Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ligne 2 tramway de Nice’

conf-de-presse-gilli-boy-mottard-concas

Deux semaines après avoir été informés par les résidents de l’Artistique des dégâts occasionnés par le passage du tunnelier, nous avons tenu à faire une conférence de presse afin d’apporter des précisions sur notre position au vu des informations dont nous disposions et de l’éclairage du professeur Éric Gilli contacté par Marc Concas qui avait déjà travaillé avec lui à l’occasion des recours intentés par le collectif opposé au projet en souterrain de la ligne 2 du tram qu’il animait. En effet, il nous apparaissait que les réactions de la ville et de la métropole n’étaient pas susceptibles de répondre aux inquiétudes des habitants.

Le professeur Gilli, spécialiste du sous-sol et des problèmes d’eaux souterraines (géologie et hydrogéologie), est régulièrement intervenu dans la région sur ces questions. Il a en particulier travaillé sur l’effondrement du tunnel de Toulon.

Ses remarques relatives à l’insuffisance des études au niveau de la préparation du projet niçois se sont manifestement révélées exactes puisque la Métropole a par la suite augmenté les profondeurs des sondages qui étaient en cours. Ses collègues locaux, niçois, ont été peu à peu écartés du projet après qu’ils avaient soulevé un certain nombre de difficultés auxquelles le chantier allait être confronté. Et ces difficultés se produisent justement aujourd’hui sur l’ensemble du tracé.

Il avait dès l’origine été surpris de constater que les documents livrés à l’enquête publique donnaient l’illusion d’une absence totale de difficultés au niveau de la ville de Nice pour creuser le tunnel. Dans les documents de l’enquête publique, on a considéré qu’ils n’auraient strictement aucun effet sur les écoulements souterrains. Or, il en est convaincu : ce projet ne peut que provoquer des modifications de circulation d’eaux souterraines très importantes.

Parmi les problèmes qui se sont manifestés et qu’il a évoqués, il a tenu à insister particulièrement sur la situation à laquelle se sont trouvés confrontés les habitants de l’immeuble du 10, rue Foresta, comparable à celle que l’on rencontre aujourd’hui boulevard Dubouchage, à savoir un tassement de l’immeuble d’une dizaine de centimètres. Les personnes concernées étaient peu nombreuses, sans grands moyens, et elles ont accepté de prendre comme expert celui qui avait participé au référé préventif de ce chantier et qui se trouvait donc en fait juge et partie : difficile pour lui de se condamner lui-même… Du coup, les victimes se trouvent maintenant obligées de vendre leur appartement.

Pour autant, le professeur Gilli a rappelé qu’il ne s’était jamais opposé au projet en disant qu’il n’était pas réalisable (réaliser un tunnel, c’est toujours faisable) mais qu’il ne l’était pas avec la simplicité qu’affichait la Métropole et qu’il serait sans doute plus long et plus coûteux qu’annoncé.

Plus long, c’est déjà le cas, puisque, contrairement aux prévisions qui étaient d’un creusement de 10 mètres par jour, on constate un retard relativement important, signe que tout ne s’est pas passé jusqu’alors aussi facilement que prévu.

Nous ne faisons pas de catastrophisme mais nous demandons à être rassurés autrement que par la simple négation des risques puisque plusieurs dégâts se sont déjà produits. Il est difficile en l’état de savoir s’il est plus raisonnable de suspendre ou pas momentanément les travaux, la Métropole ayant communiqué sur les dangers potentiels d’une telle suspension.

Nous ne demandons pas l’arrêt des travaux : que l’on ait voté pour ou contre le projet, son arrêt en l’état serait en effet une catastrophe financière. Nous souhaitons qu’il puisse aller au bout mais, face aux difficultés que nous avons à obtenir des informations convaincantes et crédibles, nous avons conclu à la nécessité de réunir un collège d’experts locaux (parmi lesquels le professeur Gilli) qui serait susceptible de donner un avis indépendant sur les risques présents ou à venir dans des délais très brefs. Comme Marc Concas l’a conclu : « Nous ne demandons pas la lune ! »

dominique-boy-mottard-france-3professeur-eric-gilli-france-3marc-concas-france-3conf-de-pressedominique-boy-mottard-france-3gilli-concas-boy-mottard

Reportage au JT 19-20 de France 3 du 10/11/2016

Publicités

Read Full Post »

img_0753

Jeudi dernier, je recevais, à l’occasion de ma permanence municipale, une représentante des habitants du bâtiment de l’Artistique 27, boulevard Dubouchage, bâtiment qui abrite par ailleurs le Théâtre de la Photographie et de l’Image. Celle-ci me faisait part de leurs inquiétudes suite à un certain nombre de désordres constatés dans leur bel immeuble en début de semaine, alors que le tunnelier de la ligne 2 du tram (engin qui creuse le tunnel pour le passage en souterrain) avait dépassé la future station du square Durandy et venait de passer à proximité pour rejoindre l’avenue Jean Médecin puis le boulevard Victor Hugo.

C’est ainsi que des fissures importantes avaient pu être constatées tant sur la façade de l’immeuble que sur le côté donnant sur la rue Alberti, qu’il en allait de même à l’intérieur de certains appartements et qu’on avait du mal à ouvrir des portes palières, signes d’un mouvement des murs. Leur syndic avait fait poser des « pansements » sur les failles pour pouvoir suivre leur évolution éventuelle et un huissier s’était rendu sur les lieux (il n’avait pas été autorisé à pénétrer à l’intérieur du TPI). Par ailleurs, le personnel travaillant sur le chantier avait étayé les palmiers se trouvant devant l’immeuble, autre signe qui ne pouvait manquer d’interpeller les riverains. Ces derniers ayant les plus grandes difficultés à obtenir des informations de la part de l’administration métropolitaine et s’inquiétant à juste titre pour l’avenir, mon interlocutrice me demandait si je pouvais essayer d’en apprendre davantage et d’informer les médias de la situation.

Ayant essayé en vain d’obtenir des informations auprès de « la mission tramway » (personne ne semblait au courant de quoi que ce soit…) et après une visite sur les lieux, je décidais d’alerter le maire de Nice en lui faisant parvenir un courrier dès le vendredi soir (voir la lettre ci-dessous) et j’en informais la presse. Monsieur Pradal fut beaucoup plus réactif puisque le lendemain à la première heure son directeur de cabinet me téléphonait : les dégradations étaient bien réelles et des recherches étaient en cours pour en connaître l’origine exacte. Selon lui, c’était la première fois que le passage du tunnelier aurait de telles conséquences aux abords du chantier. Il m’a fait part de son étonnement dans la mesure où le tunnel passait sous le boulevard Dubouchage et était donc relativement éloigné des habitations (le trottoir est assez large sur le boulevard). Cette dernière affirmation n’était pas tout à fait exacte dans la mesure où, d’après le tracé du plan de la ligne 2 (affiché dans les points Infotram), le tunnel venant du square Durandy passe sous l’hôtel Ellington voisin (où des désordres ont également été constatés) et se trouve encore très proche des habitations au niveau du n° 27 du boulevard.

Le dimanche en soirée, j’étais à nouveau contactée par les habitants qui m’apprenaient que vers 20 heures une eau chargée de boue grise était remontée du sous-sol du trottoir créant une vaste flaque devant le TPI (voir la photo ci-dessus). Ce mercredi, après une longue journée de cours à la fac, j’avais donc rendez-vous avec eux et une journaliste de Nice-Matin pour faire le point sur la situation. Et ce n’était guère brillant : de nouvelles fissures ont pu être constatées et l’inquiétude monte dans la mesure où les informations qui leur sont données sont plus que parcellaires. Il faudrait que les responsables de la Ville et de la Métropole fassent preuve d’un minimum de transparence (ce que réclament les habitants) et, qu’à tout le moins, les travaux soient suspendus en attendant les résultats de l’enquête menée. Mon collègue Marc Concas, dont le cabinet est tout proche, nous a rejoints et a rappelé le recours qu’il avait intenté contre la ligne 2 du tram suite aux risques prévisibles que ferait courir le chantier aux bâtiments de la ville situés sur le parcours. Ce recours n’avait pas été couronné de succès. Aujourd’hui, on pourrait se demander légitimement pourquoi…

Lettre au maire de Nice 28/10/2016

Lettre au maire de Nice 28/10/2016

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :