Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Sami Cheniti’

Richard Martinez, Sami Cheniti, Patrick Mottard

En prolongement des vœux de Patrick Mottard, hier soir, en tant que conseiller général du canton de Nice 5, Richard Martinez se voyait remettre la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports en présence de son parrain, Sami Cheniti. Proches, collègues, et même anciens élèves de Richard s’étaient joints à nous, preuve, s’il en était besoin, du bien-fondé de cette reconnaissance.

Au-delà du riche CV de ce professeur de lycée, également chargé de cours à l’Université de Nice Sophia Antipolis, très investi dans les activités scolaires et périscolaires (notamment dans l’éducation populaire) et dans les milieux associatifs laïques pour l’enfance en difficulté, le conseiller général a tenu à mettre en avant les capacités de Richard à inventer et à sans cesse se remettre en cause.

On a ainsi pu apprendre qu’il avait mis en ligne tous ses cours avec une pertinence et une lisibilité telles qu’un éditeur est venu lui demander d’écrire un ouvrage sur le thème de l’énergie et du développement durable et, au vu de celui-ci, lui en a commandé deux autres.

Bien sûr, il convenait d’associer à cet hommage les deux femmes de Richard : sa compagne, Véronique, qui l’assiste souvent « tout en supportant le stress qui s’empare régulièrement de cet éternel perfectionniste », et leur fille, Camille, étudiante brillante, « démontrant par là même que Richard, contrairement à Jean-Jacques Rousseau, a aussi réussi à être pédagogue dans sa vie familiale ».

Richard a pris ensuite la parole et son beau discours, sincère, empreint de modestie, a touché l’ensemble de l’assistance.

Un pédagogue, assurément, un homme souvent stressé (ce qui ne l’a jamais empêché d’être efficace), sans aucun doute. Mais on peut ajouter, un ami fidèle, quelqu’un sur qui l’on peut compter en toutes circonstances. Nombreux sont ceux qui peuvent en témoigner et ils étaient là hier soir pour le dire. D’ailleurs, à la fin de la petite cérémonie et entre deux morceaux de galette, ils se sont tous pressés pour être pris en photo avec l’homme du jour. Je n’ai pas laissé passer mon tour !

Dominique et Richard

Read Full Post »

Les représentants des Francas à la tribune

Le Relais International de la Jeunesse « Clairvallon » est un lieu culte pour l’Education Populaire azuréenne. Construit par et pour des jeunes ouvriers dans un quartier plutôt aisé, géré par le CLAJ (Club de Loisirs et d’Action de la Jeunesse), il est le point de passage obligé de tous ceux qui se préoccupent des maux du monde tel qu’il est tout en imaginant un futur meilleur.

Ainsi, coup sur coup, j’ai participé à deux événements relevant de l’Education Populaire au Relais de l’avenue Scudéri.

Samedi dernier, avec Patrick et à l’instigation de notre ami Laurent Flipo, nous avons rencontré des scouts (pionniers et caravelles) représentant l’ensemble du mouvement sur le département. Il fut question d’engagement, de citoyenneté, de politique avec un grand P… Un joli moment avec des adolescents qui préfèrent agir dans la vie réelle plutôt que de rêvasser devant un écran d’ordinateur.

Ce jeudi, c’est à l’Assemblée générale annuelle des Francas que nous avons été conviés, comme l’an dernier : une assemblée présidée par Sami Cheniti et animée par Pierre Benhalla (son directeur), ainsi que le trésorier et le secrétaire général de l’association, sous le regard attendri de « l’ancien », Henri Cottalorda, en présence de Lauriano Azinheirinha – adjoint à la Jeunesse et ami de l’Education Populaire –, de l’Inspecteur de la Jeunesse et des Sports, toujours fidèle, et – excusez du peu ! – de Monsieur Christophe Fasille, sous-préfet chargé de la politique de la ville, qui nous gratifia d’ailleurs d’un de ces discours qui font honneur à l’Etat.

Pour ma part, c’est en tant que conseillère générale du lieu que me revint l’honneur d’ouvrir la séquence discours. L’occasion de rappeler que « Nous devons, nous élus, avoir bien conscience de l’importance que revêt l’action d’une association comme la vôtre, plus encore quand notre pays connaît une période de crise grave qui touche principalement les plus faibles de nos concitoyens. Parce qu’en effet, malgré tous les espoirs qui ont été fondés, depuis Jules Ferry, sur l’école, facteur d’égalitarisme républicain, on s’est rapidement aperçu que, quels que soient ses mérites, ce ne serait pas suffisant pour faire fonctionner l’ascenseur social et que l’école ne parvenait pas à supprimer les inégalités. C’est ainsi qu’est née l’Education Populaire : à côté de l’école, il fallait trouver des structures pour permettre l’intégration républicaine de tous (…) Aujourd’hui, il y a une nouvelle exclusion, de nouvelles inégalités et le pacte républicain est en danger. Les quartiers sont devenus des ghettos et l’on a dû inventer la politique de la ville. Et l’Education Populaire a toute sa place dans cette politique. »

J’ai tenu également à insister sur l’importance que revêt l’organisation par l’association d’un colloque portant sur l’accueil des enfants en situation de handicap dans les différents lieux d’accueils collectifs, pour lequel le Conseil général des Alpes-Maritimes avait voté le matin même une aide financière. Une tâche à la mesure des Francas : « Fédérer l’ensemble des acteurs concernés, porter une réflexion commune, favoriser une dynamique afin d’améliorer les conditions d’accueil de ces enfants dans le domaine des loisirs, voilà une belle tâche, une tâche qui ne sera peut-être pas simple, mais vous avez, aux Francas, l’habitude de placer la barre toujours très haut. Avec vos compétences, vos capacités et votre détermination, je ne doute pas un seul instant que vous parviendrez à la franchir. »

Enfin, une AG des Francas c’est bien sûr une salle pleine où toute l’Education Populaire était représentée, un bilan (remarquable), des perspectives d’avenir, quelques votes, des élections… Mais c’est surtout un « after ». Un « after » fraternel et chaleureux plein de rencontres, de partage et de rires. Sous la verrière de la véranda de Clairvallon, avec Patrick, nous avons volontiers sacrifié à la tradition et c’est fort tard que les invités se sont quittés avec la certitude que les Francas 06 sont repartis pour une belle année au service de l’Education Populaire.

Read Full Post »

Mon cher Sami,

plume-doieJe tenais à te dire – et à le faire par écrit – à quel point j’ai été impressionnée par ta prestation dans le 12e canton. Même si l’on peut être collectivement déçus par ce résultat qui n’est pas à la hauteur de ce que nous pouvions espérer, tu as montré à l’occasion de cette candidature une nouvelle facette de ton talent qui, décidément, en a de multiples.

Sans céder à la démagogie, en te montrant pédagogique, tu as poursuivi en matière politique les engagements qui ont toujours été le tiens sur le plan professionnel et associatif, utilisant ton charisme sans jamais rien renier de tes convictions. Ce faisant, tu as quand même pu fédérer autour de toi des personnes issues des cités qui, jusqu’alors, se désintéressaient complètement de ces questions, des personnes, souvent des jeunes, écoeurées par le spectacle que leur donnent, pas tant les partis politiques, que ceux qui les représentent (même si ils ont souvent tendance à confondre les deux…). Bien sûr, ils ne sont pas encore très nombreux mais – ce n’est pas au militant de l’éducation populaire que je vais l’apprendre – c’est une tâche de longue haleine que celle qui consiste à expliquer et à convaincre plutôt qu’à attirer en promettant toujours plus.

En tout cas, tous ceux qui ont fait cette campagne à tes côtés peuvent être fiers – et je sais qu’ils le sont – d’avoir soutenu un candidat tel que toi.

Tu aurais pu choisir une voie plus facile, plus traditionnelle, pour t’engager en politique et nous savons que tu en avais l’opportunité. Le fait que tu sois resté fidèle à tes valeurs, fidèle à tes amitiés, alors que tu n’avais rien à y gagner d’un point de vue personnel, témoigne des qualités de l’homme. Ces qualités, nous avions déjà pu les apprécier quand tu as décidé, à notre demande et sans jamais l’avoir toi-même sollicité, de venir travailler au Conseil général.

Tu sais, pour l’avoir vécu avec nous, combien ce sont là des qualités rares en politique et sans doute pas seulement en politique d’ailleurs.

(Passage plus personnel…)

Avec toute mon affection,

Dominique

Read Full Post »

img_0105

Photo Henri Cottalorda

On l’avait bien senti venir, mais on avait gardé un optimisme prudent… Lorsque nous avons quitté le CAL de Bon Voyage, aux alentours de 22 heures, nous nous sommes demandé si nous n’avions pas rêvé. Nous venions de participer à une réunion électorale comme je n’en avais jamais vu.

La soirée avait commencé avec les interventions de Patrick Mottard et d’Hervé Caël (venu avec une importante délégation du MoDem, dont Fabien Bénard). Hervé a rappelé que le Mouvement des Démocrates apportait son soutien à des candidats représentatifs du renouveau de la politique et que, sur cette base, des convergences locales pouvaient être dégagées dans le respect de l’identité de chacun.

Puis ce fut au tour de Sami. Au seul énoncé de son nom, la salle comble de la Black Box s’est mise à applaudir à tout rompre en scandant « Sami ! Sami ! ». Et il n’avait pas encore parlé… Alors, pendant et après son discours, l’ambiance est encore montée d’un ton. Il faut dire que le public était composé en majorité des familles du quartier qui le connaissent depuis longtemps et qui l’ont écouté parler de logement, d’éducation, de formation, d’emploi, de sécurité (certes, il faut assure le respect de l’autorité, mais il ne faut pas oublier la prévention). Dans tous ces domaines, Sami connaît bien son sujet et se refuse à toute promesse démagogique : « Moi, je ne vous promets rien, je vous fais des propositions et ce sera à vous de choisir ». Beaucoup de responsables associatifs étaient là également, reconnaissant en Sami l’un des leurs.

Il insista sur la solidarité. Il ne se résoud pas à ce que le canton soit divisé en deux espaces qui ne communiquent pas entre eux. Il rêve d’un canton, d’une ville, où s’effondrerait le mur invisible qui existe entre les quartiers, ce mur de méfiance qui fait que chacun reste chez soi.

La salle approuve, la salle vibre, la salle explose. Beaucoup nous rejoignent sur la scène et on offre des bouquets de fleurs à Audrey et Sami.

Puis, dans cette salle une fois de plus magnifiquement préparée par Richard Martinez, ce fut après la présentation de son livre par Moussa Ba sur le quartier des Liserons, un festival de tecktonik avec Eddy, de danses indiennes puis orientales avec la délicieuse Dorsaf et ses élèves, de Rn’B avec les chanteurs autour de Slaya qui enflammèrent l’assemblée.

Il était temps de changer de salle pour partager le verre de l’amitié. Et nombreux furent ceux qui continuèrent à discuter devant l’entrée.

Epuisé, Sami trouve la force d’aller de groupe en groupe pour préparer la suite, pour préparer demain. Une petite lueur dans son regard brille comme un aveu : le candidat a probablement passé l’une des plus belles soirées de sa vie. Une soirée charnière entre ce passé récent dont on vient de lui dire qu’il peut en être si fier et le début plein d’espoir du reste de sa vie.

D’autres liens où l’on parle de la soirée :

– Le site de Gauche Autrement

– Le blog de Sami et Audrey

– Le blog de Robert Brugerolles

– Le blog de Paillons Passions

Et l’on se dit que les médias traditionnels ont vraiment raté un grand moment… Heureusement, Jean-François de Nicetéléweb était présent avec sa caméra durant toute la soirée. On devrait bientôt avoir une vidéo sur leur site.

img_0042img_0038img_0054img_0096img_0077img_0113img_0162img_0164img_0216img_0243img_0175img_0261

Ajouté à 19 h – Gros succès de ce post ! C’était « l’article du moment » sur WordPress dans l’après-midi, c’est-à-dire le plus visité des 188 887 nouveaux posts du jour.

article du moment

Read Full Post »

img_0017

Dès que vous êtes sur le territoire du 12e canton de Nice, il se trouve toujours une personne, un groupe de jeunes, une famille, pour aborder avec le sourire notre candidat : « Bonjour Sami ! »

La connaissance est souvent professionnelle ou associative, parfois familiale ou sportive, toujours amicale.

Et c’est ainsi qu’on a le sentiment que, dans ses vies antérieures, Sami ne s’est fait que des amis !

img_0032Aujourd’hui était fixé au Pont Michel le rendez-vous avec la presse afin de présenter candidat et suppléante. Avec Clotilde, Bernard Clérico, Bernard Paquin, Jean-Louis, Gérard, Henri, Maurice… il y a une petite délégation de Gauche Autrement venue soutenir Sami et une Audrey de plus en plus à l’aise dans ce rôle, si nouveau pour elle, de candidate.

Les habitants du quartier ne sont pas en reste, et c’est une dizaine d’entre eux qui se joignent à nous spontanément à l’intérieur de la désormais mythique Brasserie des Poètes.

Sami et Audrey expliquent ce qu’ils sont et leur ambition pour le canton. Alors même que laimg_0043 campagne, par la faute essentiellement du candidat sortant, se crispe, je ne peux m’empêcher d’admirer la sérénité de nos candidats toujours si positifs quand il s’agit d’expliquer pourquoi il faut faire de la politique autrement dans les quartiers du 12e canton. Tous les quartiers. Aussi bien le Mont Boron et le col de Villefranche où ils étaient hier que Bon Voyage et Saint Charles où nous sommes aujourd’hui.

Je ne peux m’empêcher de faire remarquer que, si Sami n’est pas réductible au statut de candidat de « la diversité » (c’est plutôt « la diversité » qui a trouvé en lui son candidat…), Gauche Autrement est la seule force politique qui a joint les actes à la parole. Cela aussi on nous le dit beaucoup sur le terrain. Décidément, les appareils ont du mal à évoluer et à sortir de la gangue de la vieille politique…

Mais, comme le faisait remarquer en fin d’interview Patrick, heureusement que ces derniers peuvent être battus le 3 mai dans le 12e canton. En effet, Sami et Audrey n’étant soutenus ni par Sarko ni par Ségo, tous les espoirs sont permis… même les plus fous !

Ajouté le 23 avril 2009

Vous pouvez télécharger l’article paru dans Nice-Matin du 23/04/2009 suite à la conférence de presse sami-nice-matin-23-avril

Read Full Post »

alex-med-1Avec Peggy, qui animait la journée des artistes à Saint Maurice

Entre deux tournées dans l’est de Nice pour participer à la belle campagne menée par Sami Cheniti et Audrey Meunier dans le 12e canton, c’est sur « mes terres », dans le 7e canton, que j’ai continué aujourd’hui à distribuer mon journal dans les boîtes aux lettres. Belle matinée ensoleillée. Et si les côtes de l’avenue de Gravier et du Vieux chemin de Gairaut sont un peu raides, on est bien récompensé quand on entre dans les magnifiques parcs ombragés des résidences du quartier. Des jardins splendides avec des plantes rares et des arbres majestueux et toujours ce lilas qui fait baver d’envie Henri qui a désespérément essayé d’en planter sur sa terrasse. Il ne doit pas avoir, comme on dit, la main verte…

Voir leur conseillère générale en train de distribuer son petit journal est toujours apprécié par les habitants toutefois un peu surpris car « nous ne sommes pourtant pas en période électorale ».

Clore la matinée en faisant un tour sur la place Alexandre Médecin, où avait lieu un rassemblement d’artistes locaux à l’initiative de la commission « animation » du comité de alex-med-2quartier, fut une riche idée. Deux jeunes gens (étudiants spécialisés pour l’un dans la peinture murale et l’autre dans le graphisme) accompagnés de leur professeur, étaient en train de peindre à la bombe un grand tableau qui devait être terminé dans la journée. Leur dextérité est impressionnante. En plus du plaisir de circuler entre les stands – parmi lesquels celui de notre ami Michel Kohler – sur un fond musical gai et entraînant (j’ai même été recrutée par Peggy, l’animatrice, pour reprendre au micro le refrain de « La ballade des gens heureux »), nous avons décidé, avec la responsable de l’animation, de travailler sur une histoire du quartier Saint Maurice grâce à la mémoire des habitants, un peu comme cela a été fait au Vallon des fleurs. Des témoins privilégiés de la vie de ce quartier étaient présents – c’est ce qui nous en a donné l’idée – et sont tout à fait prêts à participer à cette démarche qui pourra donner lieu à l’édition d’un livre et à une belle manifestation. Henri, évidemment, fera partie de l’équipe !

Il était presque 13 heures quand nous décidâmes de partir pour rejoindre Sami, Audrey et tous les autres sur le 12e canton. Eux aussi étaient enthousiastes, et c’est une équipe en pleine forme qui a fait le point sur le programme de la semaine à venir, avant de partager le pain et le vin à la Brasserie des Poètes. Si la politique devient une affaire de poètes, alors là…

Read Full Post »

img_0015

Ce soir, nous avons assisté à l’AG des Francas au CAL de Bon voyage. Forcément un bon moment, car il nous permet de retrouver un lieu où nous avons de beaux souvenirs et de très nombreux amis.

Sami Cheniti et Pierre Benalah ont organisé la soirée avec un grand professionnalisme sans pour autant gommer cette convivialité souvent amicale qui caractérise les manifestations de l’éducation populaire

C’était aussi l’occasion de faire le point sur les attaques subies depuis quelque temps par les associations du secteur et qui n’ont pas épargné les Francas. Aussi, lorsque Sami m’invite à la tribune, je ne me prive pas d’apporter ma pierre à l’édifice.

« (…) l’éducation populaire a été inventée à un moment où l’école de la République jouait à plein son rôle d’ascenseur social, c’était l’école de La gloire de mon père, de Pagnol… Et pourtant, à cette époque, on a considéré que cette école-là, laïque et gratuite, ne pouvait pas, à elle seule, vaincre les inégalités sociales crispées en inégalités culturelles. De là l’invention des universités et de l’éducation populaire pour compléter l’école, à côté de l’école, avec l’école…

Or, c’est au moment où le grand rêve républicain de l’intégration individuelle est menacé qu’on veut se débarrasser de l’éducation populaire. Comment peut-on l’asphyxier au moment où l’on en a le plus besoin ? L’éducation populaire doit non seulement vivre, mais s’épanouir. Je fais partie de ceux qui croient toujours au rêve républicain. Je suis de ceux qui penseront toujours – avec vous, je le sais – comme Alain-Gérard Slama que Rien n’est pire que l’impérialisme d’une mémoire commune si ce n’est le chantage de mémoires éclatées.

Des mémoires éclatées, je n’en veux pas pour notre pays, je n’en veux pas pour notre département. C’est pour cela que vous me trouverez toujours à vos côtés ».

Puis, le punch et le joli concert de Patrick Grieco qui nous fera chanter : «Laïcité citée ! Citez la laïcité dans la cité, Et quand les tchadors les souris peuvent danser » eurent tôt fait de transformer la sage AG en petite fête fraternelle.

img_0273img_0274img_0013img_0029img_0030img_0288

Read Full Post »

Ils sont tous là. Le Maire, bien sûr, le Président de la Communauté de communes, les gendarmes, les travailleurs sociaux, les fonctionnaires municipaux, les élus… Ils sont tous là pour fêter leur ancien Directeur de l’OMJCL (Office Municipal Jeunesse Culture Loisirs) devenu Chargé de mission pour le groupe « Gauche Autrement ».

Dans la salle des Fêtes, ils sont nombreux à témoigner leur amitié à Sami, l’enfant du pays, devenu l’indispensable responsable de la politique de la ville.

Après l’intervention chaleureuse de Paul Tixidor, le Président de l’Office avec qui Sami a partagé tant de moments, le maire, Marc Morini, gratifie l’assistance d’un discours émouvant qui se situe aux antipodes de la langue de bois qui généralement envahit ce type de manifestation. Il parle d’amitié, de fidélité, de valeurs, sans oublier le professionnalisme et l’expertise. Exactement les qualités pour lesquelles, avec Patrick, nous souhaitions travailler avec Sami. D’ailleurs, nous nous faisons discrets tout au long de la soirée tant est forte l’impression d’arracher à l’administration Morani un rouage essentiel !

Et si nous restons jusqu’au bout, c’est, bien sûr, à cause de l’extraordinaire convivialité de l’assistance en général et du maire en particulier, mais aussi – peut-être – parce que nous craignons qu’ils ne nous reprennent notre Sami, les Drapois…

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :