Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Législatives 2022’ Category

13/06/2022

Je remercie les 1023 électrices et électeurs qui ont répondu positivement à ma candidature de témoignage visant, avec 118 autres candidats en France, à permettre au radicalisme de continuer à compter dans le débat politique français.

Cette voix radicale est républicaine, laïque, écologique et sociale. Elle veut construire une Europe fédérale et soutenir l’Ukraine aux frontières de notre espace démocratique.

Pour le deuxième tour, il n’est donc pas question, en ce qui me concerne, de soutenir une extrême gauche en opposition avec une grande partie de ces valeurs et de ces projets.

Communiqué de Dominique BOY-MOTTARD

Candidate dans la 3e circonscription des Alpes-Maritimes

PRG-Le Centre Gauche

Read Full Post »

LA RÉPUBLIQUE

La République est un modèle d’intégration nationale fondée sur une conception universaliste de la citoyenneté. Dans la République, les citoyens se donnent démocratiquement des règles (lois) applicables à tous quelles que soient leurs origines philosophiques, religieuses, ethniques, sexuelles, sociales.

– Par conséquent, il ne peut y avoir de statuts privilégiés (plus de nobles).

– Il y a une égalité de tous sans distinction, quelle que soit l’ethnie, la couleur de la peau, le sexe.

– Il n’y a pas de règles communautaires au-dessus des lois.

– Le politique l’emporte sur le religieux (la République est forcément laïque).

– La République est démocratique mais les deux notions ne se confondent pas et si elles se trouvent en contradiction, la République doit l’emporter (front républicain).

Dans la République, l’école publique joue un rôle fondamental en poursuivant ces buts.

La France n’est pas, encore aujourd’hui, une République parfaite : il y a le poids de l’histoire avec, par exemple, l’empreinte catholique.

Read Full Post »

LA SÉCURITÉ

Policiers et gendarmes assurent l’ordre républicain sans lequel aucun citoyen ne peut être en sécurité. C’est pourquoi il est nécessaire que la collectivité leur assure des procédures, des effectifs et du matériel leur permettant de remplir leur mission.

Ils doivent aussi – avec les autres fonctionnaires d’intervention (pompiers, personnels de santé…) – être protégés en tant que tels contre ceux qui portent atteinte à leur mission et à leur personne.

Ces moyens, la police ne les a pas toujours alors que ces fonctionnaires risquent leur vie pour nous protéger et dans certains territoires urbains, la République a du mal à s’imposer et la sécurité des citoyens à être assurée essentiellement à cause du trafic de drogue. La création récente (depuis 2018 et étendue ensuite en 2020 et 2021) des Quartiers de Reconquête Républicaine (QRR) répond à cet objectif en créant une police de sécurité du quotidien, une sorte de police de proximité. Force est de constater que les choses n’ont pas fondamentalement changé sur le terrain même si les effectifs sont plus nombreux (mais il y a beaucoup à rattraper suite aux pertes d’effectifs des deux dernières décennies). Cela dit l’expérience est récente : il faut peut-être lui laisser encore un peu de temps.

Ceux qui vivent dans ces quartiers sont souvent en souffrance et ne comprennent pas que la sanction ne soit pas toujours au rendez-vous. Ils ont raison : la répression est indispensable et elle doit intervenir rapidement (dans le respect des procédures légales bien sûr). Cela dit, sur le long terme, on ne peut se contenter de la répression. L’idéal serait quand même qu’on évite que ne soient commis des crimes et des délits. Et comment dès lors ne pas avoir recours à la prévention ? C’est la sagesse populaire qui nous le dit : « Mieux vaut prévenir que guérir ». Mais c’est une œuvre de longue haleine car elle passe par une amélioration des conditions de vie dans ces quartiers (logement, travail, services publics…)

Read Full Post »

NON CUMUL DES MANDATS

Nous devons tirer les conséquences de la loi sur le non cumul des mandats de député et de maire ou de président d’une collectivité locale.

Avec cette loi, le député est redevenu ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être, à savoir un législateur national. C’est pour cela que l’essentiel du débat pour ces élections doit être national. Pour ma part, je m’y emploie.

Mais le principe de réalité nous oblige à constater que, pour le moment, le député est aussi l’élu d’une circonscription territoriale. Ce qui fait qu’à côté de sa tâche principale de législateur national, il peut être, aux côtés des élus locaux de sa circonscription, un intermédiaire, un facilitateur qui doit aider à la réalisation des politiques locales en étant, si besoin, leur porte-parole vis-à-vis du pouvoir central.

Read Full Post »

SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE (début)

Sur le plan économique le PRG-Le Centre Gauche considère que le libéralisme sans contrôle a démontré sa nocivité spectaculairement pendant la crise du Covid. Il en va de même actuellement avec les conséquences de la guerre en Ukraine.

C’est pourquoi nous proposons de soumettre les fusions-acquisitions industrielles à autorisation, de limiter la place des fonds de placement dans le capital de entreprises et de créer des consortiums européens de type Airbus pour l’industrie pharmaceutique, médicale et énergétique.

Read Full Post »

LES SERVICES PUBLICS

La République a besoin de services publics portés par des agents appliquant le principe de neutralité et financés par l’impôt. Les services publics de santé, d’éducation, de solidarité et de sécurité sont plus que jamais essentiels sur la totalité du territoire. Leur réalité repose sur des agents publics qui doivent être reconnus et soutenus.

Read Full Post »

LA DÉCENTRALISATION (suite)

Cette décentralisation systématique que nous appelons de nos vœux dans le respect de la centralité de la République, nous proposons de l’enrichir ainsi.

1. L’accession des collectivités à une véritable autonomie fiscale. Elles doivent pouvoir augmenter ou diminuer les impôts locaux en fonction de leurs politiques et sous le contrôle des élus locaux.

2. Le Sénat doit devenir une véritable Chambre des Territoires tout en conservant sa fonction de co-législateur avec l’Assemblée Nationale. Il pourrait être composé de membres de droit (présidents de régions, de départements et de métropoles) et pour moitié d’élus locaux élus par leurs pairs au sein de chaque département.

Read Full Post »

LA DÉCENTRALISATION (début)

Garant des territoires et partisan d’une large autonomie des collectivités territoriales, les Radicaux ne conçoivent la République que décentralisée autour du principe de subsidiarité qui fait que tout ce qui s’administre mieux au niveau local que national doit être laissé à l’échelon local. À l’exemple des transferts de compétences qui se sont faits pour l’école, le collège et le lycée aux communes, aux départements et aux régions.

Read Full Post »

LA PARTICIPATION AUX ÉLECTIONS

La participation aux diverses élections est en baisse sensible dans la plupart des pays démocratiques. Pour les Radicaux, il faut d’abord lutter contre ce fléau qui affaiblit la République par l’éducation civique à l’école et la conscientisation des citoyens pour redonner du sens au collectif vis-à-vis de l’individualisme triomphant qui gangrène nos sociétés.

Pour autant, en s’appuyant sur l’expérience de l’Australie (qui vient de voter une alternance dans de bonnes conditions), de la Belgique, de la Bolivie, du Luxembourg, le PRG-Le Centre Gauche propose :

– que le vote soit obligatoire en France,

– et, conséquence logique, que le vote blanc soit enregistré.

Read Full Post »

SCRUTIN MAJORITAIRE ET SCRUTIN PROPORTIONNEL

Les Radicaux considèrent que la démocratie représentative est consubstantielle à la République. Pour autant, il n’y a pas de mode de scrutin miracle. La représentation proportionnelle et le scrutin majoritaire à un ou deux tours ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Mais les Radicaux sont attachés à deux principes.

1. Le mode de scrutin doit faire émerger une majorité stable qui permette de gouverner sans l’instabilité ministérielle des IIIe et IVe Républiques. L’actuel mode de scrutin garantit ce principe.

2. Le mode de scrutin doit permettre à chaque force politique d’être raisonnablement représentée. L’actuel mode de scrutin ne garantit pas ce principe avec un écart trop grand entre certaines forces politiques et leur représentativité au Parlement.

En conséquence, le PRG-Le Centre Gauche préconise pour les élections à l’Assemblée Nationale :

– le maintien du scrutin majoritaire actuel (principe numéro 1)

– mais aussi l’élection de 30% des députés au scrutin proportionnel (principe numéro 2)

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :