Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Parti socialiste’

Rue de Solferino, parti socialisteCes jours-ci, ça se déchaîne dans la presse et sur les réseaux sociaux à propos de l’organisation (ou pas) de primaires de la gauche pour les Municipales niçoises. Il semblerait que ce soit plié : il n’y aura pas de primaires dans la 5e ville de France… Essayons de faire le point sur le pourquoi de cette absence.

Selon les premières déclarations de Patrick Allemand, premier secrétaire fédéral du 06, c’étaient les responsables nationaux qui n’en voulaient pas mais lui les accepterait si on les lui imposait.

Selon le National PS, il n’y en a pas parce que la Fédération 06 ne les a pas demandées.

Est-ce que j’ai tort si j’en conclus que ni la Fédération du PS ni le National n’en voulaient et qu’ils ont beau jeu de se renvoyer respectivement la balle ?

Un journaliste présent sur le plateau de l’émission La Voix est libre de France 3 Côte d’Azur a contacté Alain Fontanel, le secrétaire national du PS chargé de ces questions qui lui aurait confirmé que, s’il n’y avait pas de primaires, c’est parce que « le patron de la Fédération [Patrick Allemand] ne le demandait pas ». Est-ce que Alain Fontanel connaît beaucoup de premiers secrétaires de fédérations qui, candidats à la tête de liste de la ville la plus importante du département, assurés d’un vote sans concurrence en interne par un petit nombre de militants faciles à tenir, demandent l’organisation de primaires citoyennes ? Ce en quoi, ils ont d’ailleurs tort, un tel vote ne pouvant que renforcer leur légitimité (mais, bien sûr, il faut sortir premier…)

Le journaliste a ajouté qu’il avait senti, au son de la voix de son interlocuteur parisien, que Nice ne les intéressait pas, que la ville était perdue d’avance et que dans ses conditions pourquoi s’embêter à organiser des primaires à Nice ?

Bien sûr, il ne s’agit que de ce qu’a interprété le journaliste en question. Mais, pour avoir fréquenté le PS de la rue de Solférino, j’ai souvent ressenti la même chose : quand, à Paris, vous dîtes aux socialistes présents que vous êtes de Nice, on vous regarde en riant ou en compatissant (selon le degré de générosité de votre interlocuteur), du genre « ah ouais vous là-bas, de toute façon… ». Qui peut dire le contraire ? En plus, quand on essaie de leur expliquer qu’il y a des possibilités de victoire à Nice, ou même simplement que l’importance d’une défaite n’est pas neutre, ils font en général la sourde oreille : ils ont manifestement autre chose à faire. Il est évident que Nice, ce n’est pas leur préoccupation, ce qui arrange d’ailleurs ceux qui tiennent les rênes de la Fédération.

A ce rythme, la droite a encore de beaux jours devant elle…

Read Full Post »

Participation 6e canton

Résultats 2e tour 6e canton Nice 2009

Cela devient une habitude dans le département à chaque élection partielle : 60% pour l’UMP (et/ou le NC) et 40% pour le PS. C’était déjà le cas il y a quelques mois dans le 12e canton de Nice (pourtant détenu par la gauche auparavant). C’est le cas aujourd’hui dans le 6e canton. Je parle des cantonales parce que pour la dernière législative partielle en 2008 c’était plutôt du 70-30 (5e circonscription)…

Je suppose que la Fédération du Parti socialiste des Alpes-Maritimes va continuer à trouver cela formidable : qu’est-ce que 20 points d’écart après tout ?

Résultats du 1er tour.

Read Full Post »

Le « débat » portant sur la nouvelle Déclaration de principes vient de se dérouler au sein du Parti socialiste 06.

Ce fut un débat pour rien. Comme le texte a été adopté par le National avant le débat local, ce qu’ont pu dire et faire les militants n’a strictement aucune importance. La base a parlé, discuté, produit des amendements et tout ça a fini au panier de la rue de Solférino. Comme d’habitude dirait Claude François…

Pendant les longues années au PS, je me suis toujours révoltée contre cette illusion de démocratie. Ce n’était pas le cas de la majorité des adhérents : à partir du moment où chacun avait pu placer ce qu’il avait envie de caser, personne ne se préoccupait de voir si, in fine, le texte national reprenait ne serait-ce qu’une infime partie de ce qui avait été proposé par la base.

Aujourd’hui pourtant, je ne peux retenir un Ouf ! de soulagement. Parce que les amendements au texte, envoyés par la fédération du 06, réussissent l’exploit de cumuler pinaillage bête et dérives inquiétantes.

Remplacer l’expression générations nouvelles par générations futures, n’est-ce pas du pinaillage ?

Remplacer «Lutter pour la paix, la sécurité collective, et le co-développement correspond à la vocation internationaliste des socialistes» par «Les socialistes luttent la paix (sic), la sécurité collective et le co-développement conformément à leur vocation internationaliste des socialistes (re-sic)» est-il vraiment plus explicite ?

Remplacer «Il [ le PS ] milite pour un ordre international juste et respecté » par « Il milite pour un ordre international juste et respectueux de tous» est révélateur d’une totale ignorance de ce qui fait la valeur du droit international : ce droit n’est rien s’il n’est pas respecté. Ce qui signifie que l’on doit être prêt, pour lui donner une effectivité, à utiliser des sanctions. Alors que respectueux de tous fait, au mieux, double emploi avec juste, au pire, conduit à considérer que le droit international doit tout respecter, y compris ce qui est injuste et donc pas respectable. Là, on n’est plus tout à fait dans le pinaillage.

Et j’en arrive au plus grave qui, d’après ce qui m’a été rapporté, a donné lieu à de longs débats et qui concerne les articles 14 et 19 de la Déclaration.

Dans le premier de ces articles (article 14), le texte national rappelle que le PS lutte pour l’émancipation des femmes, pour l’égalité entre les hommes et les femmes et combat les atteintes à l’intégrité et à la dignité humaines en raison du sexe ou de l’orientation sexuelle.

L’amendement retenu par la Fédération 06 remplace l’émancipation des femmes par le principe de parité (ce qui est réducteur) et fait carrément disparaître la dernière partie du texte condamnant les atteintes à l’intégrité et à la dignité humaines en raison du sexe ou de l’orientation sexuelle. A la place, on trouve une formulation générale sur l’égalité de droits pour tous, homme, femme et enfant. Pourtant, ce qui est important aujourd’hui, c’est que des atteintes sont portées à l’intégrité et la dignité des femmes en raison de leur sexe (voir le débat qui a eu lieu à propos de la décision du TGI de Lille) et à celle des homosexuels auxquels on refuse toujours une égalité des droits (mariage, adoption). Cet aspect est complètement édulcoré par le texte fédéral.

Dans le second de ces articles (article 19), le texte original précise que le PS «combat la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme sous toutes leurs formes». Là encore, localement, on édulcore par la formulation suivante : le PS «combat toutes formes de racisme et de discriminations».

Pour résumer, quelles différences trouve-t-on entre l’original et le texte amendé ?
Dans le texte national, d’une part, on milite pour l’égalité des sexes, en insistant sur l’émancipation et la nécessaire protection des femmes menacées dans leur intégrité et leur dignité, et on se bat contre l’homophobie (article 14). D’autre part, on lutte contre la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme (article 19).

Dans le texte amendé, on développe l’égalité des sexes en insistant sur le principe de parité et on abandonne toute référence à la liberté des orientations sexuelles : exit la lutte contre l’homophobie. Et on combat toutes formes de racisme et de discriminations : exit la lutte contre l’antisémitisme.

Toutes ces modifications ne sont pas neutres : insister sur la parité et oublier l’intégrité et la dignité des femmes est révélateur des priorités du combat féministe des socialistes des Alpes-Maritimes. Eviter de parler précisément du respect des orientations sexuelles et de l’antisémitisme en remplaçant ça par une formulation générale («toutes les discriminations») est également révélateur de leurs choix. Certains mots doivent être dits car ce qu’ils représentent ne peut être réduit à des généralités.

Refuser de parler des atteintes à l’intégrité et la dignité des femmes, refuser de parler d’homophobie, refuser de parler d’antisémitisme, moi, ça me fiche la trouille.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :