Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Barack Obama’

Sarah Palin

Sarah Palin

Quand il s’agit de traiter l’actualité immédiate, la fiction américaine est d’une incroyable efficacité.

Ainsi, cinq années après la campagne présidentielle 2008, la chaîne HBO (très appréciée sur un blog voisin…), nous livre un téléfilm de très grande qualité (Golden Globes 2013) désormais disponible en DVD.

Game change nous narre « l’ascension et la descente aux enfers de Sarah Palin », un document pour le moins ébouriffant sur l’incroyable parcours de Sarah Palin, gouverneur de l’Alaska, pro-life, créationniste, hockey mom autoproclamée et d’une inculture politique abyssale.

Confronté à l’avance d’Obama dans les sondages, le staff de McCain (un candidat républicain tout à fait honorable : rien à voir avec Bush ou même Reagan) s’affole et recrute in extremis Sarah Palin, politicienne inconnue mais dont les positions à l’emporte-pièce et un certain charisme sont censés inverser la tendance.

Très vite, l’équipe de campagne se demande même si cette dame, qui ignore qu’il y a deux Corées, qui pense que la reine d’Angleterre dirige son pays et qui prend des notes quand on lui explique la 2e Guerre mondiale (« les USA contre l’Allemagne et le Japon… je note… c’est top… », dit la dame) , n’a pas des problèmes psychiatriques.

Julianne Moore, dans le rôle de Sarah palinMais c’est une bonne oratrice capable d’improviser autour des obsessions de l’Amérique profonde. Dès lors, toute la stratégie de l’équipe de campagne (tétanisée) va consister à l’éloigner des médias et à attendre en croisant les doigts la défaite annoncée.

Le téléfilm montre les dangers des stratégies électorales uniquement basées sur la communication et la volonté d’épouser les fantasmes d’une supposée majorité silencieuse.

Mais le constat le plus terrible est que ce n’est probablement pas elle qui a provoqué la défaite de McCain. En tout cas, les dernières images de Sarah Palin nous démontrent qu’elle au moins pense le contraire.

Heureusement que, depuis, cette dame a disparu de la scène politique (même en Alaska), qu’Obama a été élu et réélu, que l’honorable John McCain est redevenu un homme politique républicain important et nécessaire à la démocratie américaine.

Voir, sur ce blog, le billet que j’avais écrit le 30 août 2008, à peine rentrée de Denver où la Convention démocrate venait d’investir Barack Obama, après avoir appris le choix de Sarah Palin par John McCain : Sarah Palin, une conservatrice radicale pour la Vice Présidence républicaine.

Publicités

Read Full Post »

Photo Reuters

Pendant des mois, on nous a bassinés avec l’expérience internationale du Président sortant. La mise en scène de sa prétendue complicité avec Angela Merkel et Barack Obama était devenue un grand standard des journaux télévisés.

Hollande, par contre, était inconnu voire méprisé par les chancelleries qui croisaient les doigts devant l’arrivée d’un tel incapable à l’Elysée.

Quelques jours après son élection, on voit au contraire un François Hollande sans complexe face à Merkel et affichant une relation plus que cordiale avec Obama. Sur le fond, ses propositions de relance sont devenues le dernier tube à la mode des institutions internationales et des gouvernements étrangers.

Bien sûr, il ne s’agit pas de tomber dans la démonstration inverse. François Hollande n’est pas plus un super héros que ne l’était Sarkozy. Mais il est tout simplement le Président de la France et, comme tel, il compte immédiatement sur la scène internationale.

Une preuve de plus que le quinquennat précédent était avant tout celui de la Com…

Read Full Post »

philippe-valJ’aime Val (je sais, ce n’est pas à la mode…) et j’aime Obama (c’est davantage dans l’air du temps). Aussi, quand le premier se met à parler du second, forcément ça m’intéresse.

Dans son dernier édito de Charlie Hebdo, intitulé « Obama, premier secrétaire du PS », Philippe Val, distinguant les deux gauches, « une qui s’exprime au nom d’une aigreur universelle et l’autre, au nom d’une amitié universelle », relève – et ça le navre – la faillite de cette dernière, la gauche humaniste et démocratique, représentée par le PS : « Chacun fait sa petite tambouille mélancolique. Ça fait un bon moment qu’on a perdu de vue de gagner les élections nationales pour établir de la justice et des nouvelles libertés. Les bons sont placardisés, les médiocres promus. » Tout cela au profit de l’autre gauche qui du coup « mange du lion. (…) Elle a pour ennemi numéro un, non pas la droite victorieuse, conquérante et libre de ses mouvements, mais la gauche humaniste, culpabilisée et rendue impuissante par le mépris qu’elle inspire

Heureusement, Obama est arrivé. Obama et ses prises de position depuis qu’il est élu. « En lisant et relisant son discours d’investiture, à quoi s’ajoutent ses récentes déclarations fortement argumentées contre la torture, on se prend à rêver. On se dit que ce Président vient de synthétiser tout un corpus d’idées au service de la gauche mondiale. Loin d’être démagogique, son discours passe parce qu’il est puissant. (…) Il exprime en mots simples ce que la gauche aurait dû dire depuis bien longtemps mais qu’elle a tu par peur de se faire huer ». Et Val de citer notamment l’exemple de l’immigration à propos duquel le langage d’ouverture du Président américain est très loin du silence gêné de « notre gauche anémique, soucieuse de ne pas se mettre à dos la composante xénophobe de son électorat… » (…)

« Il dit bien d’autres choses encore, dures à entendre pour beaucoup, sur l’effort à fournir, sur l’acceptation de l’autre, sur les combats à mener sur les fronts extérieurs, et pourtant ça marche. (…) On pense que les gens sont trop cons pour comprendre, et la gauche crève de ça. Alors qu’il suffit d’expliquer et non de dissimuler, de faire confiance et non de mépriser, d’estimer et non de flatter, d’honorer ses semblables par une conception de la politique intellectuellement ambitieuse plutôt que de leur donner la bouillie infantile dont on s’imagine qu’elle les contentera, de penser profondément ses idées au lieu de charger un publicitaire d’en trouver. Quand on lit les discours programmatiques d’Obama, ça donne un sacré coup de vieux aux petits discours vinaigrés des Besancenot, aux gesticulations internationales de Chavez. Les admirateurs de Castro et les nostalgiques de Staline ont peut-être du souci à se faire. »

Pour Val, ce que fera Obama pourrait avoir une formidable influence pour un redressement de la gauche : « Si Obama accomplit sa tâche dans le même esprit qu’il a conquis la présidence, alors toutes les gauches de tous les pays peuvent espérer revivre. Elles ont une fenêtre inespérée pour muter, se renouveler, s’inventer, se légitimer. (…) Il vient de leur donner un crédit énorme et une direction générale, ce qui n’exclut d’ailleurs ni les critiques légitimes, ni les points de divergence à venir. Et leur chance, c’est que les opinions l’ont déjà compris. » (…)

Bien sûr, il y aura forcément des déceptions mais ce que dit Obama rend possible une renaissance de l’idée même de gauche. « Intellectuellement profonde, proche de tous en raison de l’appartenance de tous à l’humanité, ennemis compris, mais inébranlable sur les idées qui la constituent. »

On a envie d’y croire…

Read Full Post »

dsc096521

A 18 heures (heure française), deux millions de personnes, rassemblées sur l’esplanade qui fait face au Capitole, écoutent la prestation de serment de Barack Obama. Sur notre écran de télévision, nous suivons, avec intérêt et émotion, ces quelques minutes qui font du jeune sénateur de l’Illinois le 44e Président des Etats-Unis d’Amérique. Comment ne pas être sensible au propos de celui qui promet à son peuple « l’espoir plutôt que la peur » ?

Peu après, nous nous retrouvons place Masséna, à l’initiative du toujours inattendu Daniel Fimbel, avec quelques « Marianne » et quelques bons copains (copines), dans un sympathique rassemblement auquel viendra d’ailleurs se joindre, heureusement surpris, un Américain qui passait par là. Bien sûr, la foule n’est pas aussi dense qu’à Washington, mais, beaucoup de rires et un tour de Grande roue plus tard, et nous pouvions rentrer, heureux d’avoir pu partager ce moment.

Discours d’Obama en français

dsc09639dsc09648dsc09657dsc09659cimg17671dsc09677dsc09676dsc09668dsc09681

Sur Obama, voir aussi :

Notre voyage aux USA

I have a dream for november

Yes they can

Obama et Gauche Autrement

CLAJ sur Potomac

Le premier jour de l’après 4 novembre 2008

Obama Président : « nous y étions »

Read Full Post »

cimg5370

Photo Carolyne Simon

Toute la journée, j’ai eu l’impression d’être sur un petit nuage… Je ne pouvais m’empêcher de penser à la soirée d’hier et à son issue : Obama Président !

Cette soirée du 4 novembre qu’avait voulue Patrick (avec tout son travail préparatoire et notamment la Conférence-débat au CLAJ) a été formidable à tous les points de vue.

D’abord par la mobilisation des membres de l’association « Gauche Autrement » qui ont permis que tout se déroule de 21 heures à 5 heures 30 sans problème.

Christian Depardieu, tout d’abord, qui n’a pas hésité, une fois de plus, à mettre sa galerie à notre disposition pour un événement qui lui tenait à cœur, comme il l’avait fait, à plusieurs reprises, pendant la campagne électorale municipale niçoise. Je me souviens notamment de cette belle manifestation consacrée à l’Europe. Grâce à lui, nous nous sommes transportés cette fois de l’autre côté de l’Atlantique. Un « culturel » qui s’engage, c’est suffisamment rare pour être apprécié. Nous avons ainsi pu accueillir entre deux cents et deux cent cinquante personnes qui sont passées durant la soirée. Parmi eux un certain nombre d’Américains vivant à Nice… mais aussi une forte délégation du Modem venue un temps participer à cette manifestation.

Et puis, bien sûr, tous ceux sans qui rien n’aurait été possible puisqu’ils ont passé beaucoup de temps à organiser le déroulement de la manifestation sur les deux niveaux de la galerie aux commandes du matériel informatique, à préparer des vidéos, des reportages, des directs, que nous avons pu suivre sur grand écran… : je veux parler bien sûr de Richard et de Maxence qui, sur place, ont reçu le soutien éclairé de Camille. Beaucoup d’amis ont mis la main à la pâte pour l’aménagement des deux salles : Jean-Pierre Lamort, devenu expert dans le déploiement des drapeaux dans les endroits les plus incroyables, Bernard Clérico, le confectionneur d’affiches toutes tailles, Carolyne, présente sur tous les fronts (décoration, recherche de vidéos, réalisation des badges Obama), Gérard Blaise, toujours là quand il faut pour donner un coup de main (malgré un prochain départ pour le Vietnam). Il y avait aussi les préposés aux courses et aux sandwichs, Rose et Sami, et puis tous ceux qui avaient confectionné pizzas, pissaladières (Annie, Jean-Louis), pans-bagnats (Samia), pop-corn (Rose), tartes à la rhubarbe (la spécialité incontestée de Bernard Paquin) et autres cookies (Caro), sangria et punch (Anik Le Liboux). Bref, un savant mélange du meilleur de la gastronomie américaine et niçoise (et un peu d’ailleurs aussi…). J’oubliais : une mention particulière pour le jeune Juju qui a tenu le buffet pendant trois heures ! Tout cela a permis de renforcer la convivialité et de tromper l’attente des résultats.

Au détour d’un reportage télévisé, c’est avec émotion qu’avec Patrick nous retrouvons à l’écran le parc de Chicago où nous nous promenions au mois d’août dernier et que nous apprenons qu’il allait devenir le lieu de la fête de cette belle nuit américaine.

A propos de télévision, il faut bien le dire, sur les chaînes américaines, la nuit électorale ressemble à s’y méprendre aux nuits électorales françaises : des gens commentent à la TV des résultats qu’ils n’ont pas encore ! D’ailleurs, Patrick a fait un peu de même avec quelques médias dans les débuts de la soirée… Des médias très présents, de Nice-Matin à France 3 en passant par Métro, Radio France et de nombreuses autres radios : tous faisant toute la nuit le va-et-vient entre la galerie Depardieu et le restau américain qui, avec nous, était le seul établissement à avoir voulu célébrer dignement cet événement. Même les étudiants de l’ESRA étaient là et, bien sûr, notre partenaire de WebTV Nice, présent toute la soirée.

Tromper l’attente, nous l’avons fait avec un certain nombre d’animations. En premier lieu, le duplex avec Irène Le Blond Henner présente à New York qui, du restaurant où elle dînait, nous a fait partager les premiers résultats qui tombaient avec sa bonne humeur habituelle et communicative. Séquence humour, avec le quizz sur écran, préparé par Anik et Maxence, sur l’histoire des présidents américains (*) : pendant quelques minutes, des adultes se sont retrouvés en position d’élèves. Parfois, des débats étaient lancés, comme celui sur les spécificités du système électoral US initié par Dominique, professeur des classes prépas du lycée Masséna, et Clotilde n’était jamais en retard pour saisir la balle au bond. Pour ma part, j’avais souhaité lire une partie du magnifique discours prononcé par Martin Luther King le 28 août 1963 sur les marches du Lincoln Memorial à Washington D.C., « I have a dream ». A l’époque, personne ne pouvait imaginer ce que nous étions en train de vivre ce soir : nous aussi nous avions un rêve et nous le partagions avec beaucoup d’autres dans le monde. Quelques heures plus tard, ce rêve allait se réaliser : Barack Obama deviendrait le premier Président noir des Etats-Unis d’Amérique.

Les premiers résultats ont commencé à tomber, et enfin sont arrivés ceux qui nous ont fait comprendre que la victoire était là : l’Ohio, puis, à 5 heures 03, la Californie et ses 55 grands électeurs.

C’était l’heure de faire sauter les bouchons de champagne.

A 5 heures 30, la trentaine de participants encore présents quittaient les lieux, fourbus mais heureux. Soulagés aussi, avec déjà la fierté des vétérans : « Nous y étions ! ».

(*) Exemple de questions posées à l’occasion du quizz.

Quel est le point commun entre les quatre présidents suivants : Thomas Woodrow Wilson, Benjamin Franklin, David Eisenhower et George Bush ? Dans l’assemblée, personne n’a pu répondre. Et vous ? Il va de soi que le jeu ne concerne pas les participants de la nuit dernière !


dsc08582cimg5359dsc085621dsc08570dsc08588dsc08589dsc08597dsc08594dsc086061cimg5351le-4-novembre-2008-avec-la-gauche-autrementdsc08640

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :