Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Sarah Palin’

Sarah Palin

Sarah Palin

Quand il s’agit de traiter l’actualité immédiate, la fiction américaine est d’une incroyable efficacité.

Ainsi, cinq années après la campagne présidentielle 2008, la chaîne HBO (très appréciée sur un blog voisin…), nous livre un téléfilm de très grande qualité (Golden Globes 2013) désormais disponible en DVD.

Game change nous narre « l’ascension et la descente aux enfers de Sarah Palin », un document pour le moins ébouriffant sur l’incroyable parcours de Sarah Palin, gouverneur de l’Alaska, pro-life, créationniste, hockey mom autoproclamée et d’une inculture politique abyssale.

Confronté à l’avance d’Obama dans les sondages, le staff de McCain (un candidat républicain tout à fait honorable : rien à voir avec Bush ou même Reagan) s’affole et recrute in extremis Sarah Palin, politicienne inconnue mais dont les positions à l’emporte-pièce et un certain charisme sont censés inverser la tendance.

Très vite, l’équipe de campagne se demande même si cette dame, qui ignore qu’il y a deux Corées, qui pense que la reine d’Angleterre dirige son pays et qui prend des notes quand on lui explique la 2e Guerre mondiale (« les USA contre l’Allemagne et le Japon… je note… c’est top… », dit la dame) , n’a pas des problèmes psychiatriques.

Julianne Moore, dans le rôle de Sarah palinMais c’est une bonne oratrice capable d’improviser autour des obsessions de l’Amérique profonde. Dès lors, toute la stratégie de l’équipe de campagne (tétanisée) va consister à l’éloigner des médias et à attendre en croisant les doigts la défaite annoncée.

Le téléfilm montre les dangers des stratégies électorales uniquement basées sur la communication et la volonté d’épouser les fantasmes d’une supposée majorité silencieuse.

Mais le constat le plus terrible est que ce n’est probablement pas elle qui a provoqué la défaite de McCain. En tout cas, les dernières images de Sarah Palin nous démontrent qu’elle au moins pense le contraire.

Heureusement que, depuis, cette dame a disparu de la scène politique (même en Alaska), qu’Obama a été élu et réélu, que l’honorable John McCain est redevenu un homme politique républicain important et nécessaire à la démocratie américaine.

Voir, sur ce blog, le billet que j’avais écrit le 30 août 2008, à peine rentrée de Denver où la Convention démocrate venait d’investir Barack Obama, après avoir appris le choix de Sarah Palin par John McCain : Sarah Palin, une conservatrice radicale pour la Vice Présidence républicaine.

Read Full Post »

John McCain a choisi une femme pour Vice Présidente. A priori, on pourrait être satisfait, sur le plan du symbole, des tickets des candidats démocrates et républicains à la présidence des Etats-Unis. La plus puissante nation du monde aura comme principaux candidats, pour la première fois, un Noir et une femme (même si cette dernière est cantonnée à la Vice Présidence). Partisane convaincue de Barack Obama, j’avais cependant trouvé dommage que l’investiture se joue entre lui et Hillary Clinton. Une femme présidente ne m’aurait pas déplu. Mais, j’ai été rapidement séduite par les idées développées par Obama et par la campagne que lui et son équipe avaient choisi de faire.

Mais pourquoi a-t-il fallu que le candidat républicain choisisse Sarah Palin ? Pour récupérer l’électorat déçu d’Hillary ? Pour satisfaire les plus conservateurs des républicains, lui qui est considéré comme modéré ? Il l’a présentée comme « apportant le changement et la réforme » : l’aurait-il choisi pour contrer l’image véhiculée par Obama sur ce terrain-là ? Sans doute pour la plupart de ces raisons.

Je voudrais m’arrêter sur la personnalité de Sarah Palin (que je viens de découvrir d’ailleurs à l’occasion de sa désignation). Ce n’est pas sur son manque d’expérience que je m’arrêterai (elle est gouverneur de l’Alaska depuis 2006 seulement), mais sur ses choix politiques. Conservatrice, elle l’est, et sur tous les terrains. Membre du puissant lobby des armes à feu, la NRA (National Rifle Association), opposée à l’avortement, au mariage homosexuel… Elle rejoint McCain sur les questions environnementales et énergétiques : elle est pour l’ouverture aux forages pétroliers de la Réserve naturelle Arctique et en faveur de la construction d’un gazoduc à travers l’Alaska contre lesquelles se battent les écologistes.

A l’occasion de mon récent séjour aux USA, j’ai été surprise de voir à quel point les thèmes de campagne opposant traditionnellement les républicains et les démocrates étaient toujours d’actualité (aux thèmes précédents on peut ajouter notamment la question fiscale et l’intervention de l’Etat, la santé…) et Sarah Palin fait plus que surfer sur ces thèmes. En deviendra-t-elle le porte-drapeaux ?

Il est extrêmement surprenant (et consternant) pour un Européen de voir que des questions de société, qui font chez nous l’objet – à de rares exceptions près – d’un consensus, sont encore au cœur des débats aux Etats-Unis. Alors que l’avortement y est légal depuis une vingtaine d’années (la Cour suprême considère qu’il s’agit d’une affaire privée concernant uniquement la femme enceinte), le combat des opposants n’a jamais cessé. C’est ainsi que lors de la Convention Nationale Démocrate de Denver, j’ai pu assister à de nombreuses provocations, aux abords de la salle, des militants pro-life ou plutôt anti-choice (ceux qui étaient là étaient d’ailleurs tous des hommes) : grandes affiches indécentes et écœurantes, lecture de passages de la Bible censés justifier leurs positions, dénonciations à grands coups de mégaphone… A aucun moment, les agressés n’ont répondu à la provocation. Mais le lendemain, de nombreuses militantes pro-choice sont venues manifester très dignement devant les portes de la Convention.

Il est peu dire que j’aime les Etats-Unis d’Amérique. Mais le conservatisme d’une grande partie de la classe politique me choque énormément. On me dira que ce n’est que le reflet d’une société empreinte de puritanisme religieux. Sans doute. Mais n’oublions pas que la très grande majorité des Américaines sont favorables à l’avortement. Il n’est pas sûr que celles qui, parmi elles, sont républicaines déplacent leur vote vers un candidat démocrate. Mais il suffira de quelques-unes…

Militantes pro-choice

Militants anti-choice

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :