Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Conseil municipal de Nice’ Category

Noëlle et Mathieu - 1

Belle cérémonie républicaine hier en mairie de Nice que celle du mariage de Mathieu et de Noëlle, une de mes anciennes étudiantes, en présence d’invités qui, du fait des origines de Noëlle, étaient venus à la fois de Tunisie (du côté de son père) et d’Irlande (du côté de sa mère). Sans oublier une partie de la famille marseillaise de Mathieu et les copines de promo dont l’une avait fait spécialement le voyage du Michigan où elle est depuis installée. C’était un plaisir pour moi de retrouver quelques-unes de ces étudiantes qui avaient eu à subir mes cours de droit privé il y a deux ou trois ans.

Nous étions le 15 juillet et il était difficile de faire abstraction de la journée de la veille qui avait vu la commémoration et l’hommage aux victimes du 14 juillet 2016. Les mariés avaient souhaité que j’évoque ce drame et je l’ai fait en ces termes :

« (…) Noëlle, Mathieu, vous voilà donc officiellement mariés.

Le mariage civil est une cérémonie brève mais chargée de symboles. Ce n’est pas un sacrement, mais l’engagement d’une femme et d’un homme acté par la République et placé sous la triple bannière de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité. C’est dire qu’au-delà de l’engagement privé, de votre engagement privé, il y a une dimension sociale à votre union.

Au lendemain du 14 juillet – parce que vous avez souhaité l’évoquer – on ne peut que constater que la date de votre mariage a une forte charge émotionnelle. Elle nous rappelle que la République est fragile, que ces derniers temps elle est attaquée, parfois martyrisée, comme il y a un an sur la Baie des Anges.

Noëlle, Mathieu, en vous regardant, en voyant votre jeunesse, votre beauté, vos projets, je me dis que le hasard n’existe pas et que votre union aujourd’hui, précisément aujourd’hui, est un beau défi lancé à l’indicible. Un défi que vous n’aurez pas à affronter seuls puisque vos familles respectives, vos parents auxquels vous vouez tant d’amour – c’est très émouvant la façon dont vous parlez d’eux – et de reconnaissance pour ce qu’ils vous ont donné, seront auprès de vous, avec vous, pour le relever (…) »

Noëlle, Melissa et Alicia - 1

Noëlle et ses copines de promo, Alicia et Melissa, mes anciennes étudiantes

Read Full Post »

Avec l’été, la saison des mariages est revenue. C’est ainsi que la semaine prochaine j’aurai le plaisir de marier une de mes anciennes étudiantes. Mais ce samedi, c’était au tour d’Elodie et de Xavier. Amie de la famille de Xavier (je suis moi-même la marraine républicaine de sa soeur Elise !), j’ai connu le marié alors qu’il était encore un enfant. Maintenant, c’est un jeune homme qui, avec Elodie, a donné la vie à un petit Léon. Et ce fut l’occasion d’une grande première pour moi : célébrer en même temps une union et un baptême, le tout très républicain.

Xavier et Elodie - 1

Avec les parents et le petit Léon

Nos goûts communs pour les séries TV et les voyages, m’a permis d’y faire allusion dans mon discours à l’adresse des mariés, pour terminer ainsi :

(…) « C’est pourquoi il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, avec vos familles et vos amis, une belle vie et un amour éternel.

Sur ce dernier point (l’éternité c’est long, surtout à la fin comme dirait Woody Allen !), il me faut quand même garder contact avec la réalité. Alors, nous allons passer un accord. En combinant votre amour des voyages et des séries fantastiques, je vous fais une proposition.
Xavier, tu souhaites faire découvrir à celle qui est maintenant ton épouse ces Philippines qui t’ont tellement enchanté lors de ton tour du monde. Comme chacun sait – ou ne sait pas ! – les Philippines sont un archipel de 7107 îles dont environ seulement deux mille sont habitées. Je vous suggère donc, à chaque anniversaire de mariage, de visiter une de ces îles. Nous sommes en 2017, si on ajoute 2000 cela nous conduit – le calcul est simple – à 4017. Ce n’est pas l’éternité, mais c’est quand même pas mal.

Elodie, Xavier, au nom de la République française, je vous souhaite, jusqu’en 4017, deux mille années de bonheur. Au moins.« 

bapteme Leon Luccantoni - 1

Avec Guillaume et Sandy, le parrain et la marraine

Il était temps de passer, dans la foulée, au baptême de Léon. C’est ainsi que j’ai conclu mon discours :

(…) « J’ai déjà eu l’occasion de rappeler, dans la cérémonie précédente, la devise de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité. C’est sur cette dernière que je voudrais m’arrêter un instant. Qu’est-ce que la Fraternité, sinon l’expression républicaine du vouloir vivre en commun ? Un vouloir vivre ensemble qui trouve sa source dans la volonté pour chacun de s’investir dans une véritable communauté fondée sur des valeurs humanistes à caractère universel. Forcément universel.

C’est que dans le monde troublé où nous vivons, dans cette République française en perte de repères, le vouloir vivre en commun est de plus en plus menacé par les revendications identitaires. Sous prétexte de dénoncer le prétendu impérialisme de la mémoire commune, on n’hésite pas à utiliser l’arme fatale du chantage aux mémoires éclatées.

Léon, parce que tu es arrivé au monde à la veille de ce funeste 14 juillet 2016, parce que par tes parents et tes grands-parents tu es un héritier, ce sera le défi à relever. Ton défi républicain. Et Sandy et Guillaume seront là pour t’aider à le relever.

Aussi, c’est avec bonheur que nous t’accueillons aujourd’hui dans notre communauté. Tu seras un nouveau maillon de la chaîne formée par les femmes et les hommes de bonne volonté qui veulent un monde meilleur et qui savent pourtant qu’ils ne verront jamais cette tâche achevée.

Victor Hugo a dit : « L’énergie d’un côté, la douceur de l’autre : voilà les deux armes que je veux mettre dans les mains de la République ». Guillaume, Sandy, l’énergie d’un côté, la douceur de l’autre, voilà les deux armes que vous mettez aujourd’hui dans les mains de Léon.

Pour lui, pour nous. Et pour la République.« 

Tout ceci nous ayant pris quelque trois-quarts d’heure, il était alors temps de libérer les invités qui, très nombreux, avaient dû s’entasser dans la petite salle des mariages avec une climatisation aléatoire, pour poursuivre la fête dans un autre décor…

Read Full Post »

Vendredi dernier avait lieu le premier conseil municipal après les différents scrutins électoraux, si l’on excepte celui réuni de façon extraordinaire avec pour seul ordre du jour le changement de mandat entre Christian Estrosi et Philippe Pradal (Voir sur ce blog : Christian Estrosi, le retour).

Peu de dossiers polémiques à l’ordre du jour, à l’exception de celui relatif à la nouvelle demande de DUP pour un centre destiné à la petite enfance… à l’emplacement où est située la mosquée et le centre culturel En-Nour. Ce bras de fer entre le maire et les représentants de l’association musulmane m’a fait dire au maire que, s’il ne manquait pas de suite dans les idées, cela commençait à ressembler singulièrement à une idée fixe.

Dans les dossiers qui font consensus, celui sur le comité d’éthique qui rendait son rapport pour l’année 2016, représenté à notre séance par son Président. Etant donné l’absence de saisine de ce comité, un certain nombre de pistes étaient suggérées par le comité que j’ai tenu à appuyer, notamment celle envisageant la possibilité d’ouvrir aux citoyens la saisine de cette instance.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de mes interventions lors de cette séance à la page qui leur est spécialement réservée.

Read Full Post »

Christian Estrosi et Philippe Pradal - 1

Estrosi-Pradal : les choses sont rentrées dans l’ordre…

Ce matin était réuni un conseil municipal sur un ordre du jour unique : l’élection – one more time – de Christian Estrosi comme maire et celle, corrélative, de Philippe Pradal comme 1er adjoint. On revient donc au point de départ. Dormez tranquilles braves gens !

En cette circonstance, les groupes politiques ont pris la parole. Voici l’intervention que j’ai faite, au nom du groupe Radical et Divers Gauche pour expliquer notre non participation au vote.

« Je me suis franchement posé la question – avec Marc Concas – de l’utilité de notre présence ce matin pour ce énième changement de cap de la mandature en cours.

On pouvait en effet, et légitimement, estimer plus important que notre assemblée délibère sur le fond des dossiers municipaux les plus urgents après la trêve obligée de l’élection présidentielle plutôt que d’être mobilisés pour assister à l’élection du 1er adjoint comme maire après avoir assisté il y a quelque mois à l’élection du maire comme 1er adjoint.

Mais nous avons le respect du mandat confié par nos électeurs. Elus pour six ans dans cette assemblée, nous avons estimé que notre présence était une ardente obligation même quand elle nous conduit, comme ce matin, à être réduits, qu’on le veuille ou non, au rôle de spectateurs…

Pour justifier ce nouveau revirement, vous avez une fois de plus – l’argument est en effet récurrent – argué de votre attachement prioritaire à la ville de Nice.

Eh bien, au risque de vous surprendre, cette fois j’ai plutôt tendance à vous croire. Car il semble que la concurrence devienne rude sur ces terres où vous étiez autrefois incontesté. En effet, comme on le dit dans les contes pour enfants, « Quand le chat n’est pas là, les souris dansent ». Chacun aura compris…

Bref, cette décision purement tactique (même si je crois en la sincérité de votre propos, parce que je le partage, relativement au terrible attentat du 14 juillet) dont la soudaineté a surpris tout le monde – y compris et surtout vos propres amis – ne justifie pas de notre part de commentaire particulier et c’est pourquoi nous n’avons pas participé au vote.

Qu’il me soit permis de faire toutefois deux remarques.

– La première : les électeurs de PACA doivent plutôt se sentir floués. Il y a moins de deux ans, on leur avait vendu l’élection régionale comme la mère de toutes les batailles et aujourd’hui vous-même, Marion Maréchal Le Pen et Christophe Castaner (encore que lui ait – peut-être – des excuses), les trois principales têtes de liste ont ou bien abandonné l’hémicycle de Marseille ou bien – ce qui est votre cas – les responsabilités qu’ils y exerçaient. Je souhaite bien du courage aux futures têtes de liste pour les prochaines régionales. Ce n’est pas ainsi que l’on rendra ses lettres de noblesse à la démocratie représentative et qu’on fera reculer le populisme. Vous dites vouloir lutter contre le Front National : ce n’est pas en désertant l’arène régionale au milieu du combat que vous y contribuerez.

Ma deuxième remarque sera plus personnelle. Je garderai de cette période avec Monsieur Pradal, l’image d’un maire digne (je pense notamment à la tribune publiée dans la presse après les attentats), d’un maire disponible et d’une certaine sobriété dans ses discours. Cela étant dit, bien sûr, dans le respect de nos différences. Mais rien n’est définitif avec vous. Et il n’est pas impossible – il est même probable – qu’à l’occasion d’une de ces figures de samba municipale auxquelles vous nous avez habitués, Monsieur Pradal redevienne un jour ou l’autre le premier magistrat.

En attendant, de façon républicaine, je ne peux que vous souhaiter, Monsieur le maire, dans l’intérêt de nos concitoyens, la plus grande réussite dans les actions que vous entreprendrez au nom de l’intérêt général

Read Full Post »

mc-dbm

Pendant la suspension de séance de la majorité

Curieux Conseil municipal ce vendredi à la mairie de Nice.

On s’attendait à ce qu’il ne soit pas trop long malgré la présentation du budget primitif 2017 : ce ne fut pas le cas (plus de huit heures).

Curieux parce que les élus de la majorité n’ont pas toujours été où on les attendait.

Ça a commencé par la présentation par Marc Concas d’une demande du groupe « Radical et Divers Gauche » : la saisine par l’ensemble des élus du conseil du Comité d’éthique mis en place par la municipalité pour demander une vérification de la situation personnelle des élus afin de vérifier que les embauches éventuelles de membres de leur famille correspondent bien à des emplois effectifs. Non seulement Christian Estrosi a accepté mais il en a même rajouté une louche : tous les élus vont être priés de déclarer leurs revenus. Adopté donc.

Ça s’est également terminé avec un vote unanime suite au voeu que j’avais présenté au nom de notre groupe afin que le nom de Josette Anelli soit donné à une rue de notre ville (voir mon billet du 18 janvier 2017). Unanimité également, moins étonnant compte tenu de l’objet de ma demande.

Le plus surprenant s’est déroulé en cours de séance dans l’après-midi en l’absence de Christian Estrosi qui est revenu illico presto et a demandé une suspension de séance pour le groupe de la majorité.

dbmJe venais d’intervenir à propos de demandes de financement pour l’aide aux victimes, l’équipement de protection et d’intervention de la police municipale et la prévention de la radicalisation. J’avais fait valoir que ce dernier aspect me semblait être le maillon faible des mesures envisagées et je citais, en illustration de mon propos, les difficultés rencontrées par une association, l’AMICA, qui fait un travail remarquable dans un quartier difficile auprès des jeunes collégiens (aide aux devoirs, cours de danse…) et qui, suite à des problèmes administratifs, se trouve cette année sans subvention et sans local. Je n’ai pas eu droit à moins de trois réponses d’élues de la majorité. Pas grand chose à dire sur les deux premières, même si l’une a descendu l’AMICA en flèche, mais la troisième a tenu des propos inadmissibles. Il s’agissait de la jeune députée de la circonscription (dont le suppléant n’est autre que… Christian Estrosi), qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de casser l’association en mettant en doute sa démarche républicaine allant jusqu’à parler de communautarisme. J’ai répondu pour faire part de mon indignation mais le micro m’avait été coupé par le maire et j’avais du mal à me faire entendre. La surprise (mais ça en est une surtout pour ceux qui la connaissent mal) est venue de Dominique Estrosi-Sassone qui connaît bien l’association en question et qui l’a défendue longuement avec une belle énergie (ce qui a fait dire à mon voisin qu’elle avait « donné une belle fessée » à la députée). Espérons que ce soutien facilitera la recherche d’un local pour l’AMICA.

L’autre événement qui a étonné tous les élus et amusé ceux de l’opposition : Jean-Michel Galy, adjoint aux seniors, a refusé de présenter une délibération considérant qu’elle avait mal été préparée par les services et qu’on frisait l’illégalité. Du coup, la délibération a été retirée.

Il n’était guère étonnant que Christian Estrosi revienne fissa pour mettre un peu d’ordre dans son groupe en demandant une suspension de séance… même si « officiellement », selon Philippe Pradal, cette suspension avait eu pour objet de se mettre d’accord sur le voeu que j’allais présenter en fin de conseil. Evidemment, personne ne fut dupe !

Pendant notre heure de pause déjeuner...

Pendant notre heure de pause déjeuner…

Read Full Post »

Nice-Matin 18/01/2017

Nice-Matin 18/01/2017

Il y a quelques jours disparaissait, à l’âge de 93 ans, Josette Anelli. Cette femme niçoise était une figure de la Résistance dont le parcours avait été reconnu par de nombreuses décorations.

J’avais eu la chance de faire sa connaissance lors de ma campagne pour l’élection partielle de 2005 dans le canton de Nice 7 qui m’avait permis de devenir conseillère générale des Alpes-Maritimes. Josette avait en effet acceptée de présider le comité de soutien à ma candidature, un comité de soutien qui avait la particularité de ne comprendre… que des femmes qui souhaitaient porter à l’assemblée départementale – qui ne comprenait alors que trois femmes – une élue supplémentaire.

Je suis très fière d’avoir eu à mes côtés (elle était présente à toutes mes réunions publiques) cette dame si chaleureuse, toujours souriante, au regard pétillant.

Son parcours m’a conduite à adresser un courrier au maire de Nice demandant que la Ville attribue le nom de Josette Anelli à une rue de Nice (les quartiers Est de Nice qui étaient son domaine seraient particulièrement opportuns). Ce ne serait que justice. Pour lire ma lettre : 2017-01-16-nom-de-rue-josette-anelli

Le groupe « Radical et Divers Gauche » envisage d’ailleurs de déposer un voeu en ce sens lors de la prochaine séance du Conseil municipal.

Lors d'une réunion publique en 2005

Lors d’une réunion publique en 2005

Read Full Post »

exces-et-derapages

Nice-Matin 21/12/2016

Dans un précédent billet, j’avais eu l’occasion de dire à quel point cette séance avait été agitée. Le 1er adjoint s’en était pris à l’opposition régulièrement pour finir par attaquer le Premier ministre le traitant de plus grand menteur de France. Cela m’avait conduite à réagir dans un communiqué adressé à la presse pendant la séance (voir ci-dessus).

La première partie de la matinée était consacrée à la présentation de deux rapports obligatoires sur les actions de la Ville en matière de Développement durable et d’Égalité entre les femmes et les hommes. Ces rapports sont longs et la possibilité laissée à l’opposition de s’exprimer était limitée à 2 minutes pour chacun d’eux. Après nous avoir rappelés à l’ordre pour des dépassements de temps de parole sur le premier rapport, nous avons dû écourter les interventions sur le second, sous la menace de voir le micro nous être coupé. Cela nous conduit immanquablement à faire des interventions relativement peu nuancées : pour ma part, j’ai dû laisser de côté certains aspects positifs (il y en a), pour me consacrer davantage aux insuffisances.

Voici mes interventions :

Délibération 2.1 – Rapport 2015 sur le Développement durable

Nice-Matin 21/12/2016

Nice-Matin 21/12/2016

Vis-à-vis de ce rapport qui répond à une obligation légale, je serai moins sévère que je ne l’avais été l’année dernière même si on y retrouve certains défauts que j’avais précédemment relevés comme le côté un peu fourre-tout et la disproportion entre la longueur de l’ensemble et les dispositions qui relèvent à proprement parler de l’écologie. Certes, la notion de développement durable est large et beaucoup de choses peuvent y être rattachées, mais quand même…

Il me semble toutefois qu’on trouve davantage d’actions qui ont réellement été menées alors que l’année dernière étaient plus évoquées des études que des réalisations. Pas mal de choses intéressantes dans ce rapport : je ne reviens pas dessus, le document a été longuement présenté.

Je vais donc me consacrer plutôt à quelques menues critiques intéressant essentiellement la forme.
(Lire la suite)

Délibération 18.1 – Rapport 2015 sur l’Égalité entre les femmes et les hommes

photos-3-femmes-nm

Je tiens à remercier les auteurs de ce rapport qui permet d’avoir une vision assez claire de la situation et des actions de notre collectivité en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

I. L’examen de la première partie, consacrée à l’égalité dans la politique des ressources humaines de la collectivité, met en évidence la persistance d’une division sexuée du travail à tous les niveaux :
– une plus grande précarité des femmes ;
– une forte spécialisation de celles-ci dans le domaine du social, du médico-social et de la famille ; et a contrario une quasi absence sur d’autres secteurs ;
– un accès moindre aux postes de direction ;
– des différences de salaires ;
– moins d’emplois de titulaires ;
– plus d’emplois à temps partiel et surtout d’emplois à temps incomplet, c’est-à-dire non choisis.

Je ne rentre pas dans le détail des chiffres, mais ils sont extrêmement parlants, quand on les met en rapport avec la place prépondérante en termes d’effectifs des femmes puisqu’elles représentent 67,8% des agents de notre collectivité, notamment ceux relatifs aux différences de salaires, à la représentation dans les postes de direction, et dans l’emploi à temps incomplet.
(Lire la suite)

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :