Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘liberté d’expression’

dieudonneMarre, mais marre ! Il faudrait que j’arrête la lecture des réseaux sociaux, car en ce moment on atteint des sommets. Et ça me fiche tellement en rogne qu’il faut que je l’écrive. Une fois de plus, ce blog va me servir d’exutoire…

Si l’on veut bien laisser de côté l’inculte de base qui ne cherche même pas à justifier son admiration pour Dieudonné et qui voit du complot juif partout dans le monde, on trouve essentiellement deux types de défenses de l’odieux personnage :
– Il n’est pas antisémite, seulement antisioniste.
– Il ne faut pas porter atteinte à la liberté de création des artistes, après tout, il a un public.

Sur le premier argument, je préfère ne pas m’étendre tant il est devenu banal de tenir des propos antisémites sous couvert d’antisionisme, mais je n’en pense pas moins. En fait, je n’imagine pas un instant que ceux qui tiennent ces propos le font innocemment.

Mais la liberté de création, je me marre ! Disons-le tout net : oui, je suis pour qu’on empêche Dieudonné de tenir ses spectacles. Parce que les condamnations intervenues a posteriori ne servent à rien avec lui : ça ne le gêne pas, il a organisé son insolvabilité. Bien sûr, et cela a été dit, on peut très bien envisager de le poursuivre de ce chef (il risquerait même de la prison), mais, en attendant une décision qui, au gré des voies de recours, pourrait être longue à venir, il continuerait son œuvre nocive.

Certains juristes pensent dès lors qu’on ne peut rien faire : il serait impossible à un maire, au nom du risque pour l’ordre public, d’interdire à « l’artiste » de se produire. S’il est vrai que les composantes classiques de la notion d’ordre public que sont la sécurité, la tranquillité et la salubrité publiques, qui permettent aux maires d’intervenir sont difficiles à invoquer ici, un motif de nature éthique, déjà utilisé en droit pourrait être efficace : l’atteinte à la dignité de la personne humaine.

Cette notion a été mise en évidence par le Conseil constitutionnel dans une décision du 27 juillet 1994 à propos des lois sur la bioéthique. Et elle a été reconnue par le Conseil d’Etat qui a donné une garantie pratique de ce principe dans deux arrêts d’assemblée (la formation la plus large et la plus solennelle de la juridiction) en date du 25 octobre 1995 dans deux affaires concernant des spectacles de « lancer de nain ». Le Conseil d’Etat, censurant les jugements des tribunaux administratifs de Marseille et de Versailles, a donné raison aux maires qui avaient interdit ces spectacles par arrêté, suite à une circulaire du ministère de l’intérieur attirant leur attention sur leur droit d’interdire les manifestations de ce genre sur la base de leurs pouvoirs de police générale.

Ce qui est intéressant dans cette position du Conseil d’Etat, c’est que, contrairement à la notion de « moralité publique » (qui tend d’ailleurs à disparaître des arrêtés des maires), celle de « dignité de la personne humaine » peut être invoquée sans être conditionnée à la justification d’une quelconque considération locale particulière. Par ailleurs, elle est admise par la Cour Européenne des Droits de l’Homme que ne manquera certainement pas de saisir Dieudonné quand il aura épuisé tous les autres recours. Reste à savoir ce que ferait la CEDH dans ce cas particulier.

Qu’on arrête donc de nous bassiner avec la liberté d’expression des artistes. Justement, au nom de cette liberté d’expression, ils ont une responsabilité vis-à-vis du public (un public de plus en plus inquiétant d’ailleurs). On sait ce que sont les textes et les attitudes de Dieudonné lors des représentations qu’il donne, notamment dans le spectacle « Le Mur ». Comme l’a dit Gad Elmaleh, n’importe qui d’autre qu’un artiste tiendrait ces propos (Le Pen par exemple) et tout le monde descendrait dans la rue.

Je me demande d’ailleurs pourquoi je m’évertue à trouver des arguments juridiques susceptibles de justifier qu’on fasse tout pour l’empêcher de nuire. Déformation professionnelle sans doute. Ce mec n’est qu’un salaud d’antisémite. N’en déplaise à Audiard, il n’y a pas que les cons qui osent tout : les salauds aussi.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :