Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Mariage’

Noëlle et Mathieu - 1

Belle cérémonie républicaine hier en mairie de Nice que celle du mariage de Mathieu et de Noëlle, une de mes anciennes étudiantes, en présence d’invités qui, du fait des origines de Noëlle, étaient venus à la fois de Tunisie (du côté de son père) et d’Irlande (du côté de sa mère). Sans oublier une partie de la famille marseillaise de Mathieu et les copines de promo dont l’une avait fait spécialement le voyage du Michigan où elle est depuis installée. C’était un plaisir pour moi de retrouver quelques-unes de ces étudiantes qui avaient eu à subir mes cours de droit privé il y a deux ou trois ans.

Nous étions le 15 juillet et il était difficile de faire abstraction de la journée de la veille qui avait vu la commémoration et l’hommage aux victimes du 14 juillet 2016. Les mariés avaient souhaité que j’évoque ce drame et je l’ai fait en ces termes :

« (…) Noëlle, Mathieu, vous voilà donc officiellement mariés.

Le mariage civil est une cérémonie brève mais chargée de symboles. Ce n’est pas un sacrement, mais l’engagement d’une femme et d’un homme acté par la République et placé sous la triple bannière de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité. C’est dire qu’au-delà de l’engagement privé, de votre engagement privé, il y a une dimension sociale à votre union.

Au lendemain du 14 juillet – parce que vous avez souhaité l’évoquer – on ne peut que constater que la date de votre mariage a une forte charge émotionnelle. Elle nous rappelle que la République est fragile, que ces derniers temps elle est attaquée, parfois martyrisée, comme il y a un an sur la Baie des Anges.

Noëlle, Mathieu, en vous regardant, en voyant votre jeunesse, votre beauté, vos projets, je me dis que le hasard n’existe pas et que votre union aujourd’hui, précisément aujourd’hui, est un beau défi lancé à l’indicible. Un défi que vous n’aurez pas à affronter seuls puisque vos familles respectives, vos parents auxquels vous vouez tant d’amour – c’est très émouvant la façon dont vous parlez d’eux – et de reconnaissance pour ce qu’ils vous ont donné, seront auprès de vous, avec vous, pour le relever (…) »

Noëlle, Melissa et Alicia - 1

Noëlle et ses copines de promo, Alicia et Melissa, mes anciennes étudiantes

Read Full Post »

Avec l’été, la saison des mariages est revenue. C’est ainsi que la semaine prochaine j’aurai le plaisir de marier une de mes anciennes étudiantes. Mais ce samedi, c’était au tour d’Elodie et de Xavier. Amie de la famille de Xavier (je suis moi-même la marraine républicaine de sa soeur Elise !), j’ai connu le marié alors qu’il était encore un enfant. Maintenant, c’est un jeune homme qui, avec Elodie, a donné la vie à un petit Léon. Et ce fut l’occasion d’une grande première pour moi : célébrer en même temps une union et un baptême, le tout très républicain.

Xavier et Elodie - 1

Avec les parents et le petit Léon

Nos goûts communs pour les séries TV et les voyages, m’a permis d’y faire allusion dans mon discours à l’adresse des mariés, pour terminer ainsi :

(…) « C’est pourquoi il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, avec vos familles et vos amis, une belle vie et un amour éternel.

Sur ce dernier point (l’éternité c’est long, surtout à la fin comme dirait Woody Allen !), il me faut quand même garder contact avec la réalité. Alors, nous allons passer un accord. En combinant votre amour des voyages et des séries fantastiques, je vous fais une proposition.
Xavier, tu souhaites faire découvrir à celle qui est maintenant ton épouse ces Philippines qui t’ont tellement enchanté lors de ton tour du monde. Comme chacun sait – ou ne sait pas ! – les Philippines sont un archipel de 7107 îles dont environ seulement deux mille sont habitées. Je vous suggère donc, à chaque anniversaire de mariage, de visiter une de ces îles. Nous sommes en 2017, si on ajoute 2000 cela nous conduit – le calcul est simple – à 4017. Ce n’est pas l’éternité, mais c’est quand même pas mal.

Elodie, Xavier, au nom de la République française, je vous souhaite, jusqu’en 4017, deux mille années de bonheur. Au moins.« 

bapteme Leon Luccantoni - 1

Avec Guillaume et Sandy, le parrain et la marraine

Il était temps de passer, dans la foulée, au baptême de Léon. C’est ainsi que j’ai conclu mon discours :

(…) « J’ai déjà eu l’occasion de rappeler, dans la cérémonie précédente, la devise de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité. C’est sur cette dernière que je voudrais m’arrêter un instant. Qu’est-ce que la Fraternité, sinon l’expression républicaine du vouloir vivre en commun ? Un vouloir vivre ensemble qui trouve sa source dans la volonté pour chacun de s’investir dans une véritable communauté fondée sur des valeurs humanistes à caractère universel. Forcément universel.

C’est que dans le monde troublé où nous vivons, dans cette République française en perte de repères, le vouloir vivre en commun est de plus en plus menacé par les revendications identitaires. Sous prétexte de dénoncer le prétendu impérialisme de la mémoire commune, on n’hésite pas à utiliser l’arme fatale du chantage aux mémoires éclatées.

Léon, parce que tu es arrivé au monde à la veille de ce funeste 14 juillet 2016, parce que par tes parents et tes grands-parents tu es un héritier, ce sera le défi à relever. Ton défi républicain. Et Sandy et Guillaume seront là pour t’aider à le relever.

Aussi, c’est avec bonheur que nous t’accueillons aujourd’hui dans notre communauté. Tu seras un nouveau maillon de la chaîne formée par les femmes et les hommes de bonne volonté qui veulent un monde meilleur et qui savent pourtant qu’ils ne verront jamais cette tâche achevée.

Victor Hugo a dit : « L’énergie d’un côté, la douceur de l’autre : voilà les deux armes que je veux mettre dans les mains de la République ». Guillaume, Sandy, l’énergie d’un côté, la douceur de l’autre, voilà les deux armes que vous mettez aujourd’hui dans les mains de Léon.

Pour lui, pour nous. Et pour la République.« 

Tout ceci nous ayant pris quelque trois-quarts d’heure, il était alors temps de libérer les invités qui, très nombreux, avaient dû s’entasser dans la petite salle des mariages avec une climatisation aléatoire, pour poursuivre la fête dans un autre décor…

Read Full Post »

Mylène et Enzo

Dominique Boy-Mottard, Enzo, Mylène

Je célébrais aujourd’hui en mairie de Nice mon dixième mariage (plus que 140 et je rejoindrai Patrick…).

Cette union est la troisième d’une série initiée avec Julie et Ramzi en octobre 2015. En effet, j’ai ensuite marié Ahmed et Nadia (sœur de Ramzi) en décembre (voir la photo ci-dessous), et ce samedi Mylène (amie de Julie) et Enzo. Ayant comparé cette succession de mariages aux saisons d’une série TV (dont les mariés du jour sont friands), j’ai lancé un appel à l’assistance pour poursuivre avec une quatrième saison !

Mylène et Enzo étaient très entourés tant par leur famille (les mamans étaient superbes avec des chapeaux d’une élégance qui n’avait rien à envier à ceux de la reine Elisabeth II) que par leurs nombreux amis et la grande salle des mariages était bien petite pour accueillir ce joyeux public.

S’ils sont tous deux de nationalité française, Mylène a des origines polonaises (Varsovie) du côté de sa mère et Enzo italiennes (Calabre et Naples) du côté de son père. L’occasion était trop belle de faire, à l’occasion de mon petit discours, une balade en terre européenne.

« Mylène, la blonde slave, Enzo, le brun latin, je vous souhaite de faire de vos origines si diverses un enrichissement avec – pourquoi pas ? – des voyages qui seraient autant de retours aux sources.

Ainsi, pourquoi ne pas s’abandonner à la douce mélancolie de la plaine polonaise en suivant le cours paisible de la Vistule ? Pourquoi ne pas écouter un soir d’été le son si particulier de la cloche de Cracovie ? Pourquoi ne pas tutoyer l’Histoire devant les grilles des chantiers navals de Gdansk ?

Mais aussi, pourquoi ne pas plonger au sud du Sud ? Voir Naples sans mourir et Capri sans que ce soit fini en épousant les sortilèges de la grotte bleue tout en défiant un Vésuve tout en colère retenue ?

Ces petits voyages vous renforceront dans l’idée qu’à l’instar de l’Europe, ce sont vos différences qui vous enrichissent et font de vous un couple unique.

Commencer par l’Ecosse pour votre voyage de noces n’est pas une mauvaise idée. Nous sommes toujours en Europe… mais en terrain neutre. Et surtout, le pays des Pictes est, avec le Loch Ness et le château Poudlard cher à Harry Potter, celui des mystères.

Mylène, Enzo, permettez-moi, avant les Ecossais, de vous souhaiter un mariage qui soit aussi une complicité protégée de l’évidence par la sauvegarde de vos mystères intimes.

Bon voyage à vous deux. »

Mariage de Nadia et Ahmed en décembre

Mariage de Nadia et Ahmed en décembre

Read Full Post »

Julie et Ramzi

Dominique Boy-Mottard, Julie et RamziAprès Sarah et Thibaud, Maria et José, Antoine et Nicolas, Christelle et Didier, Blaise et Grégory, Sèverine et Guillaume, Iryna et Philippe, c’est aujourd’hui Julie et Ramzi que j’ai eu l’honneur de marier. Un couple attachant des quartiers Est de la ville (Saint-Roch, Riquier), qui m’avait été recommandé par notre amie Faouzia, très entouré par leurs familles et leurs amis, et très ému pendant la cérémonie.

Ils aiment beaucoup les voyages et, comme ils ambitionnent de partir un jour prochain pour le Costa Rica, je leur ai tenu ce petit discours :

« (…) Julie, Ramzi, un couple qui, comme vous, aime les voyages, ne peut que s’épanouir. En effet, la découverte et les horizons lointains cimentent l’intimité et la complicité tout en offrant une ouverture au monde qui permet de voir grand.

Vous m’avez confié que vous aimeriez bien faire votre voyage de noces au Costa Rica. J’espère que vous le pourrez – sinon n’hésitez pas à faire un jour le déplacement – car je vois dans le choix de ce sympathique petit pays l’occasion de faire quelques clins d’œil à votre futur.

Tout d’abord, ne dit-on pas que le Costa Rica est la Suisse de l’Amérique Centrale ? J’y vois donc, pour ma part, un symbole de prospérité matérielle pour votre famille.

Ensuite, c’est un des rares pays au monde à avoir renoncé – et cela dès 1949 – à avoir une armée. Nous avons donc là un joli symbole de relation pacifique basée sur la confiance au sein du couple que vous avez constitué.

On dit aussi que c’est le pays de la nature et surtout de la protection de la nature : les parcs nationaux recouvrent plus du quart de son territoire. Là, c’est placer votre mariage sous le signe de l’authenticité et du refus des artifices sociaux qui nous font perdre trop de temps.

Enfin, cerise sur le gâteau, ou plutôt feuille de menthe sur le Mojito [ je sais, je sais, ce n’est pas la boisson nationale du Costa Rica mais vous connaissez le guaro, vous ? ], après enquête, je peux rassurer Ramzi : il n’y a pas de Grande Roue (*) sur le territoire du Costa Rica ! Le seul vertige qu’il aura à craindre, c’est celui de l’Amour, comme dirait le regretté Alain Bashung. Et ce vertige-là, nul doute qu’il ne reprochera pas à Julie de l’avoir provoqué (…) »

(*) Private joke : Julie avait fait monter Ramzi sur la Grande roue à Nice au début de leur relation… et il n’avait pas osé lui avouer qu’il souffrait du vertige !

Read Full Post »

mariage blaise et Gregory

Ce samedi après-midi, je mariais Blaise et Greg en mairie de Nice.

Les choses commençaient mal : alors qu’ils avaient demandé, depuis décembre, la grande salle (il y a deux salles pour les mariages à Nice) puisqu’ils attendaient de nombreux invités, en nous rendant au service de l’état civil, nous constations que cela n’était pas possible car la grande salle était réservée pour le maire qui allait marier un couple qui participait à une émission de téléréalité tournée par TF1.

En voyant les 150 invités massés derrière les grilles de l’Hôtel de ville, j’étais extrêmement perplexe. Même dans la grande salle, ça n’aurait pas été simple… Mais les futurs mariés ont pris cela avec une certaine philosophie, le personnel de la mairie a fait de son mieux pour arranger les choses, l’adjoint Auguste Vérola nous a apporté son aide et, finalement, la plupart des invités ont pu suivre la cérémonie même si c’était depuis les différents couloirs. Quant aux autres, ils ont sagement attendu à l’extérieur la sortie des époux.

Ce petit cafouillage de départ a eu pour effet, grâce à un public particulièrement bon enfant, de placer la cérémonie sous le signe de la bonne humeur. Ce qui n’a pas empêché l’émotion d’être au rendez-vous au moment de l’échange des consentements, et aussi à la fin de mon petit discours qui clôturait la cérémonie, où j’avais usé d’une métaphore insulaire (les mariés ont souvent voyagé dans des îles) pour leur prodiguer un conseil : celui de protéger leurs mystères intimes, d’accepter de ne jamais essayer de tout savoir de l’autre. Ce serait illusoire et, de toute façon, pas souhaitable car c’est la différence qui enrichit.

Après la remise des papiers officiels et une petite séance photo à côté de Marianne, il était temps de rejoindre la joyeuse troupe qui s’est rendue en ordre quelque peu dispersé au lieu de rendez-vous pour partager un verre (accompagné de délicieuses gâteries) sur le Cours Saleya. L’opportunité pour moi de discuter avec quelques amis que j’avais retrouvés en cette circonstance, au premier rang desquels Jean-Louis et Marie-France, d’anciens copains de fac.

Jean-Louis et Marie-France

Read Full Post »

Les mariés et leurs enfants à la sortie de l'Hôtel de ville

Les mariés et leurs enfants à la sortie de l’Hôtel de ville

Les mois de mai et de juin sont définitivement ceux des mariages.

Et aujourd’hui, c’est avec un grand plaisir que j’ai uni en mairie de Nice Christelle et Didier, un couple qui a déjà beaucoup partagé (une vingtaine d’années de vie commune et trois enfants), qui vit à Nice Nord du côté de la villa Arson.

Un couple très attachant, ainsi que leurs familles, passionné de voyages et de culture, qu’il s’agisse de littérature, de cinéma ou surtout de musique (que le marié pratique).

Leurs goûts en la matière étant assez différents, il m’a fallu – mon souci de la symétrie – veiller à respecter les choix de l’un et de l’autre. C’est ainsi que si j’ai placé leur mariage sous le parrainage de Bruce Springsteen, cher à Didier (« Voilà un artiste qui, de Born in the USA à Streets of Philadelphia, a su conjuguer appétit de vivre, humanisme et engagement » ), j’ai terminé mon petit discours en citant le planant Ben Howard qu’affectionne tout particulièrement Christelle avec Only love que j’ai encouragé Didier à lui chanter :

« Darling, you’re with me, always around me
Only love, only love
Chérie, tu es avec moi, toujours près de moi,
Seul amour, seul amour
Donne-moi un abri ou montre-moi ton cœur
Viens amour, viens amour. »

Et dans sa belle robe rouge, coiffée d’une couronne rappelant (volontairement) celle des Femen, il m’a bien semblé que la mariée était émue…

 Didier et Christelle

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :