Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Clos de boules’

Avec M. Bac, nouveau Président du Clos de Gravier

A Nice et sans doute ailleurs en France, il est de tradition pour les associations de fêter la nouvelle année autour d’une galette. C’est ainsi que j’ai eu le plaisir de tirer les rois dans les différents comités de quartier de mon canton et que j’ai moi-même organisé ma propre galette.

Il est toutefois assez rare que ces manifestations se poursuivent au-delà du mois de janvier. Ce fut pourtant le cas aujourd’hui avec la sympathique manifestation organisée par Lou Gravier Pétanque club. Mes relations avec les responsables de l’association sont assez récentes. Il faut dire que j’ai longtemps eu quelques réticences vis-à-vis des clubs boulistes dues à des expériences passées pas toujours heureuses, certains habitués levant plus souvent le coude que les boules… Rien de tel à Gravier sous la houlette de l’ancien Président, M. Trucchi, qui vient de passer le relais à M. Bac qui a bien voulu l’accepter.

Je reconnais volontiers que les choses ont bien changé dans la plupart des clos aujourd’hui et que cette « institution » s’intègre de mieux en mieux dans la vie sociale des quartiers. C’est ainsi, par exemple, que certains clubs organisent des partenariats avec les écoles voisines pour apprendre aux enfants à jouer à la pétanque. Le clos de Gravier l’a fait avec les élèves de l’école Von Derwies. Le bâtiment sert aussi de lieu où les habitants se réunissent et où les licenciés organisent des petites fêtes en soirée pour l’anniversaire de l’un ou de l’autre.

C’est à ce propos que je m’y suis rendue, il y a quelques semaines, car certains riverains se plaignaient de ces soirées, plus particulièrement l’été, qui parfois duraient fort tard. Ayant affaire à des gens raisonnables de part et d’autres, une rencontre a été organisée et il semble bien que le problème pourra être réglé à l’amiable. Et c’est tant mieux car dans ce quartier – Charles Baudelaire – il n’y a pas beaucoup d’espaces d’animation et il faut veiller à préserver ceux qui existent.

J’ai une affection toute particulière pour Charles Baudelaire. En effet, je ne peux oublier que c’est le bureau de vote qui m’a donné le plus de voix lors de mon élection en 2005 (presque 70% !). Et, paradoxalement, les habitants ne me demandent jamais rien. Il n’y a même pas de comité de quartier. A chaque fois que je me rends sur place, que j’ai l’occasion de parler avec les uns ou les autres, les discussions sont amicales mais bien peu revendicatives.

Alors, je fais le plein d’amitié… et j’attends – sans les espérer ! – les revendications…

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :