Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Foyer de l’Enfance des Alpes-Maritimes’

J’admire beaucoup les collègues élus qui cumulent allègrement les mandats. Pour ce qui me concerne, ma fonction de conseillère générale du 7e canton suffit largement à occuper mon emploi du temps, même dans le cadre d’une semaine où j’étais pourtant professionnellement épargnée (c’est assez rare !). Ce petit compte-rendu vous permettra de comprendre pourquoi il m’arrive parfois de négliger ce blog… Car cette semaine a été passionnante.

C’est ainsi que j’ai passé la matinée de mardi avec le directeur de l’ASP (action sociale préventive) de l’ADSEA, Monsieur Francis Milliasseau, et de l’équipe éducative qui intervient à Las Planas et au Vallon des Fleurs. S’ils m’ont fait part des difficultés qu’ils rencontrent dans leur profession et des améliorations qu’ils jugent souhaitables, ils m’ont également fait partager leur passion de ce qui ressemble plus à une vocation qu’à un travail. Nous avions ensuite rendez-vous avec le Directeur du CET (centre éducatif et professionnel) « La Nartassière » que l’association gère à Mouans-Sartoux : parmi les formations proposées aux jeunes, les métiers de la restauration. Je ne saurais trop vous conseiller d’aller déjeuner au restaurant d’application « Le Mesclun » : vous serez parfaitement servis dans un cadre agréable et aurez le plaisir de déguster des mets délicats composés à partir de produits frais d’excellente qualité.

En fin de journée, je rencontrais sur le canal des habitants de Gairaut pour une discussion à propos du projet de PLU (Plan Local d’Urbanisme, qui remplace le POS). A ce propos, que les personnes intéressées n’oublient pas de se rendre au Forum d’Urbanisme et d’Architecture (1, place Pierre Gautier) pour éventuellement faire part de leurs observations lors de l’enquête publique qui se déroulera du 10 mai au 18 juin.

Le lendemain, c’est en voisine que j’allais rencontrer Madame Audrey Borne, la très souriante chef de service de la Villa Virginie (avenue de Brancolar), établissement du Foyer de l’Enfance des Alpes-Maritimes situé sur mon canton. Le nouveau directeur du Foyer, Monsieur Georges Prioreschi, avait bien voulu m’accompagner. Là encore, l’implication du personnel auprès des enfants, souvent en grande détresse et reçus ici en urgence, est très forte. J’ai également pu constater les améliorations apportées à leur cadre de vie puisque la villa a été entièrement rénovée.

Jeudi, Commission permanente du Conseil général, que nous avions préparée, avec Patrick, dans la journée de lundi et la veille au soir. J’ai profité de ma présence sur place pour avancer certains dossiers et faire mon courrier avec Rose et Sami, avant de faire un  saut à l’Espace Famille du Vallon des Fleurs pour déposer des lots offerts par le CG pour une prochaine manifestation.

Vendredi, j’avais prévu une distribution de lettres pour informer de mon action les habitants du canton concernés par le problème des nuisances causées par l’A8. Retenue par une obligation familiale, c’est vers la fin de la matinée que j’ai rejoint Gérard et Henri dans l’avenue Cap de Croix avant de partager avec eux un déjeuner bien mérité chez Nallino. Cette pause a été l’occasion d’échanger nos inquiétudes relatives à la dramatique situation de la Grèce et à l’avenir de l’Europe. Après un rendez-vous avec une personne qui souhaitait des conseils en matière d’APA, c’était assez tard que je pouvais rejoindre les amis de Gauche Autrement et du quartier à la permanence de Cyrille Besset pour le traditionnel apéro du vendredi.

Et aujourd’hui, à l’issue des cérémonies officielles du 8 mai, nous avons eu le plaisir de partager quelques instants de convivialité avec des Anciens Combattants amis retrouvés au Félix Faure.

Demain dimanche est un autre jour… Patrick, Clotilde et Laurent participent à la course de l’Aire Saint Michel. Elle traverse une grande partie du 7e canton : impossible de manquer ça !

Read Full Post »

Si je devais expliquer à mes étudiants et à mes électeurs le rôle d’une conseillère générale, la journée de mardi serait un bon exemple.

Qu’on en juge.

1) Dans la matinée, réunion du Conseil d’Administration du Foyer de l’Enfance.

Cette instance, dans laquelle je siège depuis le début de mon mandat avec trois autres conseillers généraux (rarement présents, à l’exception Philippe Tabarot, très impliqué, que j’ai d’ailleurs remplacé à la Présidence quand il a dû s’absenter), m’est particulièrement chère. Le Foyer de l’Enfance, placé sous la compétence de notre collectivité, participe au dispositif global de la protection de l’enfance. Il accueille en internat, en urgence et de façon provisoire (même si le provisoire dure parfois assez longtemps, faute de solutions de remplacement), sur les différents sites du département, les mineurs en situation de détresse familiale sur décision des autorités judiciaires. Après avoir connu des années difficiles, le Foyer semble aujourd’hui avoir trouvé les bonnes marques sous la direction de Patrick Viguier. Comme à chaque fois, lors de ces réunions, je peux noter l’engagement de l’ensemble des personnels dans cette tâche difficile. En plus, ils ont souvent à faire face à l’hostilité des riverains des villas du Foyer (petites structures intégrées dans les villes) qui supportent difficilement un certain nombre de nuisances causées par les enfants (notamment les adolescents). La Villa Virginie, située sur mon canton (avenue de Brancolar), fait partie de la structure et il est arrivé que les voisins se plaignent de cette proximité. Il n’est pas toujours facile de concilier les intérêts de tous. Peut-être y aurait-il une meilleure acceptation des riverains s’ils connaissaient mieux tant l’institution que ses établissements ? Peu après mon élection, j’étais allée visiter certaines villas : c’est très instructif.

2) Dans l’après-midi, je participais à la Commission ad hoc chargée d’émettre un avis sur les créations ou extensions d’EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes, c’est-à-dire les maisons de retraite…) dans le cadre du Schéma gérontologique départemental. Avec Jean-François Knecht, nous nous sommes beaucoup battus pour que soient prise en compte dans ce Schéma la nécessité de créer des établissements dans la zone littorale et avec un pourcentage minimum (20 %) de lits habilités à l’aide sociale (50 €/jour). On connaît trop de cas de personnes qui vont finir leur vie « exilées » dans le Haut ou Moyen pays, éloignées de leurs proches qui ne peuvent pas toujours leur rendre facilement visite, mais qui ont dû accepter ce placement pour des raisons financières (ces maisons de retraite sont souvent associatives ou publiques). Cela dit, ce n’est toujours pas satisfaisant et l’on voit bien que le secteur privé lucratif, qui a – de loin – le plus grand nombre de lits sur la zone littorale, est toujours très demandeur, preuve que ce pourcentage fixé par le Schéma ne l’empêche pas de faire de substantiels profits. Dans l’un des projets qui nous était soumis, alors que je m’étonnais du tarif élevé prévu pour les lits non compris dans les 20 %, il m’a été répondu par un élu, à ma grande stupéfaction, que c’était bien car ces établissements permettaient d’attirer les retraités dans notre région ! Pas n’importe quels retraités bien sûr… Il me semblait que le plus important consistait à faire en sorte que les personnes âgées de notre département puissent trouver des établissements, près de leur famille, à la mesure de leurs moyens, ce qui, là, n’était vraiment pas le cas…

Autre problème : les avis favorables que nous émettons ne servent plus à rien depuis juin dernier puisque la dotation de l’Etat pour le financement des soins est épuisée et que donc les lits ne peuvent être créés… C’est ainsi que des établissements importants du secteur public ou associatif non lucratif, avec 100% de lits habilités à l’aide sociale, restent sur le carreau malgré l’acceptation de leur dossier faute du financement de l’Etat. J’ai bien sûr fait valoir qu’il nous faudrait trouver une solution et avancé quelques idées sur la question. A suivre…

3) Entre ces deux réunions, j’ai profité d’un déjeuner avec mes collaborateurs pour faire le point sur l’état d’avancement d’un certain nombre de dossiers de mon canton, concernant notamment l’avenue Henry Dunant et l’avenue Henri Musso. Et nous avions, globalement, de quoi être satisfaits. En effet, nous avons obtenu une bonne collaboration des services de la Ville pour apporter rapidement des réponses aux problèmes soulevés par les habitants lors de réunions organisées sur place avec eux (nettoiement, débroussaillage, sécurité routière…).

En fin d’après-midi, avant de quitter mon bureau du CG, nous avons encore traité quelques cas individuels (problèmes de logement, recherche d’un emploi…).

De retour chez moi, tout n’était pas terminé : la conseillère générale redevenait la prof et préparait ses cinq heures de cours de droit du lendemain…

Après une journée remplie comme celle-ci, je suis encore plus persuadée que mes collègues qui cumulent moult mandats sont des super héros… A moins qu’ils ne soient des fumistes…

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :