Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Alabama’

4 avril 1968, Martin Luther King Jr est décédé. En ce jour anniversaire de sa mort, je n’ai pu m’empêcher de me remémorer les lieux qui m’ont permis de croiser la mémoire de la figure emblématique du militant du Mouvement des droits civiques.

Retour en images sur ces sites marqués par les combats que le pasteur King a menés.

Maison de Martin Luther King, AtlantaAtlanta, Georgie, 1929

C’est le 15 janvier que naît Martin Luther King Jr dans une petite maison située au 501 Auburn Avenue. Il y vivra jusqu’à l’âge de 12 ans. Moment émouvant que ces minutes passées sous le porche, assise sur un banc où il a dû s’asseoir…

Montgomerry, Alabama, 1955

Reconstitution bus Montgomery, Rosa ParksRosa Parks est une jeune femme de 32 ans quand, le 1er décembre 1955, elle refuse, elle qui est noire, contrairement à la réglementation en vigueur, de céder sa place parmi les premières rangées du bus à un passager blanc. Arrêtée et condamnée à 15 $ d’amende, elle fait appel. Depuis deux ans, un pasteur peu connu, âgé de 26 ans préside aux destinées de l’église baptiste de l’avenue Dexter. Il s’appelle Martin Luther King, et il va lancer une campagne contre la Cie des bus : la population noire qui constitue, et de loin, la majorité des passagers, ne les utilisera plus. Le boycott durera plus d’un an. Il prendra fin le jour où la Cour suprême cassera, pour inconstitutionnalité, les lois ségrégationnistes dans les bus.

Aujourd’hui le « Library & Museum Rosa Parks » rappelle ces actions et la position des passagers dans le bus a été reconstituée. Un beau musée, bien documenté, complètement vide lorsque nous l’avons visité.

Kelly Ingram Park, Birmingham 1Birmingham, Alabama, 1963

En ce début des années 60, le pasteur Shuttlesworth lutte contre la plus forte ségrégation raciale des Etats-Unis qui sévit dans la ville de Birmingham. Les attentats racistes y sont tellement nombreux qu’on l’appelle alors « Bombingham ». Les violences d’une police qui utilise des chiens n’épargnent personne, même pas les enfants. Le Kelly Ingram Park, dans le centre de la ville, rappelle aujourd’hui cette barbarie : des sculptures très réalistes y ont été disposées de part et d’autres des allées.

Statue de Martin Luther King, Birmingham, AlabamaPrès de l’une des entrées du parc, une statue a été érigée en mémoire de Martin Luther King Jr. Appelé à l’aide par Shuttlesworth quand il est arrêté, Martin Luther King va organiser une série de manifestations pacifistes (sit-ins, prières dans les églises des Blancs, marches de protestation, boycott des commerces). La violence policière se déchaîne. Le 13 avril 1963, il sera à son tour arrêté et écrira, dans sa prison, la « Lettre de la prison de Birmingham », traité pour la lutte contre la ségrégation. Plus rien ne fonctionne dans la ville, c’est le chaos. Le maire est contraint à la démission le 21 mai et le chef de la police est renvoyé. Le mois suivant, toutes les pancartes ségrégationnistes seront enlevées et les lieux publics ouverts aux Noirs. Un dernier attentat à la bombe du Ku Klux Klan contre l’église baptiste de la 16e rue tuera encore. Mais cela ne fera que renforcer l’avancée du Mouvement pour les Droits civiques.

Washington DC, 1963

Plaque I have a dream, Lincoln memorial, Washington DCLes défenseurs des droits civiques, les syndicats, les associations religieuses, organisent la Marche vers Washington pour le travail et la liberté. Cette marche qui avait commencé au Washington monument se termina au Lincoln Memorial. Parmi les militants qui prirent la parole, Martin Luther King Jr, qui fit là son discours le plus célèbre, « I have a dream ». Un an plus tard sera voté le Civil Rights Act qui sera suivi du Voting Rights Act en 1965.

En cette chaude journée d’août 2011, la présence des nombreux visiteurs qui se massent autour de la plaque rappelant ce moment historique, située en haut des marches du monument, n’enlève rien à l’émotion qui nous saisit en imaginant la foule qui s’était réunie ici, le 28 août 1963.

Selma-Montgomery, Alabama, 1965

Edmund Pettus bridge, Selma, AlabamaLes militants des droits civiques concentrent leur action sur le droit de vote de la population noire. Les tentatives d’inscription sur les listes électorales des citoyens noirs se heurtaient en effet à l’hostilité et à la violence des autorités. La ville de Selma était un point névralgique de ce combat. Plusieurs marches de protestation sont organisées pour aller de Selma à Montgomery, capitale de l’Etat. Les manifestants sont régulièrement attaqués par la police. Le 7 mars 1965, resté dans les mémoires sous le nom de « Bloody Sunday », l’Edmund Pettus Bridge qui enjambe la rivière Alabama fut le théâtre d’une répression qui scandalisa une grande partie du pays.

Quelques jours plus tard, MLK, qui n’avait pas participé à la marche du dimanche sanglant, sera présent lors de la seule marche qui arrivera jusqu’à Capitole de Montgomery, Alabamadestination. Partis de Selma le 21 mars, les 3200 marcheurs seront 25 000, le 25 mars, à l’arrivée à Montgomery où le pasteur prononcera un discours pour la liberté et la non-violence sur les marches du Capitole.

Il paraît que le drapeau de la Confédération flottait encore à ce moment-là au sommet du bâtiment. Il n’y était plus lorsque nous l’avons visité.

Memphis, Tennessee, 1968

Lorraine Motel où Martin Luther Kng a été asassinéEn mars, Martin Luther King Jr est venu soutenir les éboueurs noirs en grève pour obtenir un statut équivalent à celui des travailleurs blancs. Au lendemain d’un discours prophétique (« Je n’irai peut-être pas là-bas avec vous. Mais je veux que vous sachiez ce soir, que nous, comme peuple, atteindrons la terre promise. Et je suis si heureux ce soir. Je n’ai aucune crainte. Je n’ai peur d’aucun homme. Mes yeux ont vu la gloire de la venue du seigneur ! », il est assassiné par un ségrégationniste blanc alors qu’il est sur le balcon du Lorraine motel. Nous sommes le 4 avril 1968. C’était il y a quarante-cinq ans.

Nous sommes allés deux fois à Memphis. Bien sûr, nous avons visité Graceland et avons déambulé dans Beale street. Mais, elle sera toujours avant tout la ville où il a été mis fin à la vie de cet apôtre de la non-violence.

Atlanta, Georgie, 1968

Tombe de Martin Luther King, AtlantaLe 9 avril, 50 000 personnes se massent autour de l’église baptiste d’Atlanta dans laquelle ont lieu les obsèques du pasteur King. De nombreuses personnalités nationales sont présentes. Une absence sera remarquée : celle de Lester Madoxx, gouverneur de l’Etat de Georgie. Il avait également refusé de fermer les écoles en signe de deuil ce jour-là.

Quelques semaines plus tard, aux jeux Olympiques de Mexico, des champions noirs américains tourneront le dos à la bannière étoilée en levant le poing sur le podium. Une autre époque commence.

L’endroit où repose le Prix Nobel de la Paix 1964 est calme. Quand nous l’avons visité, il y avait peu de monde. Juste quelques familles. Noires.

T-shirt Obama-Martin Luther King

Read Full Post »

Soir d’été à Mobile, AL

The Garage

Mobile fut jadis la capitale de la Louisiane. Elle n’est plus que le débouché maritime de l’Alabama. Son quartier historique aimerait égaler, par sa beauté et sa réputation, celui de la ville qui lui a succédé, la Nouvelle-Orléans. Bon, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a encore du boulot !

Pourtant, il faut reconnaître que le petit secteur autour de Dauphin street n’est pas sans charme. Sa réhabilitation étant loin d’être achevée, il conserve un aspect authentique qui dégage une atmosphère très particulière, surtout de nuit. Mais nous sommes dans le Sud, et la température, qui la nuit continue à avoisiner les 30° C, chasse les passants vers la quinzaine d’établissements du quartier.

Moi qui maugrée depuis le début du voyage contre les interdictions ou les mises en garde liées au principe de précaution et au souci d’écarter les risques d’une action en responsabilité, j’ai eu le bonheur de passer un moment dans Le Garage, un joyeux capharnaüm qui est probablement le dernier des Etats-Unis à accepter les fumeurs sans restriction. Ça sent mauvais, ça oppresse, mais quelque part ça fait du bien. Je crois même avoir repris une margarita pour fêter l’événement.

Du coup, entre bar et restau, la rue était à nous… et on y a sans doute fait un peu les singes ! Mais, dans une ville où les arbres sont décorés des fameux colliers du Mardi Gras, c’est une fantaisie qu’on pouvait se permettre.

Read Full Post »

Coucher de soleil sur l'Alabama river

Passage obligé sur la route des droits civiques du fait du rôle qui ont joué Rosa Parks et bien sûr Martin Luther King, Montgomery semble endormi au bord de la rivière Alabama. En soirée, peu de lieux d’animation. Aussi, quand on a trouvé son bonheur, on y retourne le lendemain. C’est ainsi que dès le deuxième jour, nous faisions figure d’habitués dans Commerce street, la rue où fort opportunément se trouvait notre hôtel. Et comme les touristes – qui plus est étrangers, qui plus est français – étaient rarissimes, nous avons vite été repérés.

Après la contemplation du coucher de soleil sur l’Alabama river, nous allions prendre un verre et écouter de la musique country, rock ou encore du jazz. La cerise n’était pas seulement dans le cocktail de Patrick mais aussi sur mon gâteau quand une chanteuse, le premier soir, nous a régalés d’une version originale de Hallelujah, l’un de mes morceaux préférés, alors que la nuit finissait de s’installer.

Puis on traversait la rue, pour rejoindre un Bar-B-Que-ribs de The Alley : nous avons ainsi fait la connaissance d’un serveur dont la grand-mère, originaire de Saint-Jean-de-Luz, avait épousé son grand-père rencontré lors de la Libération. Et à la fin de la deuxième soirée, nous dansions carrément, entraînés par l’ensemble des serveurs déchaînés.

Je serais bien restée quelques soirées de plus à Montgomery, moi…

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :