Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Mobile’

Vaugrenier - 1 (3)

En balade dominicale et (très) matinale à Vaugrenier, j’ai pu enfin profiter de quelques traces d’automne. Certains arbres jaunissent, d’autres rougissent, certains perdent même leurs feuilles.

Le soleil commençait à se lever et j’avais presque le sentiment d’être seule au monde : le bruit des voitures sur la route du bord de mer ne me parvenant qu’assourdi, je pouvais profiter du chant des oiseaux et entendre le bruit des feuilles ou des glands qui tombaient. Un photographe rencontré à un point d’observation m’a fait remarquer que l’hiver devait approcher car les rouges-gorges étaient de retour.

Armée de mon appareil photo, j’ai pris quelques clichés, mais le soleil étant encore très faible, les couleurs n’étaient pas très éclatantes. Quand elles le sont devenues, en même temps qu’arrivaient les premiers coureurs et promeneurs du parc, j’étais sur le départ…

 

Publicités

Read Full Post »

Soir d’été à Mobile, AL

The Garage

Mobile fut jadis la capitale de la Louisiane. Elle n’est plus que le débouché maritime de l’Alabama. Son quartier historique aimerait égaler, par sa beauté et sa réputation, celui de la ville qui lui a succédé, la Nouvelle-Orléans. Bon, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a encore du boulot !

Pourtant, il faut reconnaître que le petit secteur autour de Dauphin street n’est pas sans charme. Sa réhabilitation étant loin d’être achevée, il conserve un aspect authentique qui dégage une atmosphère très particulière, surtout de nuit. Mais nous sommes dans le Sud, et la température, qui la nuit continue à avoisiner les 30° C, chasse les passants vers la quinzaine d’établissements du quartier.

Moi qui maugrée depuis le début du voyage contre les interdictions ou les mises en garde liées au principe de précaution et au souci d’écarter les risques d’une action en responsabilité, j’ai eu le bonheur de passer un moment dans Le Garage, un joyeux capharnaüm qui est probablement le dernier des Etats-Unis à accepter les fumeurs sans restriction. Ça sent mauvais, ça oppresse, mais quelque part ça fait du bien. Je crois même avoir repris une margarita pour fêter l’événement.

Du coup, entre bar et restau, la rue était à nous… et on y a sans doute fait un peu les singes ! Mais, dans une ville où les arbres sont décorés des fameux colliers du Mardi Gras, c’est une fantaisie qu’on pouvait se permettre.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :