trois semaines. En quittant la station, nous avons eu notre première émotion en passant le col du Lautaret. Le site est superbe et nous avons eu le loisir de l’admirer longuement quand, quelques minutes à peine après notre départ, nous avons été stoppés suite à un accident qui devait être assez grave puisqu’il a nécessité l’intervention d’un hélicoptère.

Notre plan pour la journée en fut contrarié : le retard pris ne nous a pas permis de déjeuner, comme nous l’avions envisagé, au Bistrot Saint Pierre de Lugny où nous avions suivi quelques semaine plus tôt la finale de la Coupe du Monde de foot avec les amis qui séjournaient avec nous dans le Mâconnais. Il en va ainsi des voyages : tout ne se passe pas toujours comme prévu.

Du coup – passez-moi l’expression – nous avons roulé jusqu’à Reims. Notre précédent séjour dans la capitale champenoise datait d’une vingtaine d’années. Avec mon frère, Philippe, nous faisions alors un voyage avec Raymond, notre père, pour retourner sur les lieux qui l’avaient marqué. Au premier rang de ceux-ci, les terres témoins de la 1re Guerre Mondiale et le cimetière militaire de Suippes où son père, Victor, est enterré. Pour nous y rendre, nous avions fait étape à Reims. Et c’est au même café proposant une dégustation de Champagne, à proximité de la cathédrale, que nous avons levé nos verres, en pensant très fort à Raymond.

Dans la soirée, nous avons pu assister à un spectacle magique (et imprévu pour nous) de son et lumière sur la cathédrale. À peine avais-je eu le temps de me dire que nous avions de la chance d’être tombé dessus, que je me suis fait la remarque suivante : ce n’était pas une question de chance, mais seulement l’une des nombreuses opportunités qui s’offrent en permanence aux voyageurs qui ont choisi la liberté que procurent les déplacements en voiture. Amis écolos, vous voudrez bien me le pardonner ?

Publicités

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :