Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Droite’

Chacun sait que les congrès du PS se gagnent à gauche, d’où la systématique surenchère gauchisante des motions pour flatter le militant dans le sens du poil. Un autre élément du parcours obligé : la référence à l’ancien chef charismatique qu’il ne faut surtout pas omettre de citer dans la moindre intervention (Mitterraaaaaand !)

Manifestement, c’est pareil à l’UMP (de l’autre côté de l’échiquier politique bien sûr) : la présidence du groupement appartiendra à celui qui apparaîtra comme étant le plus à droite, notamment le plus aligné sur les thèses sécuritaires. Ainsi, peut-on voir Copé et Fillon faire assaut de concessions aux thèmes de la droite populaire. Et bien sûr, il ne faut pas oublier de citer l’ex-patron : Sarkozyyyyyy ! Cela dit, eux, ils courent un risque : l’intéressé semble être plutôt en bonne forme et pas sûr qu’il ait dit son dernier mot pour les futures échéances…

Même si j’ai rarement eu des faiblesses (les considèrerais-je comme coupables ?) vis-à-vis de la droite, j’ai le plus souvent essayé de faire honnêtement la part des choses (c’est ce qui me semble en tout cas). Mais en ce moment elle m’agace prodigieusement. Qu’elle critique la gauche, c’est de bonne guerre et l’inverse s’est naturellement (et parfois excessivement) produit quand la droite était aux responsabilités. Mais qu’après 100 jours d’exercice du pouvoir, dans le contexte de crise que chacun connaît, elle se permette de la ramener alors qu’un certain nombre de choses (pas négligeables et pas seulement symboliques) ont déjà été entreprises par le nouveau gouvernement, je trouve ça fort de moka.

Il faut dire qu’ils ont été mal habitués par celui qui n’a eu le plus souvent comme vision que le court terme, qui s’est systématiquement situé dans la réaction ponctuelle aux événements, surtout en matière de sécurité (un fait divers, une loi), ce qui nous vaut d’avoir aujourd’hui un millefeuille indigeste de réformes judiciaires. L’agitation est rarement synonyme d’efficacité…

C’est sûr que de ce point de vue Hollande, ce n’est pas Sarkozy. Pourrait-on lui reprocher d’avoir une ligne et de s’y tenir indépendamment des épiphénomènes de l’actualité ? Ça n’empêche pas un certain pragmatisme ni un minimum d’adaptations quand elles se révèlent nécessaires. Pourrait-on lui reprocher de ne pas intervenir à tout propos et de laisser de l’espace aux membres de son gouvernement ? Ce n’est qu’une application conforme, même si elle est inédite en dehors des périodes de cohabitation, de nos institutions.

Est-ce à dire, pour autant, que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ?

Vraisemblablement pas. D’ailleurs, c’est quoi le meilleur des mondes ?

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :