Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Découverte’ Category

promenade plantée - 1 (10)

Nous étions à Paris ce week-end pour un événement d’importance : le Congrès de réunification du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical valoisien après 45 années de séparation. C’est chose faite depuis hier et le nouveau parti portera le nom de « Mouvement Radical (social libéral) ». C’était un 9 décembre et ce jour n’avait pas été choisi par hasard puisqu’il s’agissait de la date anniversaire de la loi de séparation des églises et de l’État de 1905.

Nous avons profité de ce déplacement à Paris pour, partant un jour plus tôt, faire une balade sur la Coulée verte René Dumont, anciennement nommée la Promenade plantée, parc linéaire qui emprunte le tracé de l’ancienne voie ferroviaire de la ligne de Vincennes reliant la gare de la Bastille à Verneuil l’Étang, désaffectée depuis 1969. La promenade a été inaugurée en 1993 et depuis plusieurs jardins y ont été aménagés. De là, nous avons découvert des vues souvent inédites sur les rues et les immeubles qui longent la voie.

Dire qu’on n’aurait pas préféré un temps plus clément question thermomètre serait mentir. Mais, si nous n’avons pu échapper au vent, nous avons quand même réussi à passer entre les gouttes.

Quelques photos pour vous faire partager ce joli itinéraire.

Publicités

Read Full Post »

col vert

Un véritable enchantement que de se promener ce matin à Vaugrenier, à l’heure où peu de monde est encore arrivé.

Mes pas m’ont surtout conduite au bord de l’étang autour duquel je n’ai cessé de déambuler et de m’arrêter pour observer les oiseaux fort nombreux en cette saison apparemment.

Mes connaissances en ornithologie étant sommaires (à part le classique Colvert et le Héron), je me suis adressée au plus grand spécialiste de ma connaissance afin qu’il m’éclaire de ses lumières, à savoir le jeune et talentueux Renaud. Un grand merci à lui.

En premier lieu, nous avons donc des Grands Cormorans, ensuite des Mouettes rieuses (avec un plumage internuptial), puis un Héron cendré, et enfin une femelle de Colvert.

Read Full Post »

Le soleil vient à peine de se lever quand nous arrivons au col d’Eze. Avant que Patrick n’entame son jogging dominical vers le plateau de la Justice, j’ai envie d’aller faire un tour du côté du Fort de la Revère. Le temps est magnifique et il n’y a encore personne. De quoi profiter en toute quiétude de la vue sur le village d’Eze et le cap Ferrat d’un côté et les montagnes de l’autre.

Seule sur un banc idéalement placé, je savoure mon bonheur. Patrick, lui, est déjà parti en courant.

Fort de la Revère - 1 (1)

Je le rejoins une heure après. Le soleil maintenant plus haut éclaire quelques feuillages automnaux et fait briller une jolie toile d’araignée. Je ne peux résister à quelques clichés.

 

Read Full Post »

la-ville

Promenade du week-end ce matin dans le parc du Mont Vinaigrier. C’est l’un de mes préférés : il offre des vues inédites à la fois sur le Cap Ferrat et sur l’Est de Nice et surtout, surtout, il est très calme, encore davantage quand on s’éloigne à grands pas de l’été. Cela faisait longtemps que nous n’y étions pas allés (la dernière fois c’était en mai 2014 et le parc était par endroits couvert de fleurs) car pour mon joggeur de mari ce n’est pas vraiment l’idéal : ce sont des montées et des descentes en permanence.

Ce matin, il n’y avait pas un chat, seulement deux chiens avec leur maître et deux coureurs.

En parcourant les chemins, le bruit de la cité monte à peine vers vous, étouffé, et pourtant on peut apercevoir entre les feuillages et en contrebas la ville. De l’autre côté, c’est la mer et au loin un sommet enneigé.

Le parc est très grand, les sentiers qui le sillonnent nombreux et j’aime m’y perdre. Et je m’y perds pour de bon : invariablement, il arrive un moment où je ne sais plus où je suis et comment retourner vers l’entrée où j’ai laissé ma voiture. N’étant quand même pas si éloignée que ça de la « civilisation », je finis toujours par y parvenir, même si par instants j’aime bien jouer à me faire peur.

Ces petites promenades me font un bien fou et me permettent de respirer quand la semaine a été un peu rude. Et, sous un magnifique ciel bleu, à peine voilé au-dessus de l’aéroport par les brumes matinales, ça a marché cette fois encore.

vue-sur-la-villevue-sur-laeroportle-cap-ferratdans-les-boissommet-enneigetraces-dautomne

Read Full Post »

eze-7

Voilà quelque temps que je n’avais plus accompagné Patrick lors de l’un de ses joggings matinaux.

Renouant ce matin avec ce qui était presque devenu une tradition, nous nous sommes dirigés vers le Col d’Eze pour arpenter les chemins du Plateau de la Justice. C’est l’un de mes endroits préférés pour me balader. Sans doute pas le plus beau ni celui qui offre les vues les plus somptueuses comme le parc voisin du Fort de la Revère : ici, on aperçoit au loin les quartiers est de Nice et la vallée du Paillon. Mais il me plaît bien et il semble convenir à mon coureur de mari : donc, tout le monde est content.

Cela ne fait pas très longtemps que j’affectionne ce genre de promenades. Car il s’agit bien de promenades. En effet, j’ai toujours assez peu apprécié les randonnées en montagne, même si j’en ai fait pas mal dans le cadre de sorties entre copains : à chaque fois que ça devenait fatiguant, je me demandais ce que j’étais encore venue faire là et je détestais la faiblesse qui m’avait conduite à accepter cette énième sortie. L’effort gratuit m’ennuie un peu. Si j’ai fait beaucoup de sport dans ma jeunesse, c’était toujours dans la perspective de compétitions qui seules parvenaient à me motiver. Mais je m’égare…

Retour donc au Col d’Eze. Peu de monde sur les chemins, seulement quelques joggeurs du dimanche et de rares promeneurs (trop souvent accompagnés de chiens…). Avancer à mon rythme, revenir sur mes pas, m’arrêter pour admirer le paysage, seulement armée de mon appareil photo (le neuf acheté cet été en Australie après la chute du précédent), me procure un délicieux sentiment de solitude dont j’admets cependant qu’il puisse être troublé par le passage de Patrick surgissant souriant au détour d’un virage.

Les conditions météorologiques étaient idéales, il faisait un peu frais, juste assez pour ne pas crever de chaleur (Pourquoi est-ce que je crève toujours de chaleur ou meurs de froid au lieu d’avoir tout simplement chaud ou froid comme tout le monde ?) Des conditions idéales car le soleil était légèrement voilé et, avec les rares feuillages qui commençaient à rougir, on avait enfin l’impression d’entrer timidement dans l’automne. Au fil des minutes, les nuages se sont faits plus rares. Les rayons du soleil ont commencé à filtrer dans les clairières, la température ambiante s’est élevée de quelques degrés. Décidément, l’été résiste…

eze-1eze-2eze-3eze-4eze-5eze-6eze-8eze-9patrick-mottard

Read Full Post »

DBM-Buttes-Chaumont

Moi : « Pourquoi ne sommes-nous jamais venus ici ? » (sous-entendu : « pourquoi ne m’y as-tu jamais amenée ? »)

Lui : « Rappelle-moi depuis quand tu aimes te promener dans les parcs… » Mesquin mais pas faux.

Il est vrai que mon goût pour la nature – surtout en ville – est assez récent. Rien d’anormal donc à ce que je n’aie jamais mis les pieds dans ce parc parisien. Patrick, par contre, connaît très bien l’endroit.

C’est donc à l’occasion de ce week-end du 1er mai que j’ai découvert le parc des Buttes-Chaumont.

Les conditions n’étaient pas idéales : pluie, froid, des travaux un peu partout… Pourtant je suis tombée sous le charme de ce grand parc aux multiples dénivelés, avec ses ponts, ses cascades, sa grotte, son lac, sa passerelle suspendue qui permet de rejoindre l’île-falaise du Belvédère surmontée d’un petit kiosque. Et surtout, avec sa végétation aux essences variées.

Ci-dessous quelques photos pour vous en faire profiter. Dans celle qui figure en tête de ce billet, je suis en train de mimer (plus ou moins bien) une scène d’un film célèbre. Devinerez-vous duquel il s’agit ? (Je n’ai rien trouvé de mieux pour me faire pardonner de ne pas avoir prévu un JWE cette semaine)

Buttes-Chaumont 4Buttes-Chaumont 1Buttes-Chaumont 3Buttes-Chaumont 5Buttes-Chaumont 2Buttes-Chaumont 6Buttes-Chaumont 7Buttes-Chaumont 8Buttes-Chaumont 12Buttes-Chaumont 9Buttes-Chaumont 11Buttes-Chaumont 10

Read Full Post »

Par ce Vaugrenier 1

Il est rare que nous restions à Nice la semaine qui suit Noël. C’est pourtant le cas cette année. Un peu trop de travail pour s’absenter toute une semaine : à la coutumière correction de copies universitaires, quelques obligations familiales et politiques sont venues se greffer.

Mais c’est loin d’être le bagne et j’en profite pour passer du temps avec les uns et les autres, ou pour me promener ici ou là.

Hier, j’ai accompagné Patrick à Vaugrenier où il allait s’entraîner pour la Prom’Classic qui arrive à grandes foulées (le 10 janvier je crois).

Pour ma part, je me suis contentée de déambuler sur les chemins. Si promeneurs et coureurs étaient au rendez-vous, ce n’était pas très nombreux. Parmi les sportifs, j’ai eu la surprise de croiser à plusieurs reprises quelques footballeurs du Gym, accompagnés de leur coach, Claude Puel himself.

J’étais partie munie de mon appareil photo pour constater, en arrivant sur place, que j’avais oublié de recharger la batterie ! Je m’en suis beaucoup voulu car le temps, bien qu’un peu frais, était magnifique et j’ai eu la chance de pouvoir admirer de nombreux oiseaux autour de l’étang. À défaut, l’iPhone a pris le relais mais, même s’il s’est amélioré, il ne vaut pas mon petit Canon quand il s’agit de zoomer pour immortaliser le déploiement des ailes d’un grand oiseau perché sur une branche ou les si belles couleurs d’un petit rouge-gorge se confondant avec celles des feuilles mortes (essayez de le trouver).

J’ai frôlé l’incident quand j’ai fait remarquer – gentiment – à une mère accompagnée de sa grande adolescente de fille qui se complaisait à nourrir abondamment les canards juste à côté du panneau l’interdisant que ce n’était pas conseillé.
— Je sais lire, me répondit-elle.
— Mais alors, pourquoi le faites-vous ?
— Parce que j’en ai envie. D’abord, vous êtes gardienne du Parc ?
— Non, simplement citoyenne (j’ai résisté à l’éco-citoyenne responsable).
— Eh bien, moi je fais ce qui me plaît. Et, se tournant vers sa fille : garde un peu de nourriture pour les oiseaux qui sont de l’autre côté.

No comment.

Elles n’ont pas pour autant réussi à me gâcher la matinée.

Je savoure ces quelques journées un peu comme en transit. En effet, après une fin d’année assez lourde, le premier trimestre de 2015, avec les élections départementales qui se profilent en mars, promet d’être agité. Mais ça, c’est une autre histoire…

Mes autres billets sur le Parc de Vaugrenier :
Le printemps en automne (24 septembre 2013)
Born on the bayou (9 février 2014)

Rouge-gorgeGrand oiseauClaude Puel et les joueurs de l'OGCNPatrick MottardParc de Vaugrenier 3Parc de Vaugrenier 2

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :