Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Benoît Hamon’

On peut ne pas partager les options politiques de Bayrou, on peut estimer qu’il n’a pas sa place dans la nouvelle majorité (ce qui n’est pas forcément l’opinion de tous les électeurs de Hollande). Mais il est incontestablement l’un des animateurs de qualité de la démocratie française.

L’aider à conserver son siège de député alors même que l’UMP veut lui faire la peau parce qu’il a voté Hollande au second tour aurait été le minimum du minimum pour les socialistes.

Héla ! L’oukase Aubry-Hamon ne le permettra pas… Pas très hollandais tout ça !

Read Full Post »

Le Parisien, 21/11/2009

Que les choses soient claires : je n’ai jamais considéré que la candidature de Ségolène Royal aux dernières Présidentielles était une bonne chose. Le mélange d’hyper médiatisation (avec le sourire perpétuel), de peopolisation (l’accouchement médiatisé), de populisme (le jury citoyen), associé au style télé-évangéliste, et, surtout, un projet politique vacillant (un coup à gauche, un coup à droite, un coup avec le parti, un coup sans le parti) aux relents parfois réactionnaires (l’ordre juste) ne me disait rien que vaille.

Mais il faut bien reconnaître que dans un paysage politique un peu trop formaté, celle qui apportait un peu de nouveauté a su créer un véritable mouvement d’opinion. A partir de là, au sein du PS, nombreux furent ceux qui ont fait contre mauvaise fortune bon cœur sur le thème « il faut qu’elle soit notre candidate car les sondages montrent que c’est elle qui a le plus de chances ». Pauvre argument s’il en fut… C’est donc sur cette non ligne politique que l’on a sacrifié DSK, Fabius et Jospin, prétendants d’une tout autre dimension à la magistrature suprême.

Mais, après la défaite (honorable) de la dame, celle-ci devint bien vite encombrante contrariant notamment les ambitions des petits marquis de Solférino, d’autant qu’elle commençait à leur donner des leçons (voir « Chapeau Ségolène ! »). C’est ainsi que ceux qui avaient assuré directement ou indirectement sa promotion au moment des Présidentielles retournèrent leur veste avec une célérité émouvante… Hélas pour eux, il restait encore suffisamment de militants pro-Royal pour lui assurer une victoire au dernier congrès. Qu’à cela ne tienne, on lui volera cette victoire en pratiquant un hold-up inédit dans l’histoire politique française. Après Lille, elle n’en demeurait pas moins leader du principal courant du PS. C’était encore trop pour son lieutenant Peillon qui organisa un deuxième hold-up pour le lui souffler.

Que ceux qui ont lancé la machine infernale Royal en 2007 parlent aujourd’hui de « psychiatrie lourde » en dit long sur la dégénérescence idéologique et même éthique du parti socialiste.

Décidément, si l’avenir du PS doit se résumer, dans les années qui viennent, en un « duel de Titans » entre Peillon et Hamon, ces deux apparatchiks sans assise populaire, Jean Sarkozy peut se réjouir : après avoir loupé l’EPAD, il a de grandes chances de se rattraper en succédant à son père… après le deuxième mandat de celui-ci.

PS : dans le dernier sondage paru aujourd’hui dans Le Parisien, 54% des sympathisants socialistes contre 39 considèrent que Ségolène Royal ferait une bonne candidate à la Présidentielle de 2012…

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :