Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Municipales 2008’ Category

Ci-dessous, un billet proposé par Henri Cottalorda à propos des résultats du Congrès fédéral du PS 06. Pour connaître les résultats par section : resultats-congres-ps-06

dresde
En lisant, dans le Nice-Matin, les résultats de l’élection interne du PS 06 pour le Congrès de Reims, il m’est revenu en mémoire le souvenir du Conseil Fédéral au cours duquel Patrick Allemand a informé le Parti de sa décision d’être candidat à la Mairie de Nice. Il a affirmé ce jour-là, de façon péremptoire, qu’il prenait cette décision car il était le seul à pouvoir gagner, Patrick Mottard ayant échoué en 2002 de 3000 voix.

Nous avons essayé de lui faire comprendre qu’il n’avait aucune chance et que sa décision provoquerait non seulement son échec mais affaiblirait gravement le PS et la gauche en créant une division irréversible.

Nous étions un certain nombre à le lui dire, et nombreux étaient ceux, autour de la table, dans la salle du local de la Fédération à Biscarra, qui le pensaient. Certains, dans son entourage proche, nous ont fait savoir qu’ils avaient tout fait pour le dissuader de déclencher la machine à perdre mais que leurs efforts avaient été vains. Les élus municipaux PC, Verts, et Alternatifs étaient atterrés.

Résultat, ce que nous avions prévu est arrivé : Patrick Allemand a subi un grave échec et a perdu les élections municipales de 2008 avec plus de 10 000 voix de retard à la grande satisfaction d’Estrosi.

Aujourd’hui, je ne peux que constater avec tristesse l’état du PS local. Quand nous avons été exclus, il y avait sur Nice plus de 2 200 adhérents et les deux sections de la 2e circonscription que je suivais (Nice Centre et Nice Michèle Mangion) comptaient à elles seules entre six et sept cents adhérents.

Au dernier vote sur les motions pour le Congrès de Reims, il y a eu en tout et pour tout, pour ces deux sections, 31 votants et 4 voix pour la motion soutenue par le Premier Fédéral.

Inutile de faire des commentaires.

Henri COTTALORDA

Pour un commentaire des résultats nationaux du Congrès, voir sur le blog de Patrick Mottard, Les images d’Epinal du PS.

Read Full Post »

Il est rigolo Patrick Allemand : c’est jamais sa faute quand il perd… C’est toujours la faute des autres. D’ailleurs quand il perd, il nous dit quand même qu’il est content (comme s’il avait gagné, quoi). Faire un score un peu moins catastrophique que ce que prédisaient les sondages en début de campagne est analysé quasiment comme une victoire.

S’il fait moins bien que Patrick Mottard en 2001 (8% de moins quand même !), c’est la faute à Estrosi qui était un bon candidat (non, non, pas parce que lui était mauvais…). Ils sont bizarres quand même à droite : ils choisissent un trop bon candidat. Alors que Peyrat, en 2001, était un mauvais candidat et donc l’élection était imperdable (« moi j’aurais gagné », a-t-il répété à l’envi depuis 2001). Pourtant, le même Jacques Peyrat avait fait 2% de plus que ne fait aujourd’hui Christian Estrosi.

Et puis, bien sûr, c’est la faute à Mottard (dont je rappelle quand même au passage qu’il n’a pas donné de consigne de vote… après qu’Allemand a refusé la fusion des listes sans discussion). Pourtant dans la même intervention, interviewé par France 3, il dit qu’il a récupéré toutes les voix de Mottard. En leur temps, nous avons eu les raffarinades : nous avons maintenant le changement d’ère et les « allemanades ».

Et nous sommes en pleine vague rose nationale (contrairement à 2001 où la gauche avait perdu des dizaines de communes importantes). D’ailleurs, nous avons quelques signes dans le département de cette vague rose, quand les candidats sont de bons candidats.

Sur Nice d’abord, Marc Concas est réélu dans le 1er canton dans un scrutin qui s’annonçait pourtant très difficile (heureusement, la vague bleue des législatives était passée). Il gagne en duel contre le candidat UMP, alors que sur ce même canton Allemand fait moins bien qu’Estrosi… dans une triangulaire ! Cela fait quand même réfléchir… Dans le 2e canton, Yann Librati est battu avec 9% de voix d’écart (dans un canton où la gauche n’avait pas de représentant au second tour en 2001) dans un duel contre le candidat UMP et Allemand a presque le même écart avec Estrosi… dans une triangulaire. Là encore, ça fait réfléchir.

Dans le département, Marie-Louise Gourdon ravit le canton de Mougins à la droite. L’élection de cette adjointe d’Aschiéri à Mouans-Sartoux témoigne du fait qu’une bonne implantation locale permet de contrer la logique des votes politiques (le canton vote à droite aux élections nationales).

Même remarque pour l’élection d’Antoine Damiani à Carros, mais là, le sortant qui ne se représentait pas, était un communiste. Le canton vote à gauche.

Patrick Allemand devrait se demander si finalement il n’y est pas un peu pour quelque chose dans sa déroute à Nice : vague rose nationale, division de la droite, tous les partis de gauche sur sa liste… et malgré ça un petit 33%. Ah mais j’oubliais, c’est vrai : c’est la faute à Mottard !

Read Full Post »

La gauche peut enregistrer avec satisfaction une nette progression aux municipales et aux cantonales sur l’ensemble du pays.

Ce n’est évidemment pas le cas des Alpes-Maritimes, où, sous la férule d’un premier secrétaire indigent, les résultats sont à chaque scrutin plus mauvais.

Je ne reviendrai qu’un moment sur la situation de Nice puisque tout le monde a pu maintenant constater que celui qui prétendait pouvoir gagner en 2001 là où Patrick Mottard avait été battu de 3 500 voix (3% d’écart avec la liste gagnante de Jacques Peyrat), se révèle l’un des pires candidats que le PS a jamais trouvé pour le représenter dans la capitale azuréenne. Et pourtant ! Il nous en a parlé de cette union en alignant comme à la parade toutes les étiquettes des partis présents sur sa liste. Tout ça pour finir à 22,30 %. Il n’avait sans doute pas compris qu’additionner les partis, les courants, les sous-courants, ce n’est pas forcément un rassemblement, ça ne donne pas forcément du souffle. Cela permet tout juste d’obtenir une investiture en interne. En refusant la main que nous lui tendions pour une fusion des listes au 2e tour, comme cela se fait dans la plupart des villes de France (même quand les candidats n’en ont pas besoin pour l’emporter), il a laissé éclater au grand jour son principal objectif : être calife à la place du calife dans l’opposition au Conseil municipal. C’était ça, le but essentiel de sa démarche, but d’ailleurs validé par celles et ceux qui ont été présents sur sa liste en sachant très bien qu’il allait faire perdre la gauche. Il n’était point besoin d’être grand clerc pour savoir que Patrick Allemand n’a jamais réussi à attirer sur son nom d’autres voix que celle du PS et éventuellement de ses alliés (et même quelquefois moins) : il suffisait de savoir lire – et surtout de vouloir lire – les résultats électoraux qu’il enregistre scrutin après scrutin. Et à Nice, les étiquettes ne suffisent pas.

Mais ça ne s’arrête pas là. Tout entier tourné vers ce seul objectif (prendre la place de Mottard aux municipales niçoises), il n’a pas hésité à sacrifier les intérêts du PS et de la gauche dans tout le département des Alpes-Maritimes, avec la complicité des partis de gauche, eux-mêmes mobilisés par leurs propres intérêts partisans. Et c’est ainsi que sont bradées les têtes de liste dans les communes, des candidatures uniques dans des cantons… juste pour pouvoir réaliser une union sur Nice qui s’est révélée bien inutile.

Conséquence : les résultats sont en baisse presque partout dans le 06, tant aux municipales qu’aux cantonales. La comparaison avec 2001 est rude. Si on met à part les villes dans lesquelles il était difficile de faire un encore moins bon résultat qu’en 2001 parce qu’on partait déjà de très bas (Cannes, Antibes), on enregistre des résultats assez médiocres. Comment, par exemple, est-on passé de plus de 21% à 12% à Vence ? de presque 25% à 21% au Cannet ? Autre exemple que je connais bien : celui du 4e canton de Nice. J’y avais été candidate en 2001 et mon résultat avait constitué une forte progression par rapport aux scrutins précédents (plus de 20%). Et là, pour faire passer la pilule d’une mauvaise place sur la liste municipale, on met une candidate (numéro 2 du PS local) qui finit à 15%… Et, je le répète, tout ça dans un contexte de progression de la gauche au niveau national.

Cela ne remet pas en cause le travail qui peut être fait ici ou là par les militants locaux du PS, mais c’est tout simplement révélateur du désintérêt de notre fédération pour tout ce qui ne sert pas directement l’ambition du premier secrétaire fédéral. Parce que c’est là que le bât blesse : le cumul des mandats est contestable en ce qu’il ne permet pas aux élus de remplir correctement la mission pour laquelle ils ont été élus. Mais c’est encore pire quand s’y ajoute le cumul des responsabilités internes au sein du parti : c’est ainsi qu’on a des candidats et des élus dont les choix politiques au sein de l’appareil sont entièrement dictés par l’intérêt personnel. Patrick Allemand, vice-président de région, conseiller général, et 1er secrétaire fédéral du PS dans le 06 ne s’est pas préoccupé un instant de ce qui pouvait être bon dans telle ou telle commune, dans tel ou tel canton. Il n’y a qu’à voir le désert électoral que constituent les communes de l’est du département (à l’exception de Menton). Et pourtant, il fut un temps où nous y avions des représentants capables de gagner des élections. Maintenant nous n’avons même plus de candidats…

Dans un monde sensé, cela devrait conduire les intéressés au moins à s’interroger. Pensez-vous… Rien. On continue à le laisser faire. Pourquoi ? Pour quoi ? Des miettes de pseudo pouvoir ou responsabilités… Il n’y en a pas un qui bronche. Il faut croire que tout le monde y trouve son compte, son si petit compte…

P.S. Ce soir avait lieu une réunion de la fédération du PS. Je suis sûre que, dans une belle unanimité, tout le monde s’est félicité des « remarquables » résultats obtenus par la gauche lors de ce 1er tour. Vous avez dit langue de bois ?

Read Full Post »

affiche-pour-blog.jpg

MUNICIPALES 2008 – UN FAUX DEBAT

Les derniers jours de campagne ont été largement pollués par un débat artificiel alimenté par des sondages qui tombent à point nommé pour que les listes « officielles » puissent défendre la thèse du VOTE UTILE.

Cette question du vote utile est nulle et non avenue à un premier tour d’élection municipale. Elle ne se pose même pas.

La règle est simple.

1) Chaque liste qui fait plus de 10 % des voix est qualifiable pour le deuxième tour. Ainsi, le FN sera au second tour s’il fait 10 % et n’y sera pas s’il fait moins de 10 %. Qu’il y ait une, deux ou dix listes de gauche ne change rien. Le raisonnement est le même par rapport aux listes de droite.

2) Chaque liste ayant plus de 5 % des voix peut fusionner avec une autre. A gauche, l’union est donc possible dans tous les cas de figure sur la base de la volonté des électeurs. Exemple : la liste de gauche A fait 20 % et la liste de gauche B 10 %, elles fusionnent en faisant une liste où il y aura 2/3 de A et 1/3 de B.

3) Les listes faisant moins de 5 % sont éliminées. Il s’agit de 5 % des VOTANTS : c’est-à-dire qu’il y aura toujours une liste de gauche au second tour.

Nulle trace d’exigence d’un quelconque vote utile dans tout cela.

En 2001, ma liste « Nice Plurielle » avait fait 28,5 % au premier tour, l’autre liste de gauche (Ciccolini, aujourd’hui sur la liste officielle) avait fait 4,5 %. Au second tour, j’avais fait plus de 41 % grâce à un discours très ouvert sur la société civile.

MUNICIPALES 2008 – UNE BONNE RAISON DE VOTER NICE AUTREMENT

Pour quelle raison voter Nice Autrement ? De deux choses, l’une.

1er cas de figure

Après le premier tour, la gauche a des chances de l’emporter dans une triangulaire. Il faudra pour cela dépasser les 40 % au deuxième tour. La gauche classique des appareils plafonne à Nice, on le sait depuis des années, à un tiers maximum de l’électorat. Pour gagner, il faut donc rassembler au delà de la gauche traditionnelle et renouveler l’offre et les pratiques politiques, idées sur lesquelles est basée la campagne de Nice Autrement. Un bon score de notre liste et sa forte implication dans une liste de rassemblement de second tour est donc la meilleure façon de gagner les 8 ou 10 points nécessaires à la victoire.

2e cas de figure

Après le premier tour, la gauche n’a manifestement aucune chance de gagner. Il serait plutôt rassurant de retrouver au Conseil municipal des Patrick Mottard, Clotilde Gimond, Pierre Laigle, Céline Lacroix et autres Lucien Fouques pour animer l’opposition, à côté d’un Patrick Allemand empêtré dans ses responsabilités régionales et mal épaulé par des coéquipiers socialistes connus pour avoir été les maillons faibles de Nice plurielle.

Résultat: dans les deux cas de figure, chaque voix pour Nice Autrement est une voix… UTILE pour la gauche.

Read Full Post »

Si vous voulez commencer la journée de bonne humeur, c’est qu’il faut aller.

Read Full Post »

Après le détractage revendiqué par leur tête de liste, les militants de « Changer d’ère » pratiquent le pré-tractage.

Dès qu’on arrive sur l’un de nos points de rendez-vous donné par Nice-Matin, on trouve, juste à cet endroit là, leurs tracts sur quelques pare-brises. Dès qu’on prend les rues adjacentes, plus rien… Décidément, ça vire à l’obsession.

Ah ! Ah ! Qu’est-ce qu’on rigole !

Read Full Post »

Il paraîtrait – de source bien informée – que la Fédération 06 du PS continue à couper des têtes dans le département.

Après avoir obtenu l’exclusion de 48 militants socialistes des deux sections de Nice centre (on pensait qu’il n’y en avait « que » trente), ne voilà-t-il pas qu’elle aurait prononcé l’exclusion de douze adhérents de la section de La Trinité qui ont eu le mauvais goût de refuser le dictat du Premier secrétaire voulant leur imposer de figurer sur une liste conduite par un candidat communiste. Crime de lèse-majesté commis par ces militants qui n’ont pas accepté de faire les frais des accords passés par Patrick Allemand avec le PC en échange de l’acceptation d’une liste d’union sur Nice.

Parmi eux figureraient Jaky Delahaye, la tête de liste (conseillère municipale depuis de nombreuses années), Michel Grinda, le secrétaire de section, et – un sommet si c’est vrai – la suppléante du candidat du PS dans le 13e canton de Nice, pourtant régulièrement investie…

A suivre…

Read Full Post »

A chacun sa campagne…

Je suggère que chacun d’entre nous prenne exemple sur la méthode de campagne de Claudiogène.

Mais que ça ne vous dispense pas de distribuer des tracts, coller des affiches, etc…

Read Full Post »

ge-et-henri.jpg

Les panneaux électoraux furent installés dès le samedi matin. Déjeunant à la Balagne, avenue Borriglione, certains des candidats de notre liste furent témoins d’une fulgurante offensive du Ministre-Président du CG puisque deux de ses colleurs étaient en train d’afficher sur le panneau de l’école Von Derwies. Du coup, l’équipe de Nice Autrement, réunie en urgence, répliqua dès le milieu de l’après-midi. L’offensive du Ministre se révélant moins générale que prévu, ce fut donc Nice Autrement qui tint le haut du pavé en cette première journée d’affichage. Pas forcément décisif pour l’élection, mais, comme diraient les philosophes de la Compagnie créole « C’est bon pour le moral ».

Merci à Gérard et Henri (eux ils sont malins, ils apportent la preuve !), Samuel, Lucien, Antoine, Pierre, Patrice, Michel, Christian, Sami, Richard… et Rose.

Heu… les filles, la parité c’est partout, non ?

Read Full Post »

copie-de-img_7518.jpg

Samedi 9 février : nous venons d’apprendre que certains membres du PS figurant sur cette liste et qui n’avaient pas démissionné ont reçu une lettre d’exclusion de la direction nationale (le 1er secrétaire fédéral Patrick Allemand n’a pas fait long pour cafter et dénoncer les concurrents qui le gênent…) . Je n’ai pas encore eu ma lettre… mais cela ne saurait tarder… Par conséquent, remplacez l’inscription PS des candidats ci-dessous par « ex PS » ou « socialiste ».

Ce dimanche 3 février, Patrick Mottard présentait la liste de « Nice Autrement » du haut du Mont Vinaigrier : une bien belle vue sur la ville, dans toute sa diversité.

Il a tenu à insister sur la présence pleine de sens des quatre derniers de la liste :

Deux militants d’expérience et dont la vie même est le symbole de ce que nous voulons à Nice Autrement : Simone Figuet, une militante infatigable et désintéressée du socialisme dans notre ville, et Maurice Winnykamen et ses engagements contre le racisme et l’antisémitisme, militant de la Paix dont j’ai déjà eu l’occasion de parler sur ce blog.

Et deux très jeunes militants, arrivés parmi nous lors de l’élection présidentielle, dont l’enthousiasme, non exempt de lucidité, constitue un véritable encouragement pour l’avenir : Marion Narran et Patrick Bansart.

LISTE « NICE AUTREMENT »
Socialistes et démocrates

1 – Patrick MOTTARD – Conseiller municipal, conseiller général
2 – Clotilde GIMOND – Chercheuse au CNRS (études sur le cancer), membre de « Sauvons La Recherche », Cyrille Besset, PS
3 – Pierre LAIGLE – Conseiller municipal, Cimiez, PS
4 – Céline LACROIX – Information et communication, responsable puis secrétaire de la FCPE 06 de 2004 à 2007, candidate de la société civile présentée par le MoDem au législatives de 2007 (Bellet)
5 – Lucien FOUQUES – Responsable association d’éducation populaire, Las Planas, PS
6 – Zineb DOULFIKAR – Assistante sociale, Présidente de « Ni putes, ni soumises », Présidente de l’association « Les chibanis », Vernier
7 – Christian DEPARDIEU – Directeur de galerie d’art, Directeur de magazine d’art, Garibaldi
8 – Dominique BOY-MOTTARD – Maître de conférences à l’Université de Nice (Droit), Conseillère générale, Borriglione, PS
9 – Sami CHENITI – Directeur d’un service d’éducation jeunesse, Président d’une association d’Education populaire, Pierre Sola
10 – Laurence BENHAYOUN – Manipulatrice en radiologie, Grosso, PS
11 – Joël SIMON – Médecin, responsable associatif (antiracisme et antisémitisme, sports, arts), Les Musiciens, PS
12 – Françoise SABATINI – Responsable en communication, Présidente-fondatrice de l’association de femmes Entr’L, Paillon
13 – Jean MONTOYA – Ancien DRAC, Délégué académique à l’action culturelle jusqu’en 2002, Chevalier des Palmes académiques, Le Ray
14 – Irène LE BLOND HENNER – Attachée de direction dans le secteur médical privé, Vauban
15 – Paul VAUTEL – Comptable, Saint Antoine-Ginestière, PS
16 – Anik LE LIBOUX – Gestion de portefeuilles boursiers, Magnan (en congé du MoDem)
17 – Laurent FLIPO – Animateur-éducateur, Gambetta
18 – Marie-Anne MEYER – Psychanalyste, responsable de plusieurs associations niçoises
19 – Richard MARTINEZ – Enseignant au lycée Guillaume Apollinaire, formateur en prévention du risque professionnel, Fabron, PS
20 – Sophie-Aurore ROUSSEL – Attachée culturelle, parents d’élèves PEEP, Cimiez (en congé du MoDem)
21 – Valentin MOUANFOULOU – Responsable en hôtellerie, Président d’honneur de plusieurs associations africaines à Nice, Saint-Roch
22 – Frédérique GATTI – Fleuriste, Californie
23 – Antonin COLOMBO – Conducteur de travaux dans le BTP, association de parents d’élèves « Scherzo » du Conservatoire, Saint Roch, PS
24 – Michelle ALBERTELLI-BARON – Retraitée EDF, L’Archet
25 – Jean-Paul TIZANÉ – Responsable syndical et mutualiste, Henri Matisse
26 – Marianne BERLINER – Professeur agrégé en sciences économiques et sociales, parents d’élèves FCPE, Borriglione
27 – Christophe MAZZA – Représentant association handicapés dans différentes commissions d’accessibilité, Fontaine du Temple
28 – Elia PERRINA – Enseignante-formatrice, Fabron, nationalité italienne
29 – Salah BELATI – Gérant de société (agences de voyages), Parc Impérial
30 – Elsa CUFFI – Professeur certifié, Gairaut
31 – Samuel ALIÉ – Pédagogue, ancien cadre du Service Nucléaire, Biologique et Chimique de la Protection Civile de la Ville de Nice, médaillé de l’Etoile civique, Le Ray, PS
32 – Anne-Marie PUPIER – Agent de propreté, Libération
33 – Bernard GAIGNIER – Chef de service fiscal et comptable, Fabron, PS
34 – Michèle FIFRE – Psychologue scolaire, Saint Roch, PS
35 – Vincent GIRAUD – Cadre supérieur retraité, Puget
36 – Ghislaine MONY – Educatrice spécialisée, Vallon des Fleurs
37 – Mohamed CHOUYA – Commerçant, Bon Voyage
38 – Anne PEGARD – Agrégée d’Anglais, professeur à l’Université de Nice, Cimiez, PS
39 – Ange SORRENTINO – Agent aéroportuaire, membre Comité d’Entreprise et délégué syndical, Bellevue, PS
40 – Rachel FROISSARD – Agent commercial en immobilier, Vauban, PS
41 – Alain MAGURNO – Taxi, Cessole
42 – Corinne COURVOISIER – Secrétaire juridique, responsable de plusieurs associations, Les Musiciens
43 – Tom JONES – Cadre supérieur, Ste Hélène, nationalité britannique
44 – Anne DISLE – Consultante en marketing et relations publiques, Fabron
45 – Henri COTTALORDA – Ancien directeur des centres aérés de la Ville de Nice, ancien Président d’une association d’éducation populaire, Las Planas, PS
46 – Valérie SALVETTI – Etudiante, La Madeleine
47 – Jean-Pierre LAMORT – Retraité du Conseil Général, délégation à l’insertion et la lutte contre l’exclusion, Estienne d’Orves, PS
48 – Cristina CELDA MIQUEL – Etudiante, La Marne, nationalité espagnole
49 – Albert DAVY – Artisan, administrateur de l’association Dialogues, Le Ray
50 – Marie-Louise BLAISE – Retraitée de la Poste, La Lanterne

51 – Jean-Pierre FRAY – Employé de la Sécurité sociale, militant syndical et associatif, Saint Maurice (congé du MoDem)
52 – Assunta LATELLA – Retraitée, Lyautey, PS, nationalité italienne
53 – Léonard COTTONE – Chauffeur de bus, Las Planas
54 – Jeannine VIANO – Retraitée de l’enseignement, Riquier
55 – Antoine JUSZCZAK – Rattaché à l’enseignement, Auguste Raynaud
58 – Nahed MAMI – Etudiante, Trachel
59 – Henri PONTI – Formateur , L’Archet
60 – Patricia ALMANZA – Employée maison de retraite, Gorbella
61 – René DALMASSO – Infirmier, Carras
62 – Martine BLASZKA – Sans profession, Saint Maurice
63 – Raymond CORTES – Marchand ambulant, Pasteur
64 – Véronique OLIVI – Assistante d’édition, Fabron
65 – Bernard PAQUIN – Directeur du Service régional du Sport scolaire retraité, officier dans l’ordre des Palmes académiques
66 – Simone FIGUET – Ancienne Professeur d’éducation physique, PS
67 – Patrick BANSART – Etudiant en mathématiques, PS
68 – Marion NARRAN – Etudiante en droit, PS
69 – Maurice WINNYKAMEN – Ancien chef d’entreprise, écrivain, responsable associatif, PS

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :