Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Art nouveau’

 

Enterrement de vie de jeune fille dans la vieille ville de Tallinn

Une soirée à Tallinn, en été, il se passe plein de choses…

Des scouts allemands qui chantent sous les arcades de l’Hôtel de ville (sourire à Laurent), des artistes de rue qui font l’artiste de rue, de la musique cubaine dans un restaurant indien, des basketteurs qui s’affrontent dans un tournoi organisé sur Karjavara plats à l’entrée de la vieille ville, des jeunes femmes qui enterrent la vie de jeune fille de l’une d’elles…

Un clocher qui s’est longtemps pris pour le plus haut du monde (celui de l’église Saint-Olav, 124 m !), un voyeur qui zyeute ses voisins (en fait, un curieux personnage sur le côté du fronton d’une maison Art nouveau qui ajuste ses lorgnons pour mieux observer les bâtiments d’en face comme en témoigne la photo ci-dessous), un chat qui fait le gros dos sur un toit et renvoie à ses frères de la maison des Chats de Riga (les chats faisant le gros dos exprimeraient, selon la chronique, le mépris du propriétaire des lieux envers les membres de la Grande Guilde qui avaient refusé de l’admettre parmi eux), de drôles de voitures, des bébés un peu effrayants surgis au détour d’une rue sombre, des porches de maisons hanséatiques flanqués de bancs de pierre où la promeneuse fatiguée peut se reposer un moment…

Et un petit homme gris qui n’arrête plus de revenir pour rien. Il vit dans le lac Ülemiste et a promis que le lac engloutirait la ville quand elle serait achevée. Aussi, une fois l’an, il sort de l’eau et demande : « Alors, avez-vous enfin fini de construire la ville ? ». Devant la réponse négative, le petit homme gris rentre dans sa tanière, et c’est pourquoi Tallinn, dit-on, ne sera jamais terminée. Tant mieux…

Read Full Post »

Une rue de la vieille ville de Riga

J’avais hâte de retrouver Riga presque vingt ans après une première visite juste après l’indépendance de la Lettonie. J’en avais gardé un fort souvenir, mais, je ne sais pourquoi, l’émotion n’a pas été vraiment au rendez-vous. La soirée de ce vendredi a  à peine rectifié une première impression plutôt mitigée.

Un soir d’été à Riga, ça commence forcément un peu tard. Les raisons n’en sont pas sociologiques (le Letton n’est pas un Espagnol…), mais tout simplement géographiques : plus on monte vers le Nord, plus les nuits sont courtes…

Autre particularité : très vite, au cours de votre déambulation dans la ville, vous allez rencontrer… un arbre de Noël. Sous prétexte que cette charmante coutume aurait été inventée par quelques marchands locaux cinq cents ans plus tôt, les Lettons ont décliné le sapin festif sous différentes formes plus ou moins convaincantes aux quatre coins de la vieille ville.

Pour le reste, la soirée fut semblable à celle que l’on vit l’été dans les centres de nombreuses cités européennes : de la musique à tous les coins de rue (l’orchestre country-rock de notre restau-bar en plein air était plutôt doué), une passeggiata, des glaces, de la bière, avec des filles en robes légères et des garçons en bermudas, et des façades illuminées. Celles de Riga, ville hanséatique  (vieux quartiers) et pionnière en matière d’Art nouveau (ville nouvelle) sont remarquables. Comme l’est aussi cette langue venue de nulle part et qu’on a tellement de mal à situer.

De toute façon, tant que les Lettons continueront, comme Patrick ce soir, à boire du Kvas plutôt que du Coca, ils n’ont, malgré le McDo qui a investi l’entrée de la vieille ville en face du Monument de la Liberté, aucune crainte à avoir pour leur identité !

Voir aussi, sur le blog de Patrick « D’Ogrodniki à Budzinsko, l’Europe avance »

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :