Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘École Fuont Cauda’

Photo Var Matin

C’est peu dire que je suis en colère. Une fois de plus, on cloue au pilori le milieu scolaire. Il s’agit en l’occurrence de la directrice et des équipes enseignantes de Fouont Cauda qui ont eu l’audace de décider, en Conseil des maîtres il y a deux ans, d’une pratique habituelle dans de nombreux établissements : faire asseoir les enfants pendant la mise en rang avant de rentrer en classe le matin et après le déjeuner, moment où ils sont souvent agités, l’idée étant d’instaurer un temps calme avant la reprise des cours. Ceux qui arrivent à 8 h 20 restent assis 10 minutes, ceux qui arrivent à 8 h 29… 1 minute). Les enfants peuvent discuter entre eux sans encourir une quelconque punition bien sûr.

Las ! Une représentante de parents d’élèves apparemment en manque de reconnaissance (et qui semble vouloir régler des comptes personnels avec la directrice) a eu la lamentable idée de trouver cela indigne et humiliant pour les enfants. Et en plus, les pauvres chéris auraient froid : comme si on les faisait s’asseoir sous la pluie ou dans la neige, et comme si c’était un problème pour des enfants de s’asseoir par terre…

Malheureusement, ces accusations alimentées par une pétition d’une indigence rare (normal, sur Change.org), en fait très peu signée, ont été reprises avec une certaine légèreté par la presse avec des titres à la Une et en page intérieure pour le moins contestables d’autant qu’on pouvait apprendre au fil de l’article que cette contestation par une élue de la FCPE ne faisait pas l’unanimité des parents d’élèves qui n’avaient rien à redire contre cette mesure. Les enseignants n’ont pas été contactés pour répondre à ces accusations sur une pratique dont personne ne s’était jamais plaint jusque-là : une semaine encore avant que la pétition ne soit lancée, avait lieu un conseil d’école et personne n’a soulevé cette question. Le lendemain, dans un petit encart ne pouvant compenser l’importance de l’article de la veille, les syndicats enseignants (SNUIpp majoritaire et CGT Éduc’action) s’insurgeaient de ce traitement, suivis le surlendemain par un tweet du SE-Unsa 06.

Alors bien sûr, la hiérarchie, au lieu de vérifier de quoi il retournait, s’est empressée, comme c’est hélas trop souvent le cas, de réagir à la demande de la presse en prétendant ne pas être informée (alors que, venant régulièrement à l’école, elle est parfaitement au courant) et en disant qu’il s’agissait là de méthodes « indignes s’apparentant à des punitions corporelles ». Inspection académique et rectorat unis dans la même attitude lamentable. Eux ne se gênent pas pour fracasser les personnels de l’Éducation Nationale en les donnant en pâture aux médias alors que la directrice, contactée par la presse, n’a pu s’exprimer, tenue à des obligations de réserve qu’on leur rappelle régulièrement.

En plus, on tombe là sur une directrice qui, selon la plupart des informations qui me sont remontées, fait un travail remarquable, essayant d’éviter la fuite des élèves privilégiés vers les écoles privées qui transforme l’école publique en ghetto pour les familles les plus pauvres. Voilà quelqu’un de très humain et investi dans son travail qui se trouve publiquement défoncé. C’est vraiment dégueulasse.

Publicités

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :