Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Sécurité’

Cette semaine, l’hebdomadaire Le Point a fait un numéro « spécial Nice ».  Ayant été interviewée pour l’opposition, j’y apparais brièvement à trois reprises (sur la sécurité et les subventions aux voitures électriques).

 

Read Full Post »

Fresque du CUM où se réunit le CM pendant les travaux à l'Hôtel de Ville

Fresque du CUM où se réunit le CM pendant les travaux à l’Hôtel de Ville

Ce matin avait lieu le premier Conseil municipal de la rentrée. Il avait été convoqué par une procédure d’urgence (délais abrégés) suite aux attentats qui ont endeuillé notre pays afin de soumettre au vote des élus 14 délibérations constituant autant de mesures susceptibles d’améliorer la sécurité dans notre ville.

Compte tenu du contexte, j’étais fermement décidée à voter en faveur de ces dispositions dont les principales avaient été élaborées en coordination avec le Préfet, notamment celle qui prévoit la modification de la convention entre la police nationale et la police municipale pour assurer une réaction rapide et coordonnée entre les forces de police et assurer la continuité des activités d’importance vitale en cas de menace terroriste.

Des membres de notre groupe avaient quelques hésitations face à certaines des mesures proposées qui ne correspondaient pas vraiment à la culture de l’opposition niçoise traditionnelle (vidéosurveillance, fermeture des commerces occasionnant des nuisances la nuit…). Mais il me semblait important que les élus républicains puissent montrer un front uni en la circonstance, d’autant que le maire s’est montré ouvert à nos propositions notamment en matière d’éducation.

Pour rendre plus visible la charte de la laïcité (ce que nous demandions), il a proposé qu’elle soit affichée dans toutes les salles de classe. De la même manière, nous suggérions que la délibération prévoyant des ateliers de sensibilisation à la citoyenneté, complémentaires aux actions de l’Education nationale, pendant le temps d’accueil périscolaire, soit améliorée dans le but d’en faciliter l’accès (d’un point de vue financier) dans les établissements de la ville où le besoin s’en fait le plus sentir. Christian Estrosi s’est engagé à faire en sorte qu’aucun enfant ne soit écarté du dispositif.

Face aux enjeux, les trois groupes républicains (la majorité, Un autre avenir pour Nice et le groupe Bettati-Concas) ont donc fait front commun.

Par contre, sur la totalité des délibérations, après une argumentation très politicienne, le FN s’est abstenu. Quant à l’autre groupe d’extrême droite dissident, il a carrément voté contre toutes les mesures touchant à l’éducation. Comme d’habitude…

Read Full Post »

CONSEIL DES MINISTRES

En liaison avec une actualité riche, juste quelques réflexions en vrac (en attendant un billet sur la réforme pénale en préparation).

Les discours de Manuel Valls et de Christiane Taubira sont-ils aussi contradictoires que les médias l’affirment ? Pas si sûr…

Quand un militant socialiste applaudit tour à tour les discours économiques de Moscovici et de Montebourg, il est incohérent. Quand il fait de même pour ceux de Valls et de Taubira, il fait peut-être reconnaître une nécessaire complémentarité.

En effet, dans un gouvernement, il est parfaitement normal que les deux grands ministères régaliens que sont l’Intérieur et la Justice s’expriment à travers un discours différent.

Quand Valls dit qu’il n’y a aucune raison valable pour que la loi républicaine ne s’applique pas avec la même rigueur vis-à-vis de chacun sur tout le territoire, il est dans son rôle et, cerise sur le gâteau, il ouvre les yeux à une certaine gauche qui n’a pas toujours l’expérience du terrain.

Quand Taubira propose de développer des alternatives à l’insuffisante et inefficace prison pour certains délits, elle est également dans son rôle et renoue avec le grand dessein des pères fondateurs de la République qui préféraient prévenir et éduquer que guérir… ou punir !

Pour reprendre une formule utilisée (sur un autre thème) sur un blog ami, Valls est plutôt dans le rôle du pompier qui éteint le feu, Taubira dans celui du forestier qui veut prévenir les incendies.

Après, ce sera bien sûr au premier ministre puis au président de décider du niveau où l’on doit bloquer le curseur, en tenant compte des données objectives mais aussi du contexte et des inquiétudes de l’opinion.

Autre remarque : dans le débat sur l’économie, chacun, droite et gauche, défend de vraies convictions. Par contre dans le (faux) débat sécurité/justice, on assiste plutôt à un face-à-face où chacun adopte une posture. En caricaturant un peu : angélisme contre populisme.

En effet, je suis persuadée que les bonnes consciences dogmatiques n’ont qu’une connaissance très limitée de la réalité. A l’inverse, les sécuritaires de droite (et plus particulièrement les élus) hurlent au loup alors que, pour la plupart d’entre eux, ils ne croient pas un mot de ce qu’ils disent mais espèrent cyniquement en toucher un bénéfice électoral.

Aux citoyens de ne pas leur donner raison en allant où on les attend. La démocratie exige aussi des efforts de leur part.

Read Full Post »

Dans un rapport de 250 pages, la très sérieuse Cour des Comptes passe littéralement à la moulinette la politique sécuritaire du gouvernement depuis 2002, année de l’accession d’un certain Nicolas Sarkozy au poste de ministre de l’Intérieur.

Faisant partie de ceux qui, à gauche, ont toujours considéré qu’il fallait certes combattre cette politique au nom des valeurs républicaines et humanistes, mais aussi et surtout la rejeter pour son manque d ‘efficacité, je suis évidemment rassurée de voir une des plus prestigieuses institutions de l’Etat critiquer « les résultats contrastés » des gouvernements successifs depuis cette date dans la lutte contre la délinquance. Cette formule, au regard de la sévérité du rapport proprement dit fait d’ailleurs office de doux euphémisme.

En effet, tout y passe.

– La fameuse « culture du résultat » est fustigée. C’est ainsi que, pour faire du chiffre, on a interpellé de plus en plus de consommateurs de drogue (+ 76 %), car l’arrestation d’un fumeur de cannabis est une bonne affaire pour les statistiques : un délit constaté, un fait élucidé. Pendant ce temps, les interpellations pour trafic de stupéfiants n’augmentent que de… 8 %.

– Les baisses autoproclamées de la délinquance sont contestées. D’une part, « le calcul n’est pas pertinent en raison de son hétérogénéité », d’autre part, des instructions sont données pour ne pas enregistrer toutes les plaintes (ainsi, en 2009, on refuse d’enregistrer les plaintes de victimes d’escroquerie à la carte bancaire).

– Les forces de police sont quantitativement et qualitativement mal réparties : dans une petite ville de province, les policiers seront nombreux et expérimentés, dans une banlieue difficile, moins nombreux et débutants. Elles sont également mal utilisées : seuls 5,5 % des policiers sont présents à un instant T sur la voie publique.

– Malgré les déclarations et les habiletés statistiques, les effectifs de police ont reculé de 5,5 % de 2003 à 2010 (et ça continue en 2011 avec la diminution du nombre de fonctionnaires) et les polices municipales progressent régulièrement par rapport à la police d’Etat.

– Enfin, le rapport stigmatise le recours excessif à la vidéosurveillance (la Cour ne parle pas, elle, de vidéoprotection, terme souvent utilisé à tort par les responsables politiques). Patrick n’a pas pu résister à écrire un quatrième billet sur ce sujet qui lui tient à cœur.

Dans un département où, à coups de CRP (contrats de responsabilité parentale), de Centres fermés, de caméras et de portiques, on s’inspire trop souvent de cette politique, il serait temps d’engager le débat sur les 250 pages du rapport des Sages de la Cour des Comptes.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :