Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Hambourg’

C’est rien de le dire que je l’attendais avec impatience ! Il est enfin arrivé, le jour où j’ai pu à nouveau partir au-delà de nos frontières.

En effet, à l’exception d’un bref séjour – fort agréable au demeurant – dans les Cinque terre avec nos amis Isabelle et Luc il y a quelques semaines, je n’avais plus voyagé depuis environ trois ans. Divers problèmes m’en ont empêchée parmi lesquels bien sûr l’épidémie.

Il fut très difficile de trouver une destination réunissant les conditions désirées : hors des lieux trop touristiques, pas trop compliquée sur le plan sanitaire, mais néanmoins intéressante. Après moult tergiversations, notre choix s’est porté sur l’Allemagne qu’à l’exception de Berlin nous connaissons assez mal même si nous l’avons souvent traversée en voiture. Plus précisément, sur le Nord, près de la mer Baltique : peu de touristes, de la fraîcheur, l’intérêt, au-delà de la découverte, de passer l’ancienne frontière entre l’Est et l’Ouest.

C’était décidé, nous allions prendre un vol pour Hambourg et nous diriger ensuite vers le Nord-Est. Les billets d’avion étaient pris et l’hôtel pour Hambourg réservé quand nous tomba dessus une première déconvenue : le 8 août, l’Allemagne décidait de renforcer ses contrôles anti-Covid pour les ressortissants des « régions à risque » parmi lesquelles la Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nous qui pensions nous en tirer avec une simple vaccination, avons dû faire un test la veille de notre départ et remplir en ligne un formulaire (qui, pour avoir des précisions, donnait des liens vers des textes écrits en allemand) en joignant tous nos certificats (vaccin, test, rétablissement…) si on voulait éviter une quarantaine de dix jours (la durée de notre voyage !)

Un peu dépités, nous avons fait contre mauvaise fortune bon coeur et préparé consciencieusement ce qui nous était demandé. Inutile de dire que cela a quelque peu chamboulé nos préparatifs de voyage.

Mais qu’à cela ne tienne, le jour J nous étions fin prêts, justificatifs sur les smartphones doublés d’une version papier (on n’est jamais trop prudents !). L’Airbus d’Eurowings (la compagnie low cost de Lufthansa, la seule à proposer des vols directs entre Nice et Hambourg) s’envola presque à l’heure et atterrit sans problème sur la piste de la 2e ville allemande.

Le temps de récupérer les bagages et la voiture de location et nous allions avoir le temps de faire une balade avant le dîner. Que nenni ! Nous attendîmes en vain la valise de Patrick, d’où démarches, retard, complications avec le loueur de voiture… Cela aurait pu être pire : si c’était ma valise qui s’était volatilisée, j’aurais sans doute réagi avec moins de détachement que Patrick.

Tant bien que mal, nous finissons par arriver à l’hôtel pensant pouvoir souffler un peu mais, à peine rentrée dans la chambre, mon sang n’a fait qu’un tour : la belle vue sur la ville promise par notre réservation d’une chambre « supérieure » était une vue… sur un mur ! Or la vue, au-delà d’une chambre correcte, est mon principal critère de choix. Illico, je descends à la réception. Ulcérée, je retrouve immédiatement tout mon anglais, en jachère depuis trois ans (je parle beaucoup mieux les langues étrangères quand je suis en colère), pour exiger l’attribution d’une chambre correspondant à notre réservation. Ça n’a pas servi à grand-chose puisque la seule proposition de la réceptionniste, après qu’elle a disparu pour consulter un supérieur, consista en la mise à disposition d’une autre chambre encore plus « supérieure » avec petit balcon et vue sur le lac voisin… moyennant un substantiel supplément que je fus bien contrainte d’accepter.

Installés dans la nouvelle chambre, face au lac, nous pouvions enfin laisser derrière nous, ces désagréments. Et comme il n’était pas question de nous laisser pourrir nos vacances, puisque lac il y avait juste à côté, nous nous y sommes rendus. Et là, face au soleil couchant et à l’aide d’un gin & tonic, la décontraction fut totale. On pouvait rire de cette journée, demain serait un autre jour. Bien sûr on savait qu’il faudrait s’occuper des conséquences de la perte de la valise : déjà comprendre tous les mails envoyés par l’aéroport en allemand, puis pourvoir au remplacement des objets de première nécessité : essentiellement la tenue de running de Patrick qui tenait absolument à faire son Gump le lendemain. Ce ne fut pas trop difficile et ne porta pas vraiment atteinte à la prise de nos marques dans la ville.

Un premier contact qui m’a quelque peu surprise tant les Allemands de cette région m’ont semblé différents de ceux que j’avais pu connaître : un peu austères, pas toujours très efficaces… Il faut patienter pour se rendre compte qu’ils sont finalement plutôt aimables. On voit qu’on n’est pas dans des lieux fréquentés par les touristes étrangers : si on ne comprend pas la langue allemande, rien n’est simple. Mais finalement c’est dépaysant et on en a bien besoin. Je n’irai pas jusqu’à dire que nous avons choisi une destination qui se révèle exotique, mais quand même…

Quant à la ville elle-même, elle tire son charme – réel – de l’eau qu’on y trouve partout : celle de l’Elbe, de son affluent l’Alster et du lac artificiel qu’il alimente, des nombreux canaux qui la traversent. Nous les avons sillonnés à l’occasion d’un petit tour en bateau. Indispensable.

Hambourg est avant tout un immense port de commerce (le troisième d’Europe après Rotterdam et Anvers) : il n’est que voir le ballet des containers soulevés par de multiples grues pour s’en convaincre. J’aime les ports, les « vrais » ports, ceux dont l’activité est économique (le commerce ou la pêche) plus que les ports de croisière. Ce goût se double d’une sensibilité certaine à la « poésie industrielle », peut-être parce qu’elle est très éloignée de l’environnement qui est le mien au quotidien.

Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier, lors de mes voyages, des lieux de vie que j’ai tôt fait de m’approprier : le café sur la charmante place où nous prenons notre petit-déjeuner, le bord du lac où j’attends que le soleil se couche…

Nous avons quitté la grande ville ce matin. Nous sommes en ex-RDA. De nouvelles aventures nous attendent. Mais qu’est-ce que c’était bien Hambourg !

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :