Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘José Boetto’

Hommage à José Boetto dans la tribune du C.D.S. 1947

Hommage à José Boetto dans la tribune du C.D.S. 1947

J’ai assisté ce soir à un match à l’Allianz Riviera. C’était pour moi une première. Force est de constater que ce n’était pas le match du siècle et Bastia a battu Nice 2-0.

Mais là n’était pas l’essentiel. Si j’y suis allée ce vendredi, c’est parce que c’était la première fois que le Gym jouait à domicile depuis la disparition du charismatique Président du CDS, José Boetto. Hommage lui a été rendu en début de rencontre par le club et les supporters. Accompagnée pour la circonstance de Delphine (dont les préoccupations footballistiques sont assez peu affirmées…), ce fut un moment très émouvant que celui où le visage de notre ami a été révélé sur une grande banderole. Juste en-dessous, Maria, son épouse était là, entourée de sa famille, derrière une gerbe de fleurs rouges et face aux joueurs de l’OGCN qui portaient un brassard noir.

Allianz 3Allianz 1Allianz 4

Read Full Post »

C’était José

Couronne permanence

Aujourd’hui avaient lieu les obsèques de José Boetto. Une foule nombreuse d’amis, notamment ceux de Gauche Autrement, et de supporters du Gym étaient présents pour lui dire un dernier adieu.

C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai pris la parole en ces termes pour lui rendre hommage dans l’église du monastère de Cimiez :

José, je me souviens de ce jour d’il y a neuf mois. C’était le 22 mai. Je célébrais ton union en mairie de Nice avec ta chère Maria, comme tu me l’avais demandé.

Ce mariage, tu y tenais depuis longtemps. Déjà affaibli par la maladie, je crois que tu l’avais conçu comme une sorte de testament à la fois sentimental, familial, amical et philosophique.

En épousant Maria, avec qui tu vivais depuis de longues années, tu faisais un pied de nez au mal qui te rongeait et affirmais ton droit au bonheur et à la vie. Tu voulais pour cette occasion-là une fête et ce fut une belle fête, dans ce restaurant du haut du Vallon des Fleurs où tu avais tes habitudes.

José BoettoLa famille, qui avait une grande importance pour toi, t’entourait, notamment tes filles, dont tu étais si fier, et bien sûr la famille de Maria qui était devenue aussi la tienne, avec ses nombreux enfants et petits-enfants. Tu aimais cette jeunesse et elle te le rendait bien.

Ce n’est pas pour rien que tu avais choisi tes témoins parmi les supporters : tes amis Gilles et Louis, présents auprès de toi jusqu’aux derniers instants. Par provocation, tu disais souvent que ce n’était pas le foot que tu aimais mais le Gym pour lequel il pouvait t’arriver de flirter avec la mauvaise foi ! Mais c’était pour la bonne cause. En fait, ta passion allait au-delà du maillot rouge et noir puisque tu tenais absolument, dans tes attributions de président du CDS, à la faire partager aux petits, aux pitchouns, que tu invitais régulièrement à rencontrer les joueurs professionnels. Et ces jours-là, c’est avec ce sourire si doux qui était le tien que tu contemplais les étoiles dans les yeux des enfants (c’était ton expression).

Cette face publique de ta personnalité est bien connue de tous, comme l’étaient ta gentillesse et ta générosité : très attentif aux besoins et aux difficultés des autres, tu n’hésitais jamais à leur apporter ton aide, à leur donner un peu de cet optimisme et de cette joie de vivre qui t’habitaient. Nombreux sont ceux qui pourraient en témoigner. Et ton sens de l’hospitalité, que tu partageais avec Maria, n’était jamais pris en défaut : ta porte était toujours ouverte aux amis que tu invitais à partager une coupe de champagne. Pour toi, avec un glaçon bien sûr !

janvier 2015Mais ta personnalité ne se limitait pas à ça. Le fait d’avoir mené des combats ensemble m’a permis de connaître l’homme que tu étais au fond de toi, quelqu’un d’une grande rigueur quand il s’agissait de défendre les valeurs fondamentales auxquelles il croyait. Ceux qui ont eu la chance de militer avec toi – et ils sont nombreux aujourd’hui ici – savent que ta gentillesse ne signifiait pas faiblesse quand on était dans l’essentiel. Mais là aussi, derrière les valeurs, l’humain n’était pas loin et tu as toujours fait preuve de fidélité dans un milieu qui en est souvent singulièrement dépourvu. Et mon regret, qui est aussi celui de Patrick et de beaucoup de nos amis, est de t’avoir rencontré trop tard. Bien trop tard.

Jorge Luis Borges a dit que « dans chaque homme il y a toujours deux hommes » et que « le plus vrai est l’autre ». L’une des facettes de ta personnalité est-elle plus vraie que l’autre ? Je ne sais pas. Mais ensemble, elles ont tissé dans nos cœurs une belle leçon de vie. Merci José.

Read Full Post »

DSC03198

Avec Joëlle Vacca, ma suppléante, et José Boetto, le suppléant de Patrick Mottard, nous avons fait aujourd’hui notre première réunion publique pour les quartiers de Nice Nord.

Prenant le micro chacun à tour de rôle, nous avons pu démontrer que nous formions une véritable équipe, habituée à travailler de conserve : rien de plus normal étant donné les liens d’amitié et la complicité qui nous unissent depuis maintenant de longues années.

La présence dans le public de Jean-Christophe Picard, président du PRG 06, de Patrick Allemand, 1er vice-président du Conseil régional, de Marc Concas, conseiller général et conseiller municipal, m’a donné l’opportunité de rappeler que notre candidature était celle du rassemblement de la gauche (PS, PRG, MRC), des écologistes (EELV, Génération Ecologie) et même du centre (Front démocrate), un rassemblement rendu possible par l’originalité de notre appartenance à l’association « Gauche Autrement »… mais aussi par la bonne volonté des uns et des autres face au risque d’avoir une assemblée monocolore ou tachetée de noir.

Le public attentif, venu nombreux, était là pour mieux connaître nos propositions (le correspondant local du Monde était d’ailleurs présent). Patrick a inscrit une partie de son intervention dans le cadre départemental en rappelant ce que nous avons fait au sein du Conseil général et ce que nous allons continuer à faire dans l’avenir au sein du nouveau Conseil départemental. Il m’est revenu de développer nos propositions pour le canton avec notamment le dossier essentiel de l’aménagement des terrains du Ray.

Une heure plus tard, et après des interviews données aux journalistes de France Bleu Azur et de WebTVNice, il était temps de se rendre dans la salle voisine pour partager l’excellent buffet préparé par nos hôtes du Patoch’s family restaurant, l’occasion de poursuivre les échanges dans une ambiance plus décontractée.

DSC03077DSC03166DSC03140IMG_9214DSC03125IMG_9266

Read Full Post »

Eugénie et René Boetto avec les membres de leur famille proche

Beau dimanche que celui de ce 18 mars. La famille Boetto et ses alliés étaient réunis au restaurant Chez Simon, à l’aire Saint Michel pour fêter un anniversaire pas ordinaire : les 70 ans de mariage des parents de José. Enfants, petits-enfants, arrières petits-enfants étaient venus entourer de leur affection ce couple pas ordinaire qui vit depuis des années dans la petite avenue Henri Musso, en haut du Vallon des Fleurs. Avec Patrick, nous sommes heureux d’avoir pu profiter avec eux de ce moment d’exception.

Eugénie Pellegrin rencontre René Boetto en 1939. Il travaille à l’hôtel Royal sur la Promenade des Anglais (il y passera d’ailleurs toute sa vie professionnelle). Elle est blanchisseuse et livre le linge à l’hôtel. Fort galamment, quand il la voit arriver, il l’aide à le porter. Une chose en entraînant une autre, ils se marièrent en 1942 et ne se quitteront plus. Aujourd’hui elle est âgée de 94 ans, lui en a 92.

De 1942 à 2012… Il suffit de se laisser submerger par le bruit et la fureur de ces années-là pour comprendre l’incroyable longévité du couple formé par Eugénie et René :

D-Day – Yalta – Hiroshima – Glenn Miller – De Gaulle et les Champs Elysées – Eretz Israël – Rideau de fer – Marcel Cerdan et Edith Piaf – Diên Biên Phu – Canal de Suez – Elvis Presley – Télévision – Traité de Rome – Ve République – Accords d’Evian – Youri Gagarine – Brigitte Bardo – « I have a dream » – On a marché sur la lune – Woodstock et Wight – Lee Harvey Oswald – Allende et la Moneda – Loi Veil – 10 mai 1981 – Tchernobyl – Perestroïka – Sida – Chute du Mur – Mandela – Internet – « We are the champions » – 11 septembre – Lula – 21 avril – Facebook…

Read Full Post »

Avec les « cousins » du 5e, c’était les retrouvailles pour la valeureuse équipe du 7e canton.

Bien sûr, ce dimanche de mai si ensoleillé dans le jardin de Maria et José, au nord du Vallon des Fleurs, était dédié à l’amitié et au plaisir d’être ensemble, toutes générations confondues.

Mais ce fut pour moi l’occasion de vérifier que mon équipe était toujours aussi mobilisée. Gigi et Jacky d’Henri Musso, Françoise et Roger de Bella Vista, André-Pierre et Mme du Vallon des Fleurs, Fatiha et Jean-François de Cimiez, Sébastien et Benoît de Cap de Croix, Dany de Saint Exupéry, Olga de Saint Maurice, Sonia et sa maman de Rimiez, Alain et Gisèle de Gairaut…

Billet d’ambiance de la journée chez Patrick

Read Full Post »

José Boetto, à la brasserie Le Saint Maurice

Ma première réunion de quartier dans un café de la place Alexandre Médecin, tenue en commun avec Patrick, fut, de l’avis général, un vrai succès. Non pas par le nombre, pourtant important, des participants – nous avons tellement d’amis à Gauche Autrement qu’il est facile de remplir une salle – mais par leur qualité : beaucoup était originaires du quartier lui-même ce qui est très encourageant, surtout en début de campagne.

Cette réunion fut surtout pour moi l’occasion de présenter mon suppléant (de la même manière que Patrick présenta Joëlle Vacca qui fera équipe avec lui sur le 5e canton). Ce que je fis, non sans une certaine fierté. En effet, José Boetto – c’est de lui qu’il s’agit – n’a jamais eu l’intention de se présenter à une quelconque élection politique. S’il le fait aujourd’hui, c’est, dit-il, parce que « habitant du canton, il a apprécié le travail de la conseillère générale, son sens de l’engagement dans les combats de proximité menés en commun et son indépendance ».

C’est ainsi que José a accepté de m’apporter le poids de son expérience et son amour de Nice Nord. Si on ajoute que José est Président d’une association de supporters du Gym, on comprendra que le qualificatif de représentant de la société civile, si souvent galvaudé, lui est tout à fait approprié.

Avec un tel suppléant, supporter institutionnel d’un équipe qui venait, dans la semaine, de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe de France, il ne me restait plus, encouragée par la petite foule de la brasserie Le Saint Maurice, qu’à envisager une qualification pour un deuxième mandat !

Aussitôt dit, aussitôt fait : c’est dès ce matin que nous partions, en compagnie de Rose, Caro, Henri et Gérard, sillonner Charles Baudelaire et Chambrun, avant de retrouver, sur le coup de midi, l’équipe du 5e canton sur la Place Fontaine du Temple.

Read Full Post »

Avec José Boetto et Olivier Echouafni

Invitée par José Boetto, le Président du Club des supporters (CDS) de l’OGC Nice, j’ai passé au restaurant Les Palmiers, au coeur de mon canton, une soirée à faire pâlir de jalousie Patrick qui nous représentait un peu plus bas, au CAL Gorbella, dans un Conseil de quartier.

A l’occasion de l’assemblée de l’association, il s’agissait de fêter, avec Olivier Echouafni, Chaouki Ben Saada, l’entraîneur miracle Eric Roy, la légende du club Pancho Gonzales et tous les autres, le maintien du Gym en Ligue 1 malgré une saison compliquée.

L’ambiance était bon enfant, autour de la dynamique équipe des responsables du Club, et le très nombreux public un peu dissipé autour du buffet. Aussi, les prises de parole furent spontanément écourtées tant il était difficile de se faire entendre. Pour ma part, je suis intervenue en tant que « régionale de l’étape ». J’ai tenu notamment à saluer la mémoire de Vic Nurenberg qui reste – je crois – à ce jour le meilleur buteur de l’histoire du club, disparu ces derniers jours.

Cette soirée inattendue (j’ai quitté un peu avant la fin le Conseil d’administration du collège Matisse), dont je n’imaginais pas qu’elle rassemblerait autant de monde, vous l’avez deviné, je l’ai trouvée super… Désolée Patrick, tu risques d’être moins souvent seul avec tes copains les soirs de matchs !

P.S. Si vous souhaitez rejoindre les membres du CDS au stade les soirs de match, ils se rassemblent à la tribune Première Sud.

Ajouté le 7 mai

Toute une page du Mag de l’OGCNice sur cette soirée : l’un des articles.

Ajouté le 28 avril

Photo d’une page de cahier sur laquelle Henri Cottalorda avait recueilli les autographes de joueurs du Gym : en haut à gauche, Vic Nurenberg, et en bas à gauche, Pancho Gonzales.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :