Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Fort de la Revère’

Le soleil vient à peine de se lever quand nous arrivons au col d’Eze. Avant que Patrick n’entame son jogging dominical vers le plateau de la Justice, j’ai envie d’aller faire un tour du côté du Fort de la Revère. Le temps est magnifique et il n’y a encore personne. De quoi profiter en toute quiétude de la vue sur le village d’Eze et le cap Ferrat d’un côté et les montagnes de l’autre.

Seule sur un banc idéalement placé, je savoure mon bonheur. Patrick, lui, est déjà parti en courant.

Fort de la Revère - 1 (1)

Je le rejoins une heure après. Le soleil maintenant plus haut éclaire quelques feuillages automnaux et fait briller une jolie toile d’araignée. Je ne peux résister à quelques clichés.

 

Publicités

Read Full Post »

Le fort de la Revère

Les habitants des Alpes-Maritimes apprennent, dans le Nice-Matin de ce mardi 26 janvier 2010, que le centre de développement durable de la Fondation Nicolas Hulot qui devait être installé au Fort de la Revère ne verra finalement pas le jour.  On peut le regretter car ce projet – ambitieux et ancré dans la biodiversité – devait fournir une éducation et une formation au développement durable. Mais la crise est passée par là, et la Fondation a fait savoir qu’elle n’était plus en mesure d’assurer les frais de fonctionnement d’un tel centre. Le Conseil général, qui connaît tout autant la crise, a sauté sur l’occasion, faisant ainsi une économie de la bagatelle de 15 millions d’euros (c’est le « gros morceau» des économies, d’un montant total de 61 millions d’euros, qui vont être réalisées en 2010) puisque c’est à lui qu’incombait les frais d’aménagement.

Pour autant, ce n’est pas un jeu à somme nulle pour le CG 06 puisque des conventions avaient déjà été passées avec ladite Fondation pour des études concernant essentiellement le Fort… A l’époque, le groupe Gauche Autrement avait d’ailleurs décidé de s’abstenir sur ces conventions, la rémunération de la Fondation lui semblant exagérée pour une mission assez floue. Reste à savoir aujourd’hui si cette mission, prévue sur trois ans, est maintenue, et si cette rémunération a déjà été versée pour la première période…

Ci-dessous, l’intervention que j’avais faite en séance plénière le 30 juin 2008 :

« Une première convention en date du 27 octobre 2007 devait permettre la définition d’un projet de pôle exemplaire d’éducation et de formation au fort de la Revère. On nous demande aujourd’hui de renouveler cette convention et de l’élargir puisqu’il s’agira d’assurer le suivi du centre de développement durable du fort de la Revère, et aussi la médiation et la coordination sur la mise en place de la trame verte départementale.

Avant de nous soumettre cette nouvelle convention, il aurait été judicieux de nous donner quelques informations sur les actions qui ont été accomplies par la fondation en application de la première. Dans le rapport, on nous dit simplement que cette convention a permis la définition du projet du fort de la Revère sans plus.

Parce que ce que nous constatons, c’est que la nouvelle convention donne 50 000 euros à la Fondation Nicolas Hulot par an (et donc 150 000 euros sur trois ans, éventuellement révisables), pour une participation singulièrement minime : elle sera garante du respect des objectifs s’agissant de l’opération concernant le fort de la Revère, et elle apportera son aide sur la méthodologie à la réalisation de la trame verte et assurera le lien entre la démarche départementale et les travaux du Grenelle.

Je trouve que c’est quand même cher payé… Si tous les départements usent des services de la Fondation, ça va leur faire un sacré pactole pour un investissement de travail minime. D’autant que la Fondation Nicolas Hulot, pour sympathique qu’elle soit, n‘est pas reconnue pour avoir une compétence technique particulière (d’ailleurs, c’est vrai qu’on ne le lui demande pas…).

En fait, j’ai le sentiment que ce qu’on achète par cette convention, c’est l’image de Nicolas Hulot qui est effectivement bonne dans le public… Après tout, pourquoi pas ? Mais encore une fois, c’est trop cher payé et, en l’absence d’éléments sur le travail qui a été accompli par la Fondation au Fort de la Revère dans le cadre de la première convention, nous préférons nous abstenir. »

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :