Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Festival de Cannes 2011’

Les soirées de clôture du festival de Cannes sont rarement exceptionnelles (les séances d’ouverture sont en général plus intéressantes). C’est un peu comme si l’on était pressé, puisque le rideau est tombé, de quitter la scène. Il est vrai que la retransmission en direct à la télé impose des horaires stricts, ce qui laisse peu de temps pour l’improvisation. Le palmarès est le plus souvent son seul intérêt, ce qui n’est déjà pas mal, me direz-vous !

Ce 22 mai 2011 n’a pas dérogé à la règle et la cérémonie, particulièrement fadasse, a été vite expédiée. Un palmarès assez peu contestable, même si je n’y ai pas retrouvé l’essentiel de mes films préférés. Mais la qualité était telle cette année, que les choix n’étaient guère évidents. J’ai été contente du Grand Prix attribué au film turc passé le dernier jour de la compétition (le seul à avoir été, assez discrètement, sifflé par le public) et du prix du Scénario au film israélien (quelle ne fut pas ma stupéfaction d’entendre un commentateur en parlant, sur France Info, comme d’une comédie : Footnote, est un film très rude !). La Palme d’Or est logique : je me doutais bien que j’étais passé à côté d’un film important lors de sa projection… Et le jury de Robert de Niro a réussi à récompenser le Lars Von Trier, désormais persona non grata sur la Croisette, sans créer de vagues, en attribuant à son actrice le prix d’interprétation. Même si je ne l’ai pas trouvée extraordinaire, il faut reconnaître qu’il n’y avait pas de grands rôles de femmes dans la sélection. Pour l’interprétation masculine, l’originalité du rôle tenu par Jean Dujardin dans « The artist » a permis de faire le faire émerger parmi plusieurs acteurs de talent. Le prix de la mise en scène est allé à « Drive », seul film d’action de la sélection. J’émettrais bien quelques réserves sur ce dernier mais comment donner d’autres prix que la Palme d’Or à des réalisateurs aussi accomplis et déjà primés que Nanni Moretti, Pedro Almodovar ou Aki Kaurismäki ? Du coup, ils sont passé à la trappe en compagnie de Sorrentino, auteur du film qui m’a le plus touchée, « Le Havre ». Rien à dire sur le Grand Prix ex-aequo aux frères Dardenne : je n’ai pas vu leur film mais je ne doute pas un instant qu’il me séduira, comme les précédents.

Enfin, la cérémonie est toujours suivie d’un film qu’une partie de l’assistance ne voit pas puisqu’elle plie bagages après l’énoncé du palmarès… Il faut dire qu’on est rarement gâté. Je crois que le dernier vraiment bon film que j’y ai vu est « Thelma et Louise »… en 1991 ! Ce soir était projeté « Les bien-aimés » de Christophe Honoré. C’était honorable…

LE PALMARÈS

– Palme d’or : « The Tree of Life » de Terrence Malick
– Grand Prix : « Le gamin au vélo » de Jean-Pierre et Luc Dardenne, et « Bir Zamanlar Anadolu’da » (« Il était une fois en Anatolie ») de Nuri Bilge Ceylan.
– Prix de la mise en scène : Nicolas Winding Refn pour « Drive »
– Prix du Jury : « Polisse » de Maïwenn
– Prix d’interprétation masculine : Jean Dujardin dans « The Artist » de Michel Hazanavicius
– Prix d’interprétation féminine : Kirsten Dunst dans « Melancholia » de Lars von Trier
– Prix du scénario : Joseph Cedar pour « Hearat Shulayim » (« Footnote »)
– Caméra d’or : Pablo Giorgelli pour « Las Acacias », présenté dans la section « La semaine de la critique ».

Courts-métrages
– Palme d’or : « Cross » de Maryna Vroda
– Prix du Jury: « Badpakje 46 (Maillot de bain 46) » de Wannes Destoop.

Il est temps de quitter Cannes et son Bunker. Le badge d’accréditation du 64e festival, sésame indispensable au bonheur du cinéphile, va aller rejoindre ses prédécesseurs. A l’année prochaine !

Pour un autre commentaire du Palmarès, voir le blog de Patrick

Read Full Post »

Equipe de film en sélection à "Un certain regard"

Demain seront projetés les derniers films en compétition à Cannes. Ce sera le moment de faire mes choix avant le palmarès du jury qui clôturera cette édition 2011 du Festival.

Alors ce soir, juste quelques photos supplémentaires de ces dix jours. Le Festival se termine : il est normal que ses couleurs s’estompent.

Read Full Post »

Avec Florence

Alain, Michel, Jean-Jacques, Manu, Bertrand, Florence, Michèle… Ce sont les amis du Festival. Bien souvent, on ne se voit que pendant les dix jours de la manifestation. Pourtant, on se retrouve au premier jour comme si on s’était quitté la veille.

Avec quelques appariteurs chevronnés, quelques garçons de café, quelques hôtesses Nespresso anciennes étudiantes et quelques précieux collaborateurs pourvoyeurs d’invitations, ils constituent pendant ces jours de mai notre petite République du festival.

Un focus peut-être sur mon amie Florence. Il y a « quelques  » (!) années, elle était mon étudiante. Pendant quatre à cinq ans, elle fut la plume de Jean-Paul Huchon puis conseillère à la Culture à la Région Ile de France. Aujourd’hui, c’est Madame la Déléguée générale de l’ARP (société civile des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs) et je suis très fière d’elle. D’ailleurs, au rythme que prend sa carrière, je la vois bien dans deux ou trois ans Ministre de la Culture d’un gouvernement Aullande ou Hobry !!!

Read Full Post »

Chaque année, les panthères reviennent sur la Croisette

En période de Festival, la Croisette est un spectacle permanent. Peu d’extravagances outrancières, mais une somme de petites fantaisies, de petites folies.

Cette année, j’ai ainsi pu noter avec plaisir le retour des « panthères », les passages fréquents du local turbulent Samy Naceri et quelques originaux que je ne remercierais jamais assez de colorer nos entractes entre deux séances dans les salles obscures.

Samy Naceri

Read Full Post »

Jodie Foster

C’est vrai que, vu de l’extérieur, le Palais des Festivals n’est pas un monstre d’élégance d’où son surnom « un peu » péjoratif de Bunker.

A l’intérieur pourtant, tout est différent. Je ne parle pas du confort des salles et de la beauté de l’impressionnant auditorium Lumière où se déroule la compétition officielle, mais de tous les coins ou recoins, terrasses et balcons, sous-sols et patios que j’ai appris à connaître année après année et où je me sens finalement un peu chez moi.

Un chez moi où de temps en temps, comme ce matin avec la lumineuse Jodie Foster, j’aurais la surprise de rencontrer quelques stars au détour d’un couloir…



Read Full Post »

En journée, le Bunker est plutôt calme et paisible. Son hall, ses escaliers, ses espaces ressemblent à ceux d’une cinémathèque géante parcourus en tout sens par les professionnels et les passionnés.

Le soir, il se transforme, sous les flashs crépitants en ruche de belles dames en robe de soirée et de beaux messieurs en smoking. Nous ne sommes pas des accros de la montée des marches à cette heure-là, préférant les séances du matin plus discrètes en compagnie des copains cinéphiles. Mais, une fois de temps en temps, pourquoi pas ?

Ce fut le cas hier soir pour la projection de « The artist », film à la mode du muet en noir et blanc qui marqua le triomphe de Jean Dujardin et du réalisateur Michel Hazanavicius. Histoire de vérifier qu’à l’extérieur, surgissant dans le nuit cannoise, le gigantesque bâtiment illuminé et mystérieux ressemble toujours autant au paquebot d’Amarcord. Et d’embrasser du regard le spectacle saisissant de la foule rassemblée autour du tapis rouge depuis l’intérieur du bâtiment qui conduit au mythique auditorium Lumière à l’heure de l’annonce de l’équipe du film.

Read Full Post »

Pendant le festival mais aussi avant et après, Cannes aime à rappeler sur ses murs que, même ailleurs qu’entre le Martinez et le Palais, elle est capitale du Cinéma.

Read Full Post »

Etre festivalier cinéphile vous oblige parfois à vous lever tôt. Pour échanger une place, anticiper une formalité, ne pas être en retard à une séance matinale…

Vous débarquez comme une estivante en gare de Cannes dès potron-minet, puis vous marchez dans les rues désertes, avant d’atteindre une Croisette presque irréelle avec les échelles d’admirateurs abandonnées, le grand tapis rouge de la montée des marches encore vierge et immaculé, des joggers insouciants et matinaux, des policiers en ronde de routine…

J’aime cette succession d’images juste avant le petit crème qui donnera le coup d’envoi d’une journée d’émotions et de surprises. Une journée de festival, quoi !

Pour la critique des films du jour, voir le blog de Patrick.


Read Full Post »

Bon festival !

Dans le cycle des saisons, le printemps est indéniablement lié, mai arrivant, aux salles obscures cannoises.

Beaucoup de monde dès le premier jour de la compétition officielle sur la Croisette, bien plus que d’habitude (pourquoi ?) et déjà de longues files de candidats spectateurs attendant les ouvertures de salles pour les projections parallèles (Un certain regard, la Quinzaine…) en espérant que l’on ne stoppera pas les entrées avant leur passage. Pour nous, Cannes, c’est essentiellement ça : des films que l’on va voir et des cinéphiles qui se bousculent pour assister à la projection d’œuvres qui ne sortiront pas toujours dans les salles commerciales… parce que pas assez commerciales justement. Même si, fondamentalement, Cannes est un Marché. Même si, médiatiquement, Cannes est un monde de stars, de fans, de paillettes, de bling-bling…

Dès 7 h 30, nous retrouvons les copains des années précédentes. On élabore de savantes stratégies pour connaître les différentes filières permettant de récupérer des invitations afin de pouvoir pénétrer dans le saint des saints, le Grand Théâtre Lumière, où sont projetés les films de la Sélection Officielle. On partage le même goût pour les séances matinales, même si pour les Niçois que nous sommes, cela suppose un réveil vers 5 h 30 afin d’être sur la place dans les délais, de prendre notre café en lisant dans la presse les critiques des films vus la veille, avant de monter les marches.

Ce matin, nous avons eu de la chance : nous avons pu voir les deux films du jour. Mais pour demain, ce n’est pas encore gagné ! Il nous manque une place pour l’un des deux films. Espérons qu’une solution interviendra dans la soirée…

Comme d’habitude, Patrick va continuer à faire les critiques des films (j’ajouterai mon grain de sel dans les commentaires si je ne suis pas d’accord avec lui), pendant que je vous proposerai quelques billets d’ambiance illustrés de photos. Histoire de vous emmener un peu avec nous. Bon festival !

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :